BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

Le Plongeon – Séverine Vidal et Victor L.Pinel

Si l’on trouve un charme fou aux premières fois, l’on n’a que trop rarement l’occasion de saisir toute la beauté tragique des dernières fois insoupçonnées. Pour Yvonne, elles ont le goût amer d’un impossible retour, la douceur de caresse déchirantes d’un compagnon qui expire sur ses genoux, le regard triste qu’elle pose sur les volets en bois qu’elle n’ouvrira plus au petit jour, le bruit insolent d’une clé qui joue avec la serrure, l’odeur familière d’un lieu témoin de ses longues années dans la maison qu’elle s’apprête à quitter. Voilà à quoi ressemble sa symphonie des adieux.

J’aimerais que tu sois encore là Henri, que tu te perdes juste pour que je te retrouve. Je ne me fâcherais pas. Ta fugue serait pardonnée. J’enroulerais mes bras autour de tes épaules et je te dirais « viens ». Cinquante-huit ans avec toi, et puis ce vide après. On dirait que je sombre et que la chute est sans fin.

Non loin de là, une chambre l’attend. En EHPAD. Derrière une porte dont on espère toujours repousser l’ouverture. La voilà entourée de gens aux corps qui s’affaissent et se courbent, aux esprit perdus entre le passé trop flou et l’avenir qui porte si mal son nom, aux sourires qui masquent l’angoisse d’une solitude en collectivité. Yvonne goûte ainsi au quotidien d’une maison de retraite où se croisent les visages sillonnés et les silhouettes errantes. Une nouvelle vie à apprivoiser faite de premières fois désormais trop fades et de petites réjouissances blasées. L’occasion pour elle – entre jours sans et nostalgie profonde – de dérouler, malgré sa mémoire fragile, la bobine d’une vie qu’elle n’a cessé de chérir.

Tu vois Martial, c’est tout ça qu’on voudrait. La fragilité de l’amour et des baisers.

Quelle magnifique manière de mettre en lumière celles et ceux que l’on oublie parfois trop vite. Séverine Vidal aborde la question de la vieillesse avec une délicatesse saisissante. Le Plongeon, s’il offre une vraie échappée lumineuse à son héroïne, ne masque pas pour autant la réalité de la vie de ses protagonistes. Dans cet album aux cadrages toujours très bien pensés et à la sobriété d’une douce palette colorée, l’on dit avec beaucoup de tendresse et d’amertume toute la complexité de cet âge qui effraie souvent, synonyme de bien des renoncements.

Rien. Rien ne me revient. Mes mots… Tout. Tout m’échappe.

Sous le trait de Victor L.Pinel, d’un réalisme sans fard, le déclin des corps et des esprits se voit soudainement saisi d’une fureur de vivre qui oscille entre folie douce et ultime pied de nez à la vie. Et si le personnage d’Yvonne porte de bout en bout le récit, toute la réussite de cette bande dessinée repose également sur la beauté de ses nombreux personnages secondaires qui donnent une véritable épaisseur et humanité au récit. Une jolie manière de questionner avant l’heure – par la force des choses – ces vieux et ces vieilles personnes que nous deviendrons et de choyer celles et ceux que nous côtoyons.

Prolongements et écho littéraire :

Le Plongeon –  Séverine Vidal & Victor L. Pinel
Éditions Grand Angle
17,90 € / 80 pages / 2021
BD de la semaine9e ArtSacrées femmes

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Les chroniques des amoureuses des bulles se trouvent

Au milieu des livres

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Fanny                    Gambadou                   Eimelle    

Sabine                       Pati                    Mylène          

Caro                     Maël                Nath               Blandine 

19 réflexions au sujet de « Le Plongeon – Séverine Vidal et Victor L.Pinel »

    1. Je lui trouve tout de même une forme de joie diffuse bien qu’effectivement ce ne soit pas des plus réjouissants comme sujet. Quant à la lire après 60 ans, pourquoi pas? C’est discutable… J’ai souvent lu des histoires tristes à en crever après des ruptures amoureuses, des récits de deuil pour accompagner les miens. Alors parfois, la littérature miroir permet aussi d’apprivoiser quelque chose en nous.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, c’est une façon de voir les choses. Moi je suis plutôt du genre à lire des romans sur la guerre quand il y a du soleil et des romans légers quand je suis triste… 😉

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s