L'Art du Roman·Lire l'ailleurs.

Le Poids de la neige – Christian Guay-Poliquin

Regarde tant que tu veux! Il n’y a plus rien à voir! Nous sommes pris au piège dans une mer de glace. Vingt mille lieues sous l’hiver.

La neige tombe. Le froid s’installe. L’électricité n’est plus. Le monde s’endort et se fige sous une épaisse couche de neige qui change radicalement le quotidien des hommes. La vie doit s’organiser différemment et ne sera assurément plus la même. Après le temps de l’entraide vient celui où les voisins se guettent, s’épient, s’évitent. On rationne, on troque, on survit et la neige enferme les hommes dans une prison d’énormes et gros flocons.

La neige est lourde sur nos petites vies.

Dans ce chaos de froid et de glace, deux hommes s’apprivoisent, faute de mieux. Le narrateur, jeune trentenaire, est cloué au lit suite à un grave accident. Son hôte, vieil homme bourru a accepté de le soigner pour avoir l’assurance d’obtenir les vivres nécessaires pour surmonter la pénurie et le manque qui s’invitent dans leur quotidien. Ces deux êtres condamnés à l’immobilité tiennent le coup, cloîtrés dans une demeure de fortune, motivés par le même désir, le même espoir: partir au plus vite.

En l’observant du coin de l’œil, j’ai l’intime conviction que cette pièce sera bientôt trop petite pour deux.

Dans ce roman où le temps se mesure en mètres et centimètres de neige (cf les curieux titres des chapitres), il ne se passe que très peu de choses… Rebondissements, retournements de situation, folle aventure? N’attendez rien de tout cela. La force de ce récit repose sur cette tension palpable, latente qui règne entre ces deux hommes qui n’ont d’autre choix que celui de cohabiter. Roman de l’attente absurde et de l’espoir vain, ce texte présenté comme le Dans la Forêt de cette rentrée littéraire n’en a cependant pas toute la puissance émotionnelle. Il faut, pour apprécier ces pages, être un lecteur prêt à se laisser enfermer entre quatre murs, prêt à se laisser saisir par un récit lent et pesant. J’en ressors captivée, étourdie par le froid et grisée par quelques échappées dans cette nature hostile, hypnotique et étrangement solaire.

Ils avaient très vite compris que la tâche la plus importante était sans contredit celle de raconter des histoires.[…] Personne ne peut survivre avec quelqu’un qui refuse de parler…

Une lecture terriblement vivifiante.

Le Poids de la neige – Christian Guay-Poliquin

Éditions de l’Observatoire

260 pages / 19€

ISBN: 979-10-329-0213-4

Janvier 2018

Publicités

38 réflexions au sujet de « Le Poids de la neige – Christian Guay-Poliquin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s