BD de la semaine·Neuvième art

Le Horla – Guillaume Sorel

Le vent tue. L’avez-vous vu? Il existe pourtant.

Si les chats noirs sont porteurs de mauvais présages, celui du narrateur s’échappe un matin en délaissant le bureau douillet de son maître. Inquiet, il parcourt la forêt à la recherche de son animal de compagnie. La veille de cette fugue, un petit oiseau pénétrait affolé dans ce même bureau pour retrouver – non sans mal – sa liberté. Tantôt, la maison de maître semble avoir quelque chose de magnétique, tantôt elle semble être un lieu à fuir à tout prix.

Quand je rentre, il y a cette inquiétude qui s’empare de moi. Comme si quelque malheur m’attendait chez moi. Que vois-tu que je ne vois pas?

Le propriétaire du domaine n’échappe pas à son lot de tourments, souffrant de fièvres qui le contraignent régulièrement au repos. Épuisé et malade, ses nuits sont synonymes d’angoisses douloureuses qui gagnent en intensité. Ses inquiétudes deviennent craintes, ses craintes deviennent frayeurs au point d’inviter dans ses nuits agitées des hallucinations et des visions cauchemardesques. Très vite, le doute s’empare de cet homme qui ne se sent plus seul chez lui et refuse – face à tant d’invraisemblables phénomènes  – de mettre cela sur le compte de la folie. Mais comment justifier l’inexplicable quand le plus cartésien des esprits perd ses repères face au réel qui vacille? Malgré toutes les terreurs paralysantes qui le hantent, il semble prêt à affronter cette force qui a pris possession de sa maison ou de son âme…

Et ce sont des réponses qui n’amènent que d’autres questions aux dimensions plus abyssales encore.

S’emparer d’un texte du XIXe attise nécessairement – bien que tardivement – ma curiosité tant je suis une fervente lectrice de la littérature de cette époque. Le travail de Guillaume Sorel est un véritable hommage à l’œuvre de Maupassant qu’il réinterprète brillamment en trouvant le juste équilibre  – entre fidélité et liberté – pour cette adaptation . L’on retrouve avec un plaisir évident les pinceaux de l’artiste et son goût pour l’aquarelle dans toutes ses nuances et subtilités. Ajoutons à cela, une approche graphique qui repose sur un jeu de contrastes qui structure le récit en soulignant toutes les tensions qui s’emparent du héros, tiraillé entre le réel et le frisson fantastique.


Les scènes de jour laissent entrevoir de jolis tableaux d’une Normandie lumineuse tant chérie par l’auteur qui fut le théâtre d’un grand nombre de ses nouvelles ou romans. Sorel y glisse également des clins d’oeil à des œuvres de grands peintres de l’époque, ce qui plaira aux admirateurs de Toulouse Lautrec, Manet ou Degas. Puis, quand la nuit tombe, les couleurs s’assombrissent radicalement. L’auteur délaisse alors le pastel pour une palette plus vive et obscure qui permet d’installer l’atmosphère fantastique si anxiogène pour le héros. Le corps du démon qui le hante semble sorti tout droit de planches anatomiques scientifiques ou d’un tableau d’écorché aux contours vaporeux et transparents Le Cauchemar de Füssli n’est évidemment pas bien loin…

Friand de ces univers fascinants qui délaissent le réel pour mieux laisser surgir l’étrange et l’irrationnel, Guillaume Sorel était fait pour poser son regard sur l’œuvre de celui qui finit par être emporté par une folie dévorante. Un album qui scelle une très belle rencontre artistique qui se moque allégrement des siècles qui séparent les deux artistes.

Guillaume Sorel au milieu des livres: Hôtel particulier / Les derniers jours de Stefan Zweig

Le Horla
Adaptation de la nouvelle de Guy de Maupassant
Scénario et dessins de Guillaume Sorel
Éditions Rue de Sèvres
15€ / 64 pages / 2014
BD de la semaine – Les classiques c’est fantastique- XIXe mon amour

 

Chez Noukette

24 réflexions au sujet de « Le Horla – Guillaume Sorel »

  1. Très bel avis ! Encore jamais lu Le Horla de Maupassant (mais qu’est-ce que j’attends ! Surtout que jusqu’ici j’ai aimé toutes mes lectures de l’auteur – toutes lol ^^ J’en ai lu deux ^^). Cette adaptation BD me tente beaucoup aussi ! Les planches sont superbes !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s