BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

Écumes – Ingrid Chabbert & Carole Maurel

Elles s’aiment. Tout simplement. D’une tendresse et d’un amour infinis. Seule ombre au tableau: un enfant qu’elles attendent comment on attend Godot. L’éternel absent. Le trop attendu, le jamais venu. Un jour inespéré, la nouvelle tombe: au creux du ventre jusqu’alors toujours vide, la vie a décidé de se nicher. L’euphorie les transporte. La joie est immense. Le ventre s’arrondit, les premières courbes racontent les premières lignes d’une histoire qui se veut belle et grande.

De son côté, elle écrit, écrit. Ligne après ligne, jour après jour.

La grossesse n’est toutefois pas des plus sereines. Il ne faudra que quatre petites cases pour que la couette douillette se gorge d’un rouge vif. Les pronostics des médecins ne sont guère encourageants et laissent les deux femmes désemparées dans le silence et l’obscurité d’une salle d’examen. La vie à venir leur échappe et cède sa place à une autre forme de présence. La douleur succède à l’absent et la mécanique du deuil semble insurmontable.

Ça s’arrêtera un jour, tu crois?

Écumes s’annonce, dès les premières pages, comme une lecture éprouvante. Si la première planche, solaire, paraît sereine, la suite glace assez vite le lecteur saisi par un flot rouge flamboyant. L’histoire n’est pas simple, prend aux tripes et secoue les entrailles. Ingrid Chabbert se livre au fil des cases et cède à son récit une part de son histoire. A l’heure où de nombreux auteurs trempent leur plume au creux de leur nombril, la voilà qui parvient à faire d’un récit profondément intime, une histoire pudique et grave –qui sait aussi être lumineuse- qui touche au-delà du cas singulier.. Trouvant le juste équilibre entre le trop dit et le peu tu, elle offre au lecteur beaucoup plus qu’une histoire qui se contenterait d’être douloureusement triste. Dire le couple, dans toute sa beauté, dans tous ses tâtonnements, ses échecs, ses souffles coupés, ses renoncements, ses douleurs. Dire la reconstruction dans ce qu’elle porte, en germe, de sourires sincères, d’amour sans cesse réaffirmé, de projets qui galvanisent et apprennent à doucement guérir.

Parfois, on se noie dans une mer à boire. Aussi rouge qu’un cœur qui cesse de battre. On regarde vers la surface, à la croisée de chemins sous-marins : remonter ou se laisser aller. 

ecumes1

Pour accompagner cette plume sensible, Carole Maurel (découverte avec l’Apocalypse selon Magda) vient donner corps à ces écorchées vives. Derrières des procédés plutôt classiques de narration graphique, jouant sur les alternances de scènes en couleurs ou en noir et blanc, elle vient entrecouper son histoire de scènes métaphoriques et oniriques qui traduisent la douleur, la culpabilité, la perte des repères. Elle explore les méandres de l’esprit qui se perd face à une telle épreuve et l’on se sent très vite pris d’une empathie sincère pour ces deux femmes qui souffrent. Il suffit d’observer la couverture d’une beauté sobre. L’observer, elle, si légère dans cette robe blanche, si flottante. Aussi. Le vent dans les cheveux, le regard impassible, figé vers un ailleurs qu’on devine mais qu’on ne perçoit pas. Sous l’onde mouvante, les livres s’entassent, s’empilent sur un sol fragile. Autant de pages à écrire, autant de pages à remplir, autant de pages-éponges pour des larmes qui finiront par céder leur place à l’encre. L’encre qui reconstruit, l’encre qui ravive, l’encre qui jamais n’oublie.

Une lecture dont je suis ressortie absolument conquise, intensément touchée, sensiblement émue.

Oui, je me souviens. Je me souviens de tout.

Une chronique que je partage tout naturellement avec ma Noukette adorée qui m’a offert l’album (dédicacé) lors de notre séjour angoumoisin.

Le blog de Carole Maurel. Celui des éditions Steinkis.

Écumes – Ingrid Chabbert & Carole Maurel

Editions Steinkis

17 € – 88 pages

Février 2017

ISBN:978-2-36846-003-0

bd_de_la_semaine_pti_black
Cette semaine, chez Noukette

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

47 réflexions au sujet de « Écumes – Ingrid Chabbert & Carole Maurel »

  1. Il est certain que je le lirai celui-là ! Comme tu le sais probablement déjà, j’aime beaucoup le travail Carole Maurel. Et l’histoire d’Ingrid Chabbert (que je ne connais pas du tout) me parle beaucoup. Je suis ravie que tu aies aimé, ça me donne encore plus envie de le lire!

    Aimé par 1 personne

  2. Bien que le sujet soit dur et que la lecture semble vraiment éprouvante il me tente tout de même. Je crois néanmoins que je commencerai par commander son premier (l’apocalypse de magda, qui me tente depuis trop longtemps ☺)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s