BD de la semaine·Et mon coeur fait boum

L’Arabe du futur – Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) – Riad Sattouf

Fruit d’une union entre un père syrien et une mère bretonne, Riad Sattouf passe une partie de son enfance en Libye puis en Syrie. C’est cette période de sa vie qui ouvre le bal de cette série qu’on ne présente plus et qui a depuis ce premier tome connu un succès certain. La vie là-bas a le goût de la tradition et de la rigueur, et notre jeune tête blonde côtoie les membres de sa famille élevés dans la pure tradition familiale et religieuse. Culte des grandes figures dictatoriales, autoritarisme et violence: le monde selon Sattouf n’a rien d’une joie quotidienne…

– Dieu ça peut pas être un homme… Dieu, c’est Dieu
– Je ne comprenais pas ce mot. Mais depuis ce jour,quand j’entends « Dieu », je vois la tête de Georges Brassens.

Au fil des cases qui joue la carte de l’économie graphique – trait simple et couleurs réduites à quelques aplatsc’est tout le portrait d’une société mouvante qui se dessine, tout en racontant ce qu’était ce cercle intime communautaire dans lequel le dessinateur nous plonge. Vies des femmes sous l’emprise masculine, tensions violentes qui s’expriment déjà entre les enfants, situation politique et sociale de pays déjà très affaiblis par l’emprise des différents pouvoirs politiques et religieux: certaines planches sont parfois glaçantes vues de notre petit fauteuil occidental.

L'Arabe du futur, tome 1 ≡ Riad Sattouf - Bibliolingus

Mon père était pour le panarabisme. Il était obsédé par l’éducation des arabes. Il pensait que l’homme arabe devait s’éduquer pour sortir de l’obscurantisme religieux.

Derrière ce portrait peu flatteur du monde dans lequel grandit Riad Sattouf, il subsiste néanmoins une luminosité évidente qui tient à l’art dont l’auteur parvient à rendre compte de cette tranche de vie. Tel un Candide du monde moderne, son regard sur ce qui l’entoure ne manque pas d’une grande acuité et ses propos sont souvent empreints d’une exquise drôlerie. Cette distance – que permet le prisme de l’enfance sans que l’adulte ne soit jamais loin – avec ce monde en pleine mutation, rend certaines anecdotes absolument savoureuses. C’est aussi, de manière plus personnelle, un portrait de père assez fascinant que nous livre un fils entre admiration, reconstitution mémorielle, complicité et regard critique.

J’ai longtemps repoussé la lecture de cette série n’étant clairement pas très bon public du trait de Sattouf. Si le propos m’attirait, les planches outrancièrement bavardes me faisaient souvent reposer l’album après un feuilletage furtif. Il aurait été regrettable de laisser ces préjugés tenaces avoir raison de ma lecture qui illustre à merveille la notion de choc des cultures. Ce fut aussi surprenant qu’édifiant et je comprends désormais mieux tout l’enthousiasme suscité par les (més)aventures de l’auteur qui mérite largement ce succès. Comme une envie furieuse de poursuivre rapidement mon chemin avec cet arabe à tête blonde dont les propos ne manquent assurément pas de piquant.

Merci à Carole pour l’avoir glissé dans mon casier. (Et à Framboise et Poiscaille pour avoir si souvent clamé leur amour fou et inconditionnel pour Riad au cœur de nos nuits angoumoisines…)

L’Arabe du futur de Riad Sattouf
Éditions Allary
20.90 € /  160 pages / 2014
Fauve d’Or 2015 au Festival d’Angoulême
Bande dessinée / 9e Art / Et moi et moi et moi.
 

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Ce mercredi, les amoureux·ses des bulles
sont Au milieu des livres.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Sabine                Antigone                 Gambadou                Fanny   

  Sophie                           Natiora                        Mylène                      Sabine   

     Cristie                         Hilde                     Amandine                      Bidib   

Noukette                     Caroline                 Blandine                   Pati                    

27 réflexions au sujet de « L’Arabe du futur – Une jeunesse au Moyen-Orient (1978-1984) – Riad Sattouf »

  1. Je n’ai pas encore découvert mais j’en ai beaucoup entendu parler en terme élogieux alors je pense passer par la case médiathèque un de ces jours pour la lecture du premier tome. Les graphismes ne m’attirent pas tellement mais l’histoire semble tellement bien, ce serait dommage d’en rester là.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai eu du mal comme toi avec la technique d’illustration mais beaucoup aimé le fond mais justement ces illustrations me bloquent a chaque fois que je vois d’autres ouvrages de lui…. Dommage car le fond est intéressant… Donc plus le fond que la forme.😉

      Aimé par 1 personne

  2. Une série que j’ai pris plaisir à lire, alors qu’au départ je n’étais pas attirée. Certes c’est bavard, certes le père est affreux, mais c’est raconté avec tellement d’humour et de naïveté que ça en devient touchant et on est finalement captivé par cette lecture…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s