S'essayer à l'Essai.·Vous avez dit culture ?

La Fontaine, une école buissonnière – Érik Orsenna

La morale de cette histoire est simple. En La Fontaine, deux êtres existent et s’affrontent: l’homme libre et le courtisan.

Nous connaissons tous Jean de La Fontaine. Tout le monde est capable de citer quelques-uns de ses vers, souvenir enfoui mais délicieusement ou mécaniquement conservé dans les méandres de notre mémoire. Alors vous vous doutez bien que lorsqu’un Académicien  – cru XXIe siècle – prend la plume pour raconter un autre de ses confrères – et pas des moindres puisqu’il s’agit du grand fabuliste Jean de La Fontaine – autant dire que ce genre d’ouvrage vient titiller la curiosité de la littéraire que je suis…

Chaque existence suit son rythme. Il en est d’activité continue. Ces vies-là sont rares et au bilan, pas forcément les plus productives. Il en est d’autres qui commencent rapides, mais s’exténuent vite ou soudain se taisent, convaincues d’avoir tout dit. Il en est enfin qui flânent, (…) donnant au temps tout le temps qu’il veut.

Une chronique d’un siècle qui n’échappe pas à quelques longueurs selon les thèmes abordés. L’humour alerte et virevoltant d’Orsenna vient néanmoins progressivement installer un rythme captivant qui a peiné à me convaincre au début du livre… Peu à peu, le plaisir de la découverte et la richesse des références sont venus réveiller mon intérêt. Relatant la vie du fabuliste entre ses trajets reliant Paris à Château-Thierry, Orsenna dévoile bien des facettes de la personnalité de La Fontaine: passion pour les femmes, plaisir grivois de l’écriture, admiration pour les textes antiques, rapport étroit avec les hommes de pouvoir… Autant de sources qui ont permis de nourrir son œuvre et son imaginaire.

L’angoisse face au trépas a des raisons que la raison ignore…

Au fil de ce récit biographique surgissent les textes de l’écrivain et la fabuleuse langue classique… Extraits de ses fables, de ses contes s’entremêlent au récit d’Érik Orsenna. Cet enrichissement textuel nourrit sa démarche de vulgarisation érudite et vient s’immiscer dans sa réflexion. Une volonté de partager avec nous le plaisir de ces belles lettres et d’illustrer son propos  mais qui, à mon sens, parasite toutefois un peu la fluidité de la lecture quand elles sont trop présentes…

De ces pages surgissent des figures historiques emblématiques comme ce duo d’ennemis jurés Fouquet et Colbert, des monstres de la littérature comme Boileau et Racine, et des figures plus modernes comme François Mitterrand. Les parallèles sur la vie de cour et de courtisan sont rapidement faits entre le XVIIe et le XXe et l’on comprend aisément que si les visages et les fonctions ont changé, les courtisans contemporains ont encore de beaux jours devant eux (et pas qu’en politique…) Gare à la Peste !

Mais ceux qui sont aimés par tous ne peuvent imaginer qu’un seul résiste à leur charme.

La Fontaine, une école buissonnière – Érik Orsenna

Éditions Stock – France Inter

198 pages / 17 €

Août 2017

ISBN:  9782234082489

 

Publicités

16 réflexions au sujet de « La Fontaine, une école buissonnière – Érik Orsenna »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s