L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique·Polars et Romans noirs

Le Fantôme de l’Opéra – Gaston Leroux

C’était l’heure tranquille où les machinistes vont boire.

Alors qu’un machiniste est retrouvé pendu dans les coulisses et qu’une représentation tourne mal suite à la chute d’un lustre, une enquête est ouverte. D’autres événements incongrus s’ajoutent tour à tour à la liste des événements inattendus qui agitent ce petit monde du spectacle… La nouvelle direction subit quant à elle la pression d’un maître-chanteur insaisissable qui signe ses exigences d’un énigmatique Le Fantôme de l’Opéra. En bons cartésiens, ils tentent de défier cet homme de l’ombre en refusant d’entrer dans ce jeu-là. Parallèlement, Christine Daaé, jeune chanteuse sans grand talent notoire est appelée à remplacer la Carlotta, diva emblématique de l’Opéra soudainement malade. Sur scène, elle devient magistrale et provoque l’admiration d’un public pourtant loin d’être conquis d’avance.

Puisqu’il est partout, il n’est pas admissible qu’on ne l’aperçoive nulle part.

Mais quand elle quitte la lumière, c’est l’effroi qui s’empare de son esprit troublé… Rien de légitime dans son succès. Il serait dû à cette voix qui ne cesse de la hanter et de lui insuffler cette force singulière et inexplicable sur scène. En avouant ce trouble à Raoul de Chagny, loin d’être insensible à son charme et à sa fébrilité, Christine fait naître en lui la nécessité d’une quête de vérité au cœur de ce bâtiment incroyable, avec à la clé, l’espoir de braver ce prétendu fantôme qui semble connaître le lieu comme personne.

Rien n’était plus froid, rien n’était plus mort que son cœur : il avait aimé un ange et il méprisait une femme !

Qu’on se le dise, ce roman dense et foisonnant n’a de policier que la qualification. Les mots qui ont mis ce livre sur mon chemin n’avaient ainsi rien de mensonger et ont tenu leur promesse. L’enquête ici est un prétexte pour l’auteur qui nous livre ici une histoire d’amour passionnée aux multiples facettes. Éminemment théâtral, ce récit  nous entraîne dans un monde souterrain digne d’une réécriture du mythe de Perséphone. Partir sur les traces du fantôme de l’Opéra revient à pénétrer dans un royaume fait de trappes et de décors mouvants, idéaux pour un jeu de machinerie labyrinthique étourdissant.

Pourquoi tenter d’entrer dans ma demeure ? Je ne t’ai pas invité. Je ne veux ni de toi, ni de personne au monde ! Ne m’as-tu sauvé la vie que pour me la rendre insupportable ?

Le récit est à l’image de cette histoire qui repose sur plusieurs strates narratives et récits enchâssés. Gaston Leroux se joue des codes et des attendus du genre pour nous offrir une histoire spectacle qui flirte brillamment avec l’univers fantastique. Ajoutez à cela la grandiloquence tragique des personnages qui impose rapidement son rythme et son ton, rendant parfaitement hommage aux grands enjeux opératiques… Jeu de masque, jeu de dupe: quand la manipulation des âmes et des cœurs se mêle à l’art de la prestidigitation, le résultat se veut aussi captivant que flamboyant et ce jusqu’à ce que tombent les masques et se baisse le grand rideau.

Cependant, plus que ce bruit, l’absence de tout autre bruit était pour Raoul un affreux sujet d’angoisse.

Dernier rendez-vous de l’année pour nos fantastiques classiques consacrés aux romans policiers ou aux romans noirs. Bravo aux courageux·ses qui parviennent – en ces temps de fêtes – à nous livrer une chronique pour ce mois de décembre qui nous éloigne un peu de nos chroniques littéraires. Vous les lirez ici : Fanny / Magali / Natiora / Katell  / Lolo / Une Comète  / Natiora (2) / Madame Lit / Pati / Céline / Mumu / Lili / Alice / Mumu (2) / Manon

Les Classiques c’est fantastique !
Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux
Édition Le Livre de Poche – Collection Policier
6,70 € / 342 pages / 1910
Les classiques c’est fantastique / Polars et romans noirs / Dire l’Amour

24 réflexions au sujet de « Le Fantôme de l’Opéra – Gaston Leroux »

  1. J’ai dû relire ma chronique car je ne me souvenais plus très bien de mon ressenti. J’étais visiblement entre deux, parfois aussi enthousiasmée que toi, parfois plus en retrait. Je suis contente que tu aies réussi à participer pour la dernière de l’année en trouvant ton bonheur sur un thème qui ne t’inspirait pas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je lui trouve aussi des défauts. Il y a dans ce récit un ton et un côté un peu vieilli qui aurait pu me déplaire. Mais j’ai vraiment lu ça avec plaisir finalement. En trouvant la narration – bien qu’un peu brouillonne – assez bien menée.
      Contente aussi de m’être lancée, ce n’était pas gagné d’avance.

      J’aime

  2. Oh, à relire assurément 🙂 De mon côté j’ai lu L’aventure de la bande mouchetée d’Arthur Conan Doyle https://pativore.wordpress.com/2021/12/27/laventure-de-la-bande-mouchetee-darthur-conan-doyle/ Je pensais qu’avec le thème, il fallait lire un titre de Sherlock Holmes mais en fait on pouvait lire un policier classique, c’est ça ? 😉 Bonne dernière semaine de l’année et bonnes fêtes de fin d’année 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s