BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

À mains nues – Leïla Slimani & Clément Oubrerie

Alors qu’elle est l’épouse d’un médecin réputé, Suzanne décide de bousculer les conventions sociales et de chatouiller le petit confort bourgeois qui l’a façonnée en passant le baccalauréat. Sa soif d’apprendre est loin de s’arrêter là puisqu’elle s’engage avec ferveur et passion dans des études de médecine. Sur les bancs de la faculté, peu de femmes répondent à l’appel et sa présence est vite remarquée tant pour son talent et son sérieux que pour sa détermination. Très vite, elle s’impose comme une élève brillante et une femme libre bien décidée à prendre en main un destin qui porte en lui bien des promesses de réussite.

Monsieur, ce sont des idées bien rétrogrades que vous exposez là. Bientôt les femmes seront médecins, ingénieures, avocates… Aucune nation moderne ne peut se priver de l’intelligence de la moitié de sa population.

Cette entrée dans un monde qui met habituellement les femmes de côté lui offre de nouvelles perspectives. Elle se lie alors d’amitié avec André, celui qui deviendra son ami, puis son amant. Respectivement admiratifs de leurs parcours, les deux talentueux médecins se font un nom dans le milieu. La chirurgie esthétique suscite vivement l’intérêt de Suzanne qui jette son dévolu sur cette spécialité. Pionnière dans ce domaine, elle s’applique avec talent – et discrétion – afin d’offrir un soupçon de bien être aux femmes qui désirent prolonger un temps l’éclat de leur jeunesse.

Mais nous sommes en 1914 et l’Histoire va lui donner l’occasion d’exceller dans sa profession. Sacrifiés sur le champ de bataille, les hommes reviennent parfois du front sous la terrible et si parlante expression de gueules cassées. Ses doigts de fée et sa précision de dentelière s’affairent autour des hommes victimes de l’inhumanité des conflits. Entre ses mains expertes, les visages renaissent et avec eux, l’espoir d’une vie moins pénible.

Les mauvaises langues nous appellent le service des baveux à cause des blessures spectaculaires qui emportent les mâchoires.

Il aura fallu que Leïla Slimani et Clément Oubrerie publient cet album pour que je découvre cette femme exceptionnelle qu’est Suzanne Noël. Loin d’accepter d’être celle que la société lui impose d’être, elle s’accroche à ses convictions, mène ses projets à leur terme et se fraie une place là où personne ne l’attendait. Les carcans sociétaux ne l’effraient pas puisqu’elle les fait voler en éclat sans se soucier un seul instant du regard des autres.

À mains nues est le deuxième album scénarisé par Leïla Slimani que je découvre avec beaucoup d’intérêt. Après Paroles d »honneur, les femmes sont de nouveau le sujet phare d’une œuvre qui gagne à s’étoffer et prendre de l’ampleur. L’époque et le parcours sont ici différents mais le propos restent tout aussi captivant et édifiant. Portée par les crayons de Clément Oubrerie dessinateur des séries Pablo et Aya, Voltaire amoureux ou Il était une fois dans l’Est, cette BD est une belle rencontre qui n’aurait jamais eu lieu si Agnès ne l’avait pas glissée entre mes mains.

Chaque case est une immersion dans un XXe siècle naissant entre Belle Époque et Années folles et l’on se délecte autant des toiles de fond parisiennes que des scènes plus intimistes de l’album. Les cases consacrées à la chirurgie esthétique osent parfois le parallèle judicieux avec la peinture ou la sculpture faisant de ces visages abîmés des toiles de maître ou des blocs d’argile à façonner. Cela n’a rien d’étonnant quand on connait un peu le travail de l’auteur et son goût pour l’Art… Une manière des plus poétiques d’envisager de réparer les (sur)vivants.

À mains nues (Tome 1) 1900-1921
Scénario de Leïla Slimani, dessins de Clément Oubrerie
Les Arènes
20€ / 104 pages / 2020
9e Art / Destin de femmes
Chez Noukette

33 réflexions au sujet de « À mains nues – Leïla Slimani & Clément Oubrerie »

      1. Oui. J’ai trouvé Chanson douce médiocre (ce n’est pas de sa faute si on a fait un cirque autour, je te le concède) et je trouve qu’elle se la raconte un peu trop. Mais cet album je veux bien le lire quand même 😊

        Aimé par 1 personne

  1. J’ai très envie de le lire !! J’avais entendu parler d’une chirurgienne qui opérait les gueules cassées et qui coopérait avec une sculptrice, je ne sais pas si c’est elle ou une autre ?

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s