Je lis des albums

Vite, vite, chère Marie! Bodecker et Blegvad

Chère Marie, branle-bas de combat, dans une minute le froid est là.

Vite vite chère Marie se savoure d’un souffle, vous plongeant dans une ambiance post-automnale faite de feuilles trop mortes, de bois très sec, de vent revigorant, et de vapeurs odorantes en cuisine. Marie est une épouse des plus dévouées et son mari semble bien trop sédentaire et nonchalant pour lui reconnaître toutes les qualités qu’il n’aura jamais. Pour lui, Marie s’active, Marie s’agite, Marie se dépense, Marie se plie en quatre pour répondre à la moindre de ses requêtes… Elle s’exécute sans broncher au sein d’une modeste maisonnette pleine de charme où l’on passerait volontiers du temps pour se couper de l’agitation du monde. Le mari de Marie, présent dès la première page, s’efface et devient une voix de plus en plus pressante et pesante au fil de l’histoire et l’on admire la sérénité de l’une autant que l’on déplore la passivité de l’autre.

L’autre véritable occasion de s’émerveiller demeure indéniablement toute la magie graphique de ce bel album. Avec une minutie épatante et un sens du détail comme j’aime le trouver dans les illustrations, Erik Blegvad nous plonge au cœur d’un chronique familiale rocambolesque faite de couleurs douces, de pelotes de laine, de chat mutin, de feuilles rousses, de légumes du jardin et de coussins en velours. Un petit monde au charme désuet joliment relié et soigneusement conçu par les éditions Autrement pour leur collection « Fil rouge ».

Du jardin au salon, de la cuisine à chambre, Marie se doit d’être au four et au moulin et les exigences de son époux le rendent véritablement exécrable aux yeux de tout lecteur censé. Face à cette héroïne, imperturbable, celui-ci souhaitera ardemment que sonne l’heure de la révolte et espérera voir ce petit bout de femme mettre fin à cette mascarade machiste indécente. La fin sera sans appel, faisant de cette petite histoire, une fable d’une drôlerie mordante et inattendue.

Voilà un petit titre déniché lors d’une visite nocturne toute particulière dans ma librairie Pages d’encre sur les conseils de mon amie Soizic et autant dire que c’est typiquement le genre de livre petit format que j’aime découvrir au cœur de l’hiver.

Challenge Je lis des albums
2e/20 Hérisson

Vite, vite, chère Marie!
Bodecker et Blegvad

Traduit par Anne-Sylvie Homassel 
Éditions Autrement – Collection fil rouge.

Mars 2013

5.20€ / 30 pages

Publicités

23 réflexions au sujet de « Vite, vite, chère Marie! Bodecker et Blegvad »

  1. Oh celui là aussi semble génial ;0) Et à ce prix là franchement pourquoi se priver ?!! Je le rajouterais à ma prochaine visite à ma librairie :0) Pauvre Marie, j’espère bien que la fin est sans appel ;0) Bonne soirée Moka (et avec ça je suis en train de remplir ma catégorie des albums de vos billets tentateurs :0)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s