Challenge accepted !·Je lis des albums·Que jeunesse se fasse...

Le type – Barbeau & Cinquin

 » Et puis tout à coup, j’ai rencontré un TYPE »

Il y a sur cette couverture comme un goût de Magritte, comme un fantôme familier qui plane. Ce type-là, dans l’ombre et pourtant auréolé de lumière, au sourire aussi taquin que lunaire, a quelque chose qui nous intrigue et quitte difficilement notre esprit. Alors très vite, nous tournons les pages, en bons lecteurs habitués aux albums. En germe, notre curiosité et ce plaisir presque certain que nous avons une pépite entre les mains et que nous allons entrer dans l’intimité des mots et des images.

« J’étais très bien. La tête dans les étoiles et les pieds dans le bonheur. »

Une autre « intimité » s’offre alors à nous… Les feuillets de ce livre seraient, d’après l’espiègle sous-titre, « des pages arrachées au journal intime » de l’auteur. Sur un papier épais, au doux relief, légèrement quadrillé comme un cahier d’écolier, l’histoire commence, écrite presque négligemment à la plume… Il est question d’une balade, dont nous profitons au côté de l’auteur puisque chaque texte, tel un récit de voyage est accompagné de merveilleuses esquisses : aquarelles, petits croquis, discrètes créatures griffonnées au crayon au coin de la feuille… Les jours passent et chaque escapade est interrompue par la rencontre fortuite avec ce type. Mais qui est cet homme qui ne sait ni sourire, ni rêver, ni aimer ?

Illustration de Fabienne Cinquin

Le type intrigue, le type agace, le type déclenche chez nous un rire nerveux. Que veut-il ? Qui est-il ? Et puis il y a cette femme, croisée au détour d’un chemin. Un regard et quelques mots suffiront à changer le cours des choses, peut-être pour poser un regard neuf sur le monde

Avoir Le Type entre les mains est un véritable bonheur pour tout amoureux des livres. Chaque illustration émerveille, sublimée par la poésie et l’humour de Barbeau. A la croisée des mondes et des genres, entre le journal intime, le carnet de route, l’herbier, le vieux carnet à spirale du peintre ou du dessinateur, le lecteur se laisse surprendre. La candeur fait son œuvre et rappelle à notre bon souvenir combien il est bon de se laisser emporter par le pouvoir des raconteurs d’histoires… Une jolie déclaration d’amour aux mots, aux livres, à l’autre, à l’art. Une vraie réussite !

 » C’était la première fois que je ressentais ça »

Un joli cadeau trouvé au pied du sapin, offert par ma petite sœur. Il y a peu, tu me remerciais, encore émue par ta lecture, de t’avoir offert un album claque. C’est à mon tour de te dire combien ce choix que tu as fait là était parfait.

Le site de l’illustratrice : ici.  Le site de l’auteur : ici.

Challenge albums
Chez Hérisson
2/20
Publicités

6 réflexions au sujet de « Le type – Barbeau & Cinquin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s