Et mon coeur fait boum·Les classiques c'est fantastique

La Promesse de l’aube – Romain Gary

La vie est pavée d’occasions perdues. Se raconter. Gary sait sans nul doute le faire. Enfance, petits aveux de faiblesse, déconvenues et réussites, expériences amoureuses plus ou moins heureuses… Mais derrière ce récit de vie de facture assez classique surgit une figure magnifiée dont l’aura inonde le roman: celle de la mère, omniprésente, qui dès…… Lire la suite La Promesse de l’aube – Romain Gary

L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique·Lire l'ailleurs.

Le Baron perché – Italo Calvino

Prendre de la hauteur C’était un solitaire qui ne fuyait pas les hommes. Au contraire, on eût dit qu’il ne pouvait pas s’en passer. On peut dire que Côme, baron du Rondeau, est un garçon de caractère. Suite à une dispute familiale, ce dernier décide d’élire domicile dans les arbres qui bordent le domaine parental.…… Lire la suite Le Baron perché – Italo Calvino

L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique

Clair de femme – Romain Gary

Et je ne vous dis pas qu’on ne peut pas vivre sans amour : on peut et c’est même ce qu’il y a de si dégueulasse. Les organes continuent à assurer la bonne marche physiologique, et le simulacre peut se prolonger longtemps, jusqu’au moment où la fin du fonctionnement rend le cadavre légitime. Michel et…… Lire la suite Clair de femme – Romain Gary

L'Art du Roman

Corniche Kennedy – Maylis de Kerangal

C’est un seul et même âge, celui de la conquête: on détourne la joue du baiser maternel, on crache dans la soupe, on déserte la maison.  Le bleu dessus, le bleu dessous. Quelques touches de blanc, ciel nuageux ou ce qu’il faut d’écume quand les vagues giflent la roche. De l’un à l’autre, la vertigineuse…… Lire la suite Corniche Kennedy – Maylis de Kerangal

Au TOP !·Instants poétiques·L'Art du récit·L'Art du Roman

De la littérature au TOP pour 2019

Comme chaque année, on TOP 5 ou 10, on liste, on énumère, on distingue, on se souvient. C’est avec mes récits, romans ou poèmes de 2019 que s’écrit la suite de mes bilans annuels… C’est je crois le domaine qui a le plus souffert du manque de temps consacré à la lecture cette année… Palmarès…… Lire la suite De la littérature au TOP pour 2019

Et mon coeur fait boum·S'essayer à l'Essai.·Tribune artistique.

Elle, par bonheur, et toujours nue – Guy Goffette

On n’en dit jamais autant sur soi-même qu’en parlant des autres. Elle est Marie en province. Elle sera Marthe pour le tout Paris. Et sa rencontre avec le peintre Pierre Bonnard a tout d’un accident d’amour. En lui évitant le pire lorsqu’elle s’apprête à traverser la rue, il fait entrer dans sa vie cette femme…… Lire la suite Elle, par bonheur, et toujours nue – Guy Goffette

Et mon coeur fait boum·L'Art du récit

Lambeaux- Charles Juliet

Ta hantise est de mourir sans avoir vécu, sans avoir pu apaiser ta soif, sans avoir rencontré ce que tu ne saurais dire mais qui te fait si douloureusement défaut. La première est une femme meurtrie, peut-être autant de fois qu’elle a été contrainte de se taire et de contenir en elle la colère et…… Lire la suite Lambeaux- Charles Juliet

L'Art du récit·Les classiques c'est fantastique

Pilote de guerre – Antoine de Saint-Exupéry

Vous n’avez tout de même pas la prétention, mon Capitaine, d’être vivant après la guerre? Les premières pages de ce roman ont le goût de la nostalgie. Le narrateur, pris dans ses rêveries de collégien, grisé par la douceur de l’adolescence se laisse porter par la sérénité de cet âge qui ne sait rien encore…… Lire la suite Pilote de guerre – Antoine de Saint-Exupéry

Et mon coeur fait boum·L'Art du Roman

Le Canapé rouge- Michèle Lesbre

N’avez-vous jamais croisé de ces êtres qui semblent ne pas se trouver sur votre chemin par hasard, mais par une sorte d’évidence si bouleversante que votre existence en est subitement transformée ? Elle est la fille du train. Celle qui monde à bord de ce compartiment, poussée par bien plus qu’un simple besoin d’évasion. Elle…… Lire la suite Le Canapé rouge- Michèle Lesbre

Premières lignes

Premières lignes #6

La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Elle lui déplut, enfin. Il n’aima pas comment elle était habillée. Une étoffe qu’il n’aurait pas choisie. Il avait des idées sur les étoffes. Une étoffe qu’il avait vue sur plusieurs femmes. Cela lui fit mal augurer de celle-ci qui portait un nom de…… Lire la suite Premières lignes #6