L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique·Lire l'ailleurs.

Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig

Et puis, n’est-ce pas bigrement facile, au fond, de se prendre pour un grand homme lorsque l’on n’a jamais entendu parler de l’existence d’un Rembrandt, d’un Beethoven, d’un Dante ou d’un Napoléon ? Dans son cerveau obtus, ce type ne sait qu’une chose: depuis des mois, il n’a pas perdu une seule partie d’échecs, et comme il ne soupçonne pas qu’il y a sur terre d’autres valeurs que les échecs et l’argent, il a toutes les raisons de se trouver formidable.

Il est le meilleur, le champion, l’invaincu. Il part fouler le sol argentin pour une nouvelle tournée rythmée par de  nombreuses parties d’échecs. Voilà que Czentovic attire l’attention du narrateur qui partage sa traversée. D’abord peu enclin à s’intéresser à ses compagnons de voyage, il accepte une partie bien qu’il prenne considérablement de haut ses adversaires. Face à lui, douze hommes s’allient pour ne former qu’un seul compétiteur. D’abord vaincus par le champion sans trop de difficultés, ils s’offrent une revanche sans espoir. Jusqu’à ce qu’un homme, d’origine autrichienne, intervienne dans la partie pour déstabiliser le maître de l’échiquier. Une partie passionnante, riche de tensions se joue à bord, sous les yeux ébahis du narrateur.

Comme tous les têtus, Czentovic n’avait aucun sens du ridicule.

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas tourné les pages d’un livre de Stefan Zweig. Dévorant ses livres il y a quelques années, j’avais fini par laisser un peu de côté l’homme qui a fui l’Europe sous le joug nazi pour finalement mettre fin à ses jours au Brésil.

Un livre! Il y avait quatre mois que je n’en avais pas tenu dans ma main, et sa simple représentation m’éblouissait. Un livre dans lequel je verrais des mots alignés les uns à côté des autres, des lignes, des pages, des feuillets que je pourrais tourner. Un livre où je pourrais suivre d’autres pensées, des pensées neuves qui me détourneraient de la mienne, et que je pourrais garder dans ma tête, quelle trouvaille enivrante et calmante à la fois!

Qu’il s’attaque à la passion amoureuse ou aux prodiges des échecs, Zweig reste incroyablement fidèle aux thèmes qui lui sont chers. Expert lorsqu’il s’agit de dépeindre la folie croissante des hommes, il glisse sous sa plume l’expression des névroses dévorantes, des obsessions furieuses. Qu’il se meure d’amour ou qu’il se complaise dans la folie d’une partie d’échecs, le héros de Zweig se laisse grignoter par sa monomanie. Derrière l’échiquier étourdissant fait de cases noires et blanches, ce ne sont plus deux hommes qui s’affrontent. Miroir métaphorique du conflit mondial qui déchire le monde, Le Joueur d’échecs met face à face deux hommes aux valeurs opposées, aux personnalités aux antipodes l’une de l’autre.

Et lorsqu’un prodige d’inculture et d’orgueil affronte un homme brisé par le régime nazi cela donne une nouvelle étonnante et haletante qui est parvenue à me captiver, moi qui ai autant d’intérêt pour les échecs que pour le curling…

Vouloir jouer aux échecs contre soi-même, est donc aussi paradoxal que de vouloir marcher sur son ombre.

Un classique qui souligne la maîtrise impeccable et implacable du récit de Zweig qui joue de sa plume pour croiser les récits qui relatent le passé des deux adversaires. On en perd la notion du temps, on se prend au jeu et l’on s’installe dans cette pièce, portes closes, où deux hommes ne se quitteront pas sans que le véritable vainqueur ait été déclaré. Captivant.

Un livre à lire en tête à tête…

L’adaptation de la nouvelle en BD: Le Joueur d’échecs – David Sala

Pour prolonger un peu vos lectures sur Zweig:

Les derniers jours de Stefan Zweig.

Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig

Livre de poche

Publié à titre posthume en 1943

128 pages /  3 €

ISBN: 978-2253174073

Ma résolution livresque étant de lire (au moins) 12 classiques dans l’année, voilà le récapitulatif de mes lectures, mois après mois… (Pour le moment, je respecte étonnamment mon carnet de route…)

◊ Janvier:

La Machine infernale – Jean Cocteau. / Une nuit avec Verlaine – Sophus Claussen

◊ Février:

Le Joueur d’échecs– Stefan Zweig

 

 

Publicités

29 réflexions au sujet de « Le Joueur d’échecs – Stefan Zweig »

    1. Oui, elle m’attend. Mais tu te doutes bien que j’avais envie de lire la nouvelle avant… J’ai parfois éprouvé une certaine lassitude face aux névroses des personnages… Mais j’ai adoré le retrouver ici…

      J'aime

    1. C’est là le pouvoir des grands classiques. Moi, j’aime Zweig même s’il m’agace un peu parfois… Ses excès, ses héros obsessionnels. C’est là sa marque de fabrique et j’aime faire des pauses. Cela faisait des années que je ne l’avais pas relu…

      J'aime

  1. Je l’avais au programme du bac. A cette époque, il ne m’avait pas follement emballée mais, malgré mon excellente prof de Lettres, je n’avais pas compris grand chose. Je manquais de maturité, je crois… Depuis, j’ai redécouvert Zweig, lu plusieurs de ses oeuvres que j’ai adoré pour la plupart et j’ai relu Le joueur d’échecs, du coup. Je l’ai trouvé virtuose cette fois. A chaque fois, Zweig me saisit.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu me donnes envie de retrouver la plume de Zweig ! Lettre d’une inconnue fait partie de mes textes préférés. J’ai aimé Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, mais un peu moins. Je note Le joueur d’échecs, et j’ai très envie de lire La confusion des sentiments aussi.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s