BD de la semaine·Neuvième art

Un petit goût de noisette, de fruits rouges et de chocolat amer (Tome 3) – Vanyda

Les habituée·s souriront tendrement en apercevant le petit ponton et les feuilles d’automne qui tombent sur le sentier au bord de l’eau. Parce qu’il faut bien l’admettre, lire cette trilogie de Vanyda a toujours sonné comme un rendez-vous délicat, une attente impatiente, un moment un peu solennel quand arrive entre vos mains la suite de ces récits d’amour ou d’adieu.

Au goût de la noisette et des fruits rouges s’ajoute l’amertume du chocolat, saveur de rigueur quand on sait toute l’ambiguïté et les multiples rebondissements que peuvent offrir les histoires d’amour. Et si goût reste en bouche comme un regret, une frustration, une déception ou un immense gâchis, il est aussi une facette du sentiment amoureux que l’autrice ne néglige absolument pas dans cet opus final. 

C’est quand même vraiment triste que l’amour ne suffise pas.

C’est ainsi que nos personnages se retrouvent au cœur de récits qui sont parfois de jolis clins d’œil et échos nostalgiques aux tomes précédents. Les héros ont grandi/vieilli et entre art de l’ellipse et sens de la déduction, l’autrice nous laisse le soin de comprendre que certains couples ont pris de petits sentiers et chemins de traverse et que la splendeur – et candeur – des rencontres passées n’est désormais qu’un souvenir qui ne manque pas d’acidité. Quelques nouveaux personnages s’ajoutent à cette valse mélancolique et se joignent à ces femmes et ces hommes qui nous ont accompagné·es durant trois albums. Comme à chaque fois, le ton est incroyablement juste, les angles narratifs choisis très perspicaces, l’humour s’invitant subtilement et estompant à sa manière les douleurs qui minent.

C’est parfois intéressant, l’amer.

La palette de couleurs reste sensiblement la même et l’on s’en réjouit incontestablement. Notons l’usage plutôt osé et réussi d’une histoire « blanche » dans un album qui repose sur un crayonné associé habituellement à des pages gorgées d’aquarelle. La trilogie prend ainsi fin en ayant permis de dire l’amour dans ses multiples facettes et dans toute sa complexité. Un sentiment qui ne manquerait pas d’alimenter encore bien des histoires mais l’on referme ce titre en sachant qu’il s’agit là d’un point final. Nulle amertume dans ces adieux-là, seulement la sensation douce et le sourire ému d’avoir trouvé le miroir de nos vies sentimentales grisantes ou chaotiques au fil de ces cases-là.

Chroniques des tomes précédents :

BO des pages tournées : L’un part, l’autre reste. Charlotte Gainsbourg

Un petit goût de noisette, de fruits rouges et de chocolat amer (Tome 3)
Vanyda
Éditions Dargaud
20,50 € / 224 pages / 2022
BD de la semaine9e Art – Dire l’amour

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Les chroniques des amoureuses des bulles se retrouvent

Au milieu des livres

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊

Sabine                 Fanny                    Eimelle                   Karine

Mylène            Pati                  Nath                 Hilde

Caro                 Blandine           Amandine            Soukee          Maël

13 réflexions au sujet de « Un petit goût de noisette, de fruits rouges et de chocolat amer (Tome 3) – Vanyda »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s