Neuvième art

Le Sculpteur – Scott McCloud

Le Sculpteur de Scott McCloud – Rue de Sèvres

David Smith est un artiste en mal de reconnaissance. Après avoir été auréolé de gloire, soutenu par un riche investisseur, il comprend vite le goût amer des succès éphémères et prend conscience de la fragilité du piédestal doré sur lequel la scène artistique new yorkaise l’a placé.

Ruiné, quelques dollars en poche et des principes plein l’esprit, il noie son désarroi dans l’alcool sur le canapé en cuir d’un diner bon marché. Surgit alors un visage familier, comme une note d’espoir dans un quotidien bien morne. La promesse de l’oncle

Au fil de la conversation, David avoue être prêt à donner sa vie pour qu’on le reconnaisse enfin en tant qu’artiste. Ainsi soit-il… Comme Faust l’a fait avant lui, il scelle un pacte fantastique avec ce diable presque sympathique et reçoit la faculté de maîtriser tous les matériaux, de dompter n’importe quelles matières pour les rendre grandioses et merveilleuses. L’acceptation de ce don singulier déclenchera un décompte macabre puisqu’il signera son arrêt de mort. Deux cents jours. Pas une minute de plus, mais juste le temps nécessaire pour graver son nom dans les mémoires.

How David met Meg.

Amoureux de l’Art plus que de sa propre vie, il ignore toutefois qu’il s’apprête à faire une rencontre éblouissante: Meg, une brune mystérieuse qui dissimule bien des blessures derrière une forte personnalité. Le temps qui lui reste devient alors une obsession. D’un côté, ses mains créent et donnent vie à la matière et la ville de New York devient la plus belle des mottes d’argile pour laisser s’exprimer ce don époustouflant. De l’autre côté, un autre apprentissage se joue: celui de la découverte de l’amour fou et inconditionnel, des corps qui se frôlent pour mieux exulter. Quel équilibre trouver alors entre ces deux passions qui vous grandissent et vous électrisent ? Quelle place accorder à l’Art, à sa valeur? Voilà un récit qui interroge notre rapport au temps, aux gens qui comptent et qu’on doit apprendre à quitter alors même qu’il n’y a de place que pour eux dans notre vie.

Tic, tac, tic, tac. Écoutez… La vieille pendule presque silencieuse au mécanisme capricieux invite chacun de nous à prendre le temps de vivre.

Scott McCloud

Un compte à rebours narratif orchestré avec brio qui n’échappe pas à quelques longueurs mais qui prend le temps de sculpter avec talent chaque personnage, chaque situation. Le trait noir, délicat et ciselé de McCloud se voit adouci par des nuances bleutées venant jouer sur les reliefs et les jeux de lumière, enrobant de douceur les visages ou les rues de cette ville qui ne dort jamais. Les planches fourmillent de détails et de jolis clins d’œil (De Miyazaki à Antigone et j’en passe…) Enfin, sans être une grande lectrice de comics, j’ai souvent ressenti l’atmosphère de cet univers que je méconnais mais qui semble allégrement s’inviter dans certaines planches, rappelant ainsi que New York est décidément la ville parfaite pour être le théâtre majestueux des folles ambitions artistiques du protagoniste. Super héros d’un art que lui seul maîtrise, il s’approprie la ville pour mieux masquer l’angoisse de l’échéance qu’il redoute. Et cela fonctionne à merveille puisque nous restons suspendu à ce décompte insolent, retenant notre souffle à chaque instant, emportés dans ce tourbillon du temps qui étourdit de manière vertigineuse.

Scott McCloud
BD de la semaine Chez Noukette 18,5/20
BD de la semaine
Chez Noukette
18,5/20

L’avis d’Antigone, d’Yvan, Mo, Yaneck.

Le Sculpteur – Scott McCloud

Rue de Sèvres

18 Mars 2015

ISBN: 978 2 36981 124 4

496 p / 25 euros

Publicités

46 réflexions au sujet de « Le Sculpteur – Scott McCloud »

  1. Je ne te lis qu’en diagonale, j’ai encore ma chronique à faire pour la semaine prochaine. Bon, en même temps, c’est moi qui ai écris l’article sur le bouquin dans le dernier zoo….
    Bref, je suis ravi de voir Scott McCloud défendu sur la blogo.
    Pas comme si le nom de mon blog venait de lui… ^^

    J'aime

    1. J’ai vraiment été agréablement surprise par cet auteur dont je ne connaissais que les ouvrages « réputés ». J’adhère totalement au point d’avoir ressorti mon Faust étudié en fac et demandé conseil à Yvan pour des comics tout dernièrement…
      Et tu m’apprends quelque chose pour ton nom de blog… Je vais creuser la question.
      Et bien sûr, je viendrai lire ton article avec plaisir. 😉

      J'aime

  2. J’ai lu un article sur cette BD qui m’avait donné envie et ton billet achève de me convaincre. Je n’aime pas bien les comics avec types en justaucorps jaune et bleu, mais ceux-là m’intéressent beaucoup. Merci pour ce conseil.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s