L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique·S'essayer à l'Essai.

Les Vraies richesses – Jean Giono

Ce dont on te prive, c’est de vents, de pluies, de neiges, de soleils, de montagnes, de fleuves et de forêts : les vraies richesses de l’homme! Tout a été fait pour toi ; au fond de tes plus obscures veines, tu as été fait pour tout.

Comme elle est belle, simple et grandiose à la fois cette campagne oubliée que Giono rappelle à nous.  A travers ce texte qui mélangerait la verve de l’essai et la force narrative du récit, Giono écrit toute la nostalgie d’une époque qui paraît révolue: celle d’une campagne qui se veut le berceau d’une terre nourricière, choyée par le noble travail de l’homme, celle d’un monde porteur de valeurs humanistes qui s’éteint, disparaît ou se voit dénaturé par la folie d’une modernité qui arrache tout sur son passage… Pour mieux renforcer son argumentaire, quoi de plus percutant que de commencer son récit par une errance parisienne où la foule, troupeau urbain anxiogène, semble désincarnée, vide de cette richesse qui construit et nourrit chaque être humain…

Cette foule n’est emportée par rien d’unanime. Elle est un conglomérat de mille soucis, de peines, de joies, de fatigues, de désirs extrêmement personnels. Ce n’est pas un corps organisé, c’est un entassement, il ne peut y avoir aucune amitié entre elle, collective, et moi.

Il y a dans le discours de Giono de profonds questionnements qui trouvent un vrai écho dans nos vies effrénées ou l’on tend à être réduits à de vulgaires consommateurs, noyés sous l’excès et le besoin intrinsèque de posséder, d’avoir. Il y a, dans le discours de Giono, l’exagération du passionné révolté, l’envie de réveiller l’Homme qui a peut-être, à ses yeux, oublié l’essentiel.

La vie devant eux est toute noire et quand je leur parle de joie, je m’aperçois que ces lèvres épaissies de jeunesse connaissent déjà le sourire du vieillard.

La style de l’auteur est à l’image du monde rural qu’il décrit. Son texte oscille entre grande simplicité du phrasé – énumératif et succinct à souhait – et une langue virtuose qui s’accorde des envolées lyriques un poil excessives… Ses mots font indéniablement réfléchir et m’ont souvent fait penser au livre de Pierre Rabhi Vers la sobriété heureuse –  qui s’inscrit incontestablement dans cette philosophie de vie. Quatre vingts ans après la publication de ce texte, ce paradis (perdu?) tant loué par la plume de Giono peut sembler vraiment très loin de nous. Bien que les Hommes prennent doucement conscience de la nécessité de changer leur mode de consommation et de vie, bien des prises de conscience doivent encore avoir lieu pour trouver un équilibre acceptable où l’on se sentirait à sa juste place, riche du chemin parcouru pour nous gorger de ces vraies richesses dont il loue les vertus au fil des pages.

Au fond, il s’agit surtout de faire entrer la vie dans ce qui est devenu machinal et mécanique.

Certaines passages se font ainsi le pamphlet d’un monde aveuglé par la vitesse, l’abondance, le gaspillage et le « consumérisme à tout prix ». Si le discours est parfois virulent et sans concession, il a le défaut d’être un peu trop manichéen dans sa façon d’envisager ces deux mondes présentés comme inconciliables, l’un incarnant les valeurs essentielles, l’autre étant allégrement diabolisé pour ce qu’il a détruit chez le premier… Le/la politique, l’argent, l’homme de la ville y sont profondément décriés et montrés du doigt comme des profanes qui auraient oublié ce que la vie dans sa plus grande beauté peut offrir à l’homme.

A la lecture de ce texte inspiré qui repose sur de profondes convictions exposées avec ferveur, il serait difficile de ne pas se laisser charmer, convaincre par certains aspects de cette vision nostalgique d’un passé glorifié, idéalisé. Il serait également difficile de ne pas admettre les ravages provoqués par le monde ultra libéral et profondément individualiste… Sans complaisance pour le milieu urbain, Giono ne jure toutefois que par ce retour à la terre qui semble être la source la plus évidente de joies intenses, de richesses sincères, immatérielles. Mais n’est-ce pas un peu facile, naïf ou réducteur de n’envisager cela que comme la seule voie possible d’accès au bonheur? Les Vraies richesses est un texte intense et puissant, qui a le mérite d’ouvrir le débat, d’inviter intelligemment à la réflexion… A méditer à la lumière de nos expériences et convictions…

On a dû te dire qu’il fallait réussir dans la vie, moi je te dis qu’il faut vivre, c’est la plus grande réussite du monde.

Les Vraies richesses – Jean Giono

Les Cahiers rouges Grasset

160 pages / 7€50

ISBN: 978-2-246-12385-9

Publicités

22 réflexions au sujet de « Les Vraies richesses – Jean Giono »

    1. Je ne pense pas que ce soit bien ou mal à vrai dire… Je comprends parfaitement qu’il puisse agacer, mais je le trouve touchant quelque part. Même dans ses excès… Mais s’il t’irrite, ce livre n’est clairement pas celui qui te fera changer d’avis…

      J'aime

  1. Je n’ai jamais lu Jean Giono, je ne m’y suis jamais intéressée il faut dire… Le sujet de ce roman en particulier pourrait me plaire. Merci pour cette chronique détaillée 🙂

    J'aime

  2. Coïncidence! Je viens de terminer Nos richesses de Kaouther Adimi, qui retrace l’histoire de l’éditeur Charlot, en Algérie, premier éditeur de Camus, entre autres, dans les années 40. Sa librairie s’appelait nos richesses en hommage au livre de Giono qui avait accepté ce « baptême ». Pour qui aime les livres, c’est une lecture hautement recommandable.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s