Que jeunesse se fasse...

Plus de morts que de vivants – Guillaume Guéraud.

Encore un Guéraud qui déglingue.

Dans le collège Rosa Parks en plein cœur de Marseille, la journée commence presque comme toutes les précédentes. 17h sonnera comme une délivrance et marquera le début des vacances hivernales. La fin de journée est attendue par tous: professeurs, CPE, personnels de service, chefs et élèves… Toutefois, nous tournons les pages d’un Guillaume Guéraud et le lecteur averti sait que cette tranquillité n’est qu’illusoire. Nous croisons les premiers visages, découvrons les premières esquisses des tempéraments et des personnalités de ces héros de papier qui auront parfois à peine le temps d’exister. Très vite le ton est donné et l’on devine aisément que le petit collège de banlieue va devenir le théâtre d’un drame sans précédent.

Aucune menace dans l’air. […] Et pas l’ombre d’un présage, pas de manifestation étrange, pas la moindre trace de phénomène annonciateur ou prophétique […] Non rien de tout ça. Aucune raison d’envisager le pire. Il y eut pourtant trois signes avant-coureurs dès 8 heures. Trois détails. Pas vraiment clairs et évidents. Mais pas insignifiants non plus.

Voilà, en quelques mots tout bascule. Un saignement de nez anodin, une mèche de cheveux, une légère démangeaison sur un poignet… Trois élèves comme des dominos qui tombent insidieusement à la renverse et qui s’apprêtent à entraîner bien des pions dans leur course folle.

Les dés sont alors jetés. La plume de Guéraud peut œuvrer là où elle excelle. A une vitesse incroyable, la tension dramatique atteint des sommets. Les lignes se gorgent de sang, nourries par la surenchère de symptômes alarmants, imbibées de phénomènes aussi violents qu’incontrôlables. Couloirs, cour, cantine, gymnase: ces lieux pourtant si familiers deviennent objets de toutes les méfiances. Le virus qui s’est invité dans l’établissement rapidement placé en quarantaine foudroie les êtres comme une loterie sordide dont l’issue ne laisse guère d’espoir…

Plus de morts que de vivants dans la cour. Et presque tous les vivants connaissaient presque tous les morts. Certains connaissaient même désormais plus de morts que de vivants. […] L’évidence du pire.

L’annonce de la sortie d’un roman de Guéraud est toujours accompagnée d’une excitation certaine un enthousiasme évident chez moi. (Et ce n’est pas Vanessa qui va me contredire.) Comme à chaque fois, le récit happe le lecteur et vous glace. L’histoire qu’il nous livre est portée par une narration crue et concise au fort potentiel cinématographique. Sans concession ni souci de préserver le lecteur, Guillaume Guéraud donne à ses textes une force palpable qui vous coupe du monde tant que la dernière ligne n’est pas lue. (Le point final vous permettant à peine de retrouver votre souffle). Évidemment, on s’attache avec une facilité déconcertante aux protagonistes malmenés sans vergogne, soumis à un jeu de hasard bactériologique insolent et dévastateur et l’on guette avec appréhension la moindre apparition d’un symptôme qui a tout d’une bombe à retardement… Indéniablement, les romans de Guéraud se lisent à la vitesse du sang qui gicle, et le pire/le meilleur (rayer la mention inutile) dans tout cela, c’est qu’on en redemande.

L’article de Virginie et celui de Clara.

D’autres titres à découvrir ? Les chroniques de Déroute sauvage / Je mourrai pas gibier (et sa fabuleuse adaptation BD) / Baignade surveillée.

Plus de morts que de vivants – Guillaume Guéraud.

Le RouergueDoado noir

ISBN : 9 782812 608612

252 pages / 13€70

Publicités

36 réflexions au sujet de « Plus de morts que de vivants – Guillaume Guéraud. »

  1. Comme tu dis, il nous tient en haleine !
    Je me souviens de Déroute Sauvage, je sursautais, je me retournais pour voir si quelqu’un venait alors que j’étais au chaud chez moi 🙂
    Coup de sabre m’attend sur ma PAL et je note donc celui là.

    J'aime

  2. Franchement je le conseille. Par contre a éviter pour ceux qui ont jusqu’à 11ans, le livre est assez gore et sanglant. Plein de surprises et d’étonnement il vraiment super! Je crois que c’est un des meilleurs de Guillaume Gueraud à mon avis donc voilà bisous 😀😘

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s