Et mon coeur fait boum·Neuvième art

Qu’ils y restent – Régis Lejonc Pascal Mériaux & Riff Reb’s

Au Nord – Un Loup aux mâchoires pleines de cruelles promesses.

A l’Ouest -Un Ogre géant à l’insatiable appétit .

A l’Est – Un Vampire avide de corps gorgés de sang.

Au Sud – Un Sorcier affamé au visage grimé.

Quatre points cardinaux, quatre monstres terrifiants et la planète entière en guise de plateau de jeu de leur infinie férocité.

Toutes les populations ont épuisé leurs dernières forces et derniers frissons tant la crainte est devenue légion. Chaque personnage règne en maître sur sa contrée et joue les tyrans affamés. Au fil des quatre récits de dévoration, ces brutes boulimiques en arrivent à la même conclusion qui s’exprime en un hurlement glaçant de désarroi: plus une once de chair vivifiante, plus un corps à se mettre sous la dent. Leur folie sans borne et leurs excès alimentaires cèdent la place au désœuvrement famélique. Leurs terres jadis si peuplées sont désormais vides de toute vie. Leur garde-manger n’est plus qu’un vaste territoire qui a perdu tout souffle d’humanité et les voilà pris au dépourvu face à l’absence des hommes ou des gibiers. Autrefois despotes, les voilà aujourd’hui victimes de leur macabre déraison.

Ils quittent aussitôt leur château, leur hutte, leur palais de pierre et leur tanière pour un rendez-vous au cœur même de la Terre. Comment peut alors se solder un face à face aussi intense entre ces quatre terrifiantes puissances?

Alors, poussé par le manque, ivre de douleur, il a fui le territoire pour aller boire ailleurs.

Quatre points cardinaux un peu déboussolés, quatre visages dépourvus d’humanité, quatre estomacs à rassasier.

Qu’ils y restent ou le tout nouveau titre des Éditions de la Gouttière. Pour cet album, la maison frappe très fort en signant une nouvelle fois avec l’immense Riff Reb’s et le fabuleux conteur qu’est Régis Lejonc. Ajoutez à cela la plume de Pascal Mériaux qui s’invite pour co-scénariser cette histoire et vous obtenez un album assez magique et fascinant de noirceur. A travers le schéma répétitif d’une comptine des affamés, le lecteur sera le témoin apeuré d’une confrontation démoniaque.

Quoi de mieux que le coup de crayon toujours juste et saisissant de Riff Reb’s qui offre à ses planches une ambiance riche de couleurs chaudes et vives, théâtre de sombres conflits où  les loups à l’humanité perdue n’ont d’autre choix que de survivre? L’aura des monstres est gracieusement portée par ces jeux d’ombres terrifiantes et diffuses qui se meuvent autour des personnages dépassés par leur aveuglement tyrannique. Chaque planche est à elle seule un vrai travail d’ornement graphique puisque chacune se voit embellie par une frise qui change à chaque histoire. (Riff en exergue qui rend ici hommage à Ivan Bilibine, et revendique cette paternité graphique comme un bel hommage à « ce défunt maître« . )

Le voyage fut long, très long. Il leur a fallu détruire, piller, incendier, tout réduire en compote. C’est bien le moins qu’on puisse attendre d’aussi consciencieux despotes.

Enfin, vous céderez au charme d’une plume poétique qui murmure au fil des planches une histoire pleine de rimes et d’échos, soigneusement orchestrée pour rendre plus intense la rencontre des monstres. J’y ai retrouvé avec émotion et plaisir, la petite musique du merveilleux Kodhja drapée de la noirceur du trait envoûtant et obscur de Riff.

C’est sans conteste (encore) un magnifique album que nous livrent les Éditions de la Gouttière. Elles remportent le pari très osé d’offrir un conte sombre pour la jeunesse en n’hésitant pas à livrer à leurs lecteurs des pages aux traits plus sombres et torturés que les publications que propose habituellement le paysage jeunesse. Les adultes y trouveront assurément leur compte et seront particulièrement enchantés de retrouver Riff dans cette aventure des plus vertigineuses. Un joli format, digne des beaux livres de contes qui trônent précieusement sur nos étagères à dévorer d’urgence.

Un autre Riff chez La Gouttière.

Qu’ils y restentRégis Lejonc et Pascal Mériaux – Riff Reb’s

Éditions de la Gouttière

Avril 2016

 15 euros / 48 p

ISBN: 979 10 92111 34 7

BD de la semaine Chez Noukette
BD de la semaine
Chez Noukette

 

 

 

 

Advertisements

38 réflexions au sujet de « Qu’ils y restent – Régis Lejonc Pascal Mériaux & Riff Reb’s »

  1. oh j’adore …. ce graphisme étonnant, ces somptueuses frises, ces couleurs … et le scénario, on est presque dans de l’anticipation … ça fait un peu flipper !!! Je ne connaissais pas Riff, et c’est bien dommage … j’ai hâte de découvrir cette BD. Belle journée à toi.

    J'aime

    1. Il y a un côté flippant et à la fois très prenant. Ce petit truc qui te fait tourner et tourner les pages au rythme de la course folle des monstres… J’espère que tu l’aimeras en tout cas ! Bonne lecture !

      J'aime

      1. Pas lu Kodhja non. Longuement feuilleté à Montreuil (Noukette a eu droit à une belle dédicace de Régis Lejonc, j’en ai profité pour discuter avec lui du Phare des sirènes, mais je n’ai pas craqué 😉 )

        Aimé par 1 personne

      2. Bon alors JE L’ANNONCE solennellement: ne l’achète pas ! Je tiens vraiment à te l’offrir. (Sachant que je peine toujours à trouver un titre que tu n’as pas.) C’est noté m’sieur?
        Je te donnerai ça un « certain week-end de juin ». Pour notre petit rendez-vous entre gens d’exception. 🙂

        J'aime

    1. Je n’ai pas de 6e mais si c’était le cas j’aimerais vraiment leur confier ce titre et leur faire découvrir… Il y a même moyen de créer de chouettes exercices d’écriture autour de l’album.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s