Et mon coeur fait boum·Je lis des albums·Que jeunesse se fasse...

La Grande Forêt: le pays des Chintiens – Anne Brouillard

Killiok et Véronica vivent dans un monde qui se moque de la géographie traditionnelle. Le pays des Chintiens est joueur et il faut oser croire en des cartographies imaginaires pour espérer découvrir un jour ce territoire aussi lointain qu’insaisissable.

Voilà des semaines qu’il pleut sans arrêt au Pays du Lac tranquille. Le ciel est désespérément gris; Killiok est au coin du feu, dans son fauteuil préféré. Il savoure un bon café en regardant la pluie. La journée pourrait être ordinaire.

Alors que des pluies diluviennes s’abattent sur le Pays du Lac tranquille, un de leurs amis semble être aux abonnés absents… Son absence soudaine peine à s’expliquer et le manque est trop fort pour être amadoué. Il faut de ce pas retrouver la trace de Vari Tchésou qui n’est pas du genre à partir sans donner le moindre signe de vie. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, le sac est prêt, la valise bouclée et les deux acolytes espèrent vite retrouver l’ami tant chéri.

C’est un voyage en apparence des plus ordinaires que s’apprêtent à faire nos héros. Équipés pour une randonnée dont ils ignorent la durée, ils avancent, portés par un entrain et un enthousiasme certains, nourris par une curiosité du monde qui caractérise si justement les quêtes les plus simples ou les plus folles. Sauf qu’il n’en sera rien et que l’extraordinaire et le saugrenu vont s’inviter dans cette escapade au cœur d’une forêt pleine de surprises, de bruits étranges et de créatures insolites. De page en page, l’improbable a lieu, l’étonnement et l’inattendu deviennent les maîtres-mots d’un voyage qui aura tout pour faire vaciller les esprits les plus rationnels.  Au bout de cette quête, l’espoir, de retrouver cet être qui compte et qui a une place significative dans leur vie.

Résultat de recherche d'images pour

Voilà un album d’une singularité évidente qui titillera les plus curieux d’entre nous. Si en soit, le but du voyage semble bien simple et l’issue sans grande surprise, l’originalité d’Anne Brouillard réside dans sa manière de nous conter un parcours qui joue avec les genres et leur forme. Des pages, jaillissent successivement des passages illustrés fidèles aux albums jeunesse, des planches de BD qui cèdent également leur place à des doubles pages cartographiées ou des petits passages qui s’apparentent à des extraits de documentaires. Derrière ce ballet des supports, très subtilement et très habilement orchestré, se glissent de nombreuses références qui font joyeusement écho à ces récits qui ont marqué nos parcours de lecteurs.

C’est étrange, les choses existent même quand on ne les voit pas.

Le dessin d’Anne Brouillard plonge ainsi le lecteur dans une atmosphère graphique qui rappelle évidemment les merveilleuses ambiances de récits illustrés scandinaves. (Comment ne pas songer aux Moomins, derrière le personnage charbonneux de Killiok?) Les étendues naturelles offrent des paysages foisonnants où fourmillent ces petits détails parsemés au fil des pages… Les couleurs pâles et douces s’accordent aux aléas climatiques et se gorgent des ambiances nocturnes lumineuses sous une lune éclatante. Les scènes d’intérieur – des salons cosy aux refuges de bois plus sommaires – réveilleront chez vous des envies d‘escapades forestières, et prendront une envergure étonnante si vous acceptez de vous laisser surprendre par la folie douce des rencontres qui jalonnent le chemin des héros. L’absurdité de Lewis Carroll n’est jamais bien loin sans être pour autant facilement et gratuitement convoquée. Du dessin au récit, Anne Brouillard signe de sa plume et de son crayon, une balade onirique fabuleuse et insolite à travers une contrée qui demande aux lecteurs d’accepter de rêver un peu... A nous de suivre des traces et des pas, en laissant triompher l’imaginaire et la si délicate déraison.

Il n’est pas surprenant de trouver ce titre dans la sélection du Prix Sorcières 2017. (Catégorie Albums)

La chronique de Balad’en page.

80567571_o
Par Delphine Jacquot

Rencontre/expo/dédicace avec Anne Brouillard : le 10 juin 2017 à la librairie Pages d’encre d’Amiens. Vous venez les Kids?

La Grande forêt: le pays des Chintiens – Anne Brouillard

École des loisirsPastel

5 octobre 2016

ISBN: 9782211216913

74 pages – 18€

Dès 7 ans

Chez Hérisson 5e/20
Chez Hérisson 5e/20

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

18 réflexions au sujet de « La Grande Forêt: le pays des Chintiens – Anne Brouillard »

    1. (Avec moi, évidemment.)
      Et je me doutais bien que tu l’aimerais ce bel album. Et comme tu le dis, c’est d’une ambition folle et j’aime cette audace-là.
      (Ps: je suis un peu avec toi à l’heure où je te réponds. Je suis en pleine rédaction de notre future chronique commune. <3)

      J'aime

  1. Anne Brouillard est une vraie magicienne quand il s’agit de croquer la nuit, les paysages, les intérieurs douillets et les voyages. J’aime beaucoup cette illustratrice !
    Je n’ai pas encore lu cet album mais ton billet donne envie de s’y plonger illico

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s