BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art·Que jeunesse se fasse...

Birdy Melody – David Périmony

Sur le toit de la roulotte en bois, la légèreté est au rendez-vous et le cœur est en émoi. La fleur au bec, un oiseau s’en vient conter fleurette à sa jolie demoiselle à plumes. Les saisons passent et nos deux amoureux remarquent à peine que l’été s’échappe en un battement d’ailes. Quand reviennent les premiers bourgeons printaniers, alors que tout un monde végétal se déploie, un œuf est encore bien au chaud au creux du nid de brindilles. Le précieux sera pourtant rapidement chahuté par un chasseur hargneux et sans scrupules, prêt à jouer de la gâchette face aux voltiges acrobatiques d’une jeune oiselle qui n’est pas au bout de ses peines. Et que dire, du chat griffu qui devient tigre une fois sorti de sa léthargie ?

Face à tant de mésaventures, la séparation semble inévitable. Surgit alors une jeune musicienne qui fait de sa présence une protection – aussi douce que du cotonpour celle qui reste seule à défendre vaillamment l’œuf si précieux. Sa tranquillité n’a d’égale que sa force d’esprit et son tempérament bien trempé vient faire barrage avec une poigne bien sentie aux prédateurs malfaisants. Mais aussi fort·es et prudent·es qu’ils ou elles soient, les personnages auront impérativement besoin, au cœur des marais tortueux, d’ouvrir l’œil tant le mal peut, à tout moment, prendre un nouveau visage.

Les pépiements joyeux donnent à cet album les premières notes d’une mélodie faussement silencieuse. David Périmony récidive après sa très belle ouverture symphonique portée par son premier livre. La partition continue ici son chemin à rebours puisqu’il s’agit d’un préquel à sa bande dessinée muette. (L’ordre de lecture n’ayant que peu d’importance) Le cadre reste globalement identique ainsi que sa gamme colorée, bien qu’elle gagne légèrement en chaleur. L’on a toutefois l’impression que les hortillons amiénois prennent des allures de bayou et que les airs du gramophone nous enrobent d’une mélodie qui pourrait se jouer sous le ciel de la Louisiane. À nous de changer ce petit disque intérieur – rythmant notre lecture – qui ne cesse de tourner au fil des planches, délaissant le jazz pour la musique cadienne

Dans cet album, le travail de mise en scène prend un bel envol. Moins scolaire, le découpage se libère encore plus des contraintes de la planche pour des choix originaux, empreints d’un indéniable dynamisme et d’un jeu de mouvement tout en souplesse qui rappelle les folioscopes. Ainsi s’enchaînent, entre pleines pages illustrées et découpages audacieux,  les rocambolesques rebondissements d’une aventure qui fait quelques clins d’œil au tome précédent tout en s’émancipant de ses premiers choix narratifs et graphiques.

Si une douceur évidente émane des premières planches, le récit flirte avec des notes plus graves dont la tonalité fait douloureusement écho à des périodes sombres de l’Histoire. Si l’ennemi sait être à l’affût dernière son fusil braqué, d’autres hommes pernicieux veulent imposer le silence à l’harmonie joyeuse qui règne et nous grise. Et, sous les capuches blanches et pointues, le mal rôde, le mal censure, le mal alimente son feu dévastateur et son fiel haineux. Les loopings de notre volatile se transforment alors en une odyssée de louve. Ce surgissement inattendu vient pimenter le récit et lui donner une dimension symbolique puissante qui confirmera, de la plus belle des manières – si cela était encore à prouver – que la littérature jeunesse ne saurait se cantonner à des sujets trop légers.

Le site de l’auteur: ici

Prolongements divers :

Birdy Melody de David Périmony
Éditions de la Gouttière
16€ / 104 pages / Juin 2021
En avant-première aux 25e RDV de la BD d’Amiens
9e Art / BD jeunesse (muette) / Que jeunesse se fasse

 

Chez Noukette

23 réflexions au sujet de « Birdy Melody – David Périmony »

  1. Je n’ai pas encore fait connaissance avec Billy Symphony mais je l’avais dans un coin de ma tête car déjà, Les éditions de la Gouttière que j’ai beaucoup, et en plus, album vanté par une collègue qui a adoré, et qui a vu dernièrement un concert-BD dessus, de toute beauté. Bref, je vais vite découvrir ces deux albums. Tu dois être au courant mais au cas où mais un salon du livre va se tenir sur Lille en septembre autour de la litté jeunesse et BD, et La Gouttière sera dans les invités…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s