BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

Le Chanteur perdu – Didier Tronchet

Il y a des jours comme ça où les livres s’empilent et s’oublient, où les revues autrefois feuilletées avec envie s’entassent et ne captivent plus, où l’intérêt peine à être stimulé, la curiosité entretenue… C’est ce qui arrive à Jean, un poil dépassé par sa vie routinière. Un malaise et le diagnostic est sans appel: l’arrêt pour burn-out est prononcé comme on déclare coupable un homme sur le banc des accusés.

À force d’avoir vécu parmi les livres, je me suis fabriquée une fiction romanesque… Celle d’un chanteur perdu…

Comme tout semble le submerger, il envisage un grand tri dans son appartement dans l’espoir de trouver dans ce vide nouveau un regain de légèreté et un soupçon d’envie. C’est alors qu’une cassette (oui, cet objet d’une autre époque) refait surface et avec elle, la bande originale d’un passé délaissé. Les paroles et mélodies de Rémy Bé ont tout d’une madeleine proustienne et ce come-back musical vient réveiller l’esprit déboussolé et éteint de Jean. De cette réminiscence naît une obsession: partir sur les traces de ce chanteur quasi inconnu dont il a tant aimé les textes et retrouver l’homme qui n’a pas eu le succès qu’il méritait.

Le cidre d’Aimé était fort. À 2h du matin, nous étions les meilleurs amis du monde.

Des terres bretonnes aux sables humides du Cap Gris-Nez en passant par la chaleur des îles malgaches, Jean enquête sans relâche, fantasmant les possibles retrouvailles avec cet inconnu sans songer réellement aux conséquences de sa démarche incongrue. Une quête peu commune qui l’amène à voir du pays, à découvrir d’autres visages, à s’ouvrir au monde et à se confronter à une réalité loin de ses rêveries de mélomane. Et assurément, il comprendra vite qu’il est de ces recherches qui conduisent vers l’autre mais qui, indéniablement, apportent bien des réponses sur soi.

Il n’est pas responsable de mon déni du temps qui passe.

Quelle belle surprise que cet album signé Tronchet qui a su éveiller ma curiosité dès les premières planches et que j’ai suivi à l’autre bout du monde avec une curiosité sans cesse entretenue par les pérégrinations bancales du personnage. J’ai souvent souri face à ce type un peu gauche et désabusé qui ne manque pas d’humour et dont les sarcasmes ponctuent joyeusement les bulles. Du côté des illustrations, le trait ne va pas s’enorgueillir de fioritures ou d’excentricités colorées. Il se veut vif et efficace et croque de sacrées gueules au fil des cases. Ce projet fou a autant de charme qu’il paraît improbable et cette enquête poético-musicale fut une jolie bulle d’évasion dans ces jours confinés. Une histoire adorée, presque vraie et d’une profonde humanité.

Peut-être qu’avancer, c’est se tromper de mieux en mieux?

La chronique de Jérôme.

Le site de l’auteur pour aller un peu plus loin après cette belle lecture.

La BO des pages tournées : Album du Chanteur perdu à télécharger.

Le Chanteur perdu – Didier Tronchet

Éditions Dupuis – Collection Aire Libre

184 pages / 23€

EAN: 9782800174839

Février 2020

Chez Noukette.

 

34 réflexions au sujet de « Le Chanteur perdu – Didier Tronchet »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s