Les classiques c'est fantastique

Pierre et Jean – Guy de Maupassant

Mais une vague jalousie, une de ces jalousies dormantes qui grandissent presque invisibles entre frères ou entre sœurs jusqu’à la maturité et qui éclatent à l’occasion d’un mariage ou d’un bonheur tombant sur l’un, les tenait en éveil dans une fraternelle et inoffensive inimitié. Certes ils s’aimaient, mais ils s’épiaient.

L’un est un grand brun destiné à être médecin, l’autre est un grand blond qui plaidera de grandes causes. Pierre et Jean, fils de monsieur et madame Roland, un petit couple normand installé dans la ville du Havre par amour du grand air marin et des embruns. Les deux frères grandissent ensemble mais les adultes qu’ils deviennent jouent tant bien que mal la comédie des gens qui s’aiment. Toutes les occasions pour envier l’autre attisent les tensions latentes… D’abord une charmante veuve, madame Rosémilly, puis un héritage d’un très bon ami de la famille qui bouleverse définitivement leur entente cordiale. Jean, le cadet, devient l’héritier inattendu d’un confortable petit pécule le mettant non seulement à l’abri du besoin mais lui permettant surtout de s’offrir une certaine situation sans trop d’efforts. Pierre, l’aîné lésé, sent lentement poindre une jalousie viscérale qu’il contient avec la maladresse du désarroi. De promenade en solitaire en conversations de comptoir, ce dernier comprend que cet héritage soudain cache en réalité le plus lourd des secrets.

Il portait en lui un petit point douloureux, une de ces presque insensibles meurtrissures dont on ne trouve pas la place, mais qui gênent, fatiguent, attristent, irritent, une souffrance inconnue et légère, quelque chose comme une graine de chagrin.

Cette révélation le bouleverse et lorsque la vérité éclate, la vie de la famille Roland tourne presque à la tragédie racinienne. Il est question d’honneur, de dilemme et d’amour, le tout revisité à la lumière modérée du réalisme et de ces mœurs qu’on décortique au fil des lignes.

C’est vilain, la vie ! Si on y trouve un peu de douceur, on est coupable de s’y abandonner et on le paie bien cher plus tard.

Ce roman du XIXe est celui des rancœurs et des jalousies qui rongent, et qui, faute de s’estomper avec les années, finissent par imploser. Maupassant explore, en bon maître du réalisme, les petits secrets de famille qui détruisent quand ils perdent de leur confidentialité. S’appropriant le motif biblique des frères ennemis, l’auteur pousse la porte des demeures normandes pour y dépeindre sobrement les différends familiaux. Le secret découvert donne ainsi une position de force inédite à ce Pierre qui devient bourreau, triste manipulateur faisant pression sur sa famille pour s’accrocher au peu de pouvoir – à défaut de dignité – qu’il lui reste.

Est-ce que toutes les femmes, toutes, n’ont pas cette faculté d’oubli prodigieuse qui leur fait reconnaître à peine, après quelques années passées, l’homme à qui elles ont donné leur bouche et tout leur corps à baiser ?

Sans surprise, mon premier classique de la semaine est un roman du XIXe, siècle qui ne manque d’histoires de familles particulièrement torturées… En grande lectrice de Zola, j’avoue que j’aime aussi beaucoup la simplicité des romans – et des nouvelles – de Maupassant. Leur noirceur pudique, leur sens du tragique tout en retenue. Nous sommes, certes, loin de la grandiloquence zolienne et de son goût prononcé pour la métaphore mais c’est peut-être aussi pour cette raison que j’aime cette plume. Pour ce qu’elle dit d’un siècle éminemment romanesque.

Allons découvrir le choix de Fanny pour commencer cette semaine Les classiques c’est fantastique ainsi que les chroniques de Natiora, Pati, Paolina, Céline et Alice.

Pierre et Jean de Guy de Maupassant
Éditions Gallimard dans la collection Folio
3€ / 288 pages / 1888
Les classiques c’est fantastique !

17 réflexions au sujet de « Pierre et Jean – Guy de Maupassant »

    1. J’avais envie de lire ce roman depuis si longtemps. (N’assumant pas totalement le fait que ce ne soit pas encore fait.) Maupassant est parfait pour dépeindre ce type de tensions familiales. Hâte de découvrir à mon tour tes frères ennemis!

      Aimé par 1 personne

  1. Adolescente, j’ai dévoré toutes ses nouvelles, et lu certains de ses romans, mais ce Pierre et Jean est passé à travers ma boulimie. Lacune que je peux facilement rattraper, puisqu’ayant figuré au programme de lectures scolaires d’une de mes filles, je sais qu’il n’est pas bien loin… J’aime beaucoup cette occasion que tu nous donnes de (re)découvrir des classiques !
    Bon début de semaine !

    Aimé par 1 personne

  2. Comme j’ai aimé lire Maupassant. J’aurais dû y penser pour ce mois, ce n’est que partie remise, tu m’as donné très envie d’y replonger, et pourquoi pas avec ce texte d’ailleurs 🙂

    J'aime

  3. Bon choix, Maupassant est super 🙂
    Trois titres chez moi dans lesquels la famille est mise à mal :
    1. Audience captive d’Ann Warren Griffith (Le passager clandestin, 2016, États-Unis, 1953)
    https://pativore.wordpress.com/2020/11/30/audience-captive-dann-warren-griffith/
    2. L’examen de Richard Matheson (Le passager clandestin, 2019, États-Unis, 1954)
    https://pativore.wordpress.com/2020/11/30/lexamen-de-richard-matheson/
    3. Un Logique nommé Joe de Murray Leinster (Le passager clandestin, 2019, États-Unis, 1946)
    https://pativore.wordpress.com/2020/11/30/un-logique-nomme-joe-de-murray-leinster/
    Belles lectures et beau mois de décembre 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. J’aime le style de Maupassant, j’ai relu la semaine dernière celui ci, un de mes préférés de ‘=l’auteur (avec Partie de campagne). j’ai découvert Zola le mois dernier avec « AU bonheur des dames » mais quelle intelligence d’écriture ! j’admire et je compte continuer dans son oeuvre !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s