Neuvième art·Que jeunesse se fasse...

Bulles et blues – Rubini et Bousquet

Bulles et blues

Chloé et Soan. Soan et Chloé. Quand l’une souffre du silence d’un père absent, l’autre pose aussitôt sur elle une main apaisante qui fait un bien fou. Quand l’un se recroqueville dans le noir pour pleurer, les bras aimants de l’autre promettent des jours meilleurs. Issus d’une famille recomposée, les deux adolescents avaient tout pour se détester et se jouer les pires tours pour le plaisir de provoquer l’autre. Et pourtant, c’est un vrai coup de foudre fraternel qui a rapproché ce garçon sage et discret et cette demoiselle exubérante et pétillante. Fusionnels à souhait, nos héros vont cependant vite perdre cette étincelle de complicité qui les unit; Toutefois, il semblerait que Chloé en pâtisse plus que Soan, à l’origine de cet éloignement qu’elle ne comprend pas.

La parole adolescente trouvant parfois difficilement une oreille attentive, Chloé dessine, inlassablement. Elle griffonne au coin des pages, illustre son journal intime qu’elle partage avec les lecteurs et confie, à sa manière, les émois qui rythment sa vie « en dents de scie ». De son côté, Soan semble vivre cette prise de distance comme une bouffée d’oxygène, comme une occasion d’exister à part entière. L’équilibre serein qu’ils avaient créé ensemble est perdu. Alors que Soan s’investit dans la troupe de théâtre dans laquelle la jolie Layla joue, Chloé est le témoin impuissant d’un malaise qui monte au collège: une jolie rousse qui nous est familière est chahutée suite à une sombre affaire de photo volée.

Bulles et Blues - Stéphanie Rubini
Bulles et Blues – Stéphanie Rubini

Autant le dire tout de suite, le troisième opus de cette saga collégienne était très attendu. J’ai eu un joli coup de cœur pour Rouge Tagada et Mots rumeurs mots cutter et il me tardait de découvrir la « suite ». Nous retrouvons ainsi les personnages des deux premiers livres dans leur petit monde d’ados ponctué de hauts et de bas plus ou moins difficiles à surmonter. Dans cet album, le mal-être est plus silencieux, intériorisé, couché sur le papier. En effet, là où les troubles qui agitaient les protagonistes étaient partagés avec les amis ou dévoilés aux confidents, ils se font ici plus discrets ou préfèrent même parfois être tus. C’est d’ailleurs un tome qui se resserre sur le personnage de Chloé et ses tourments intérieurs et Soan finit par s’estomper progressivement du récit… Il cède alors sa place, à de nombreuses reprises, au personnage de Léa tant malmené dans Mots rumeurs, mots cutter.

Si les deux premiers tomes pouvaient assez aisément se lire de façon indépendante, Bulle & blues fait très (trop?) souvent référence au tome précédent: le mal être de Chloé fait écho à celui de Léa et inversement. On sent évidemment que les personnages vont se rapprocher mais cela ne nous apprend finalement rien de plus que dans le tome 2. J’aurais, à mon sens,  vraiment aimé que le rapport de l’héroïne au dessin soit plus longuement évoqué, notamment dans ce qu’elle pouvait faire de ce don artistique – si décrié dans les premières planches –  et de cette capacité fine et juste à observer le monde qui l’entoure. Il n’en demeure pas moins que j’ai retrouvé les protagonistes avec tout autant de plaisir et que j’aime toujours autant  le joli trait délicat et espiègle de Stéphanie Rubini. Les couleurs acidulées de Rouge Tagada et Mots rumeurs laissent place à des tons plus neutres et nuancés, la série gagne en maturité pour nous conduire avec talent vers le cycle lycéen. 

Ce qu’on regrette finalement peut-être le plus, c’est qu’il y ait si peu de pages pour exprimer à sa juste valeur toute la complexité de l’adolescence, cette période souvent difficile à vivre pour ces jeunes qui avancent vers l’âge adulte malmenés par de nombreux questionnements identitaires. Les auteurs ici sèment quelques pistes intéressantes (notamment sur le rapport à l’adulte, sur l’affirmation des choix, l’engagement…) et parviennent à saisir des scènes de vie réalistes (des conflits parentaux aux sentiments d’abandon, de transparence…) qui sauront sans conteste parler aux adolescents. Assurément, même si nous sommes finalement assez loin des thèmes très forts et percutants des tomes précédents, c’est aussi cette quotidienneté-là qu’il est bon de raconter. `Laissons maintenant le soin aux adolescents de saisir au fil des pages, ces petites graines prêtes à germer dans leurs esprits, ces occasions de faire un pas de plus vers l’âge adulte.

Le blog de Charlotte Bousquet.

Une lecture commune que je partage avec Hervé et Yaneck.

Et pour la BD de la semaine, nous avons rendez-vous chez Jacques.

Bulles et blues Stéphanie Rubini et Charlotte Bousquet

(Et Léo Sapolsky pour les dessins de Chloé)

Gulf Stream éditeur

ISBN: 978 2 35488 240 2

72 pages / 15 €

BD de la semaine Chez Jacques 16/20
BD de la semaine
Chez Jacques
16,5/20
Advertisements

34 réflexions au sujet de « Bulles et blues – Rubini et Bousquet »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s