BD de la semaine·Neuvième art

Les Filles des Marins Perdus – Teresa Radice & Stefano Turconi

Le détroit de Gibraltar dépassé, tous les maris redeviennent célibataires.

À Plymouth, petite ville portuaire d’Angleterre, la vie grouillante est rythmée par les jours de marché, les événements locaux, les arrivées ou grands départs des marins. Les points d’ancrage des habitants y sont multiples. Certains vont s’enivrer dans les bars avant de retrouver leurs femmes, d’autres préfèrent les corps des filles de passage. Le Pilar est d’ailleurs une institution en la matière et l’on y croise des femmes d’une beauté qui grise et éveille le désir. Entre ces murs, les corps lascifs se trouvent et s’abandonnent. Certains hommes y ont même leur « régulière »…

Quand on a un moment de liberté, on se réfugie dans les vers de ses poètes. C’est notre façon à nous de la sentir près de nous, un peu encore.

Les Filles des marins perdus est un album qui vient réveiller un magnifique souvenir de lecture. A ceux et celles qui n’ont pas encore goûté à la magie du superbe Le Port des marins perdus, il est plus que temps de vous y frotter. Cet opus – cette fois en couleurs – n’est pas vraiment une suite mais il nous offre une immersion dans la maison close la plus réputée de la ville. Nous y découvrons, à travers deux récits, les coulisses de la vie des filles de joie et leurs histoires de Shéhérazade à l’anglaise. Complices, médisantes, solidaires: elles se confient, aussi, les soirs chômés, leurs aspirations à vivre d’autres vies que les leurs. Un quotidien certes un poil fantasmé et assurément un peu éloigné des sombres heures qui souvent s’y jouaient mais autour duquel se tissent les histoires qui font vivre Plymouth.

Pour nous parler, nous aurions dû hurler… Nous sommes donc restés muets.

On y retrouve alors la ville comme on reviendrait sur les lieux d’un voyage antérieur. On y foule les pavés avec la sensation d’avoir déjà parcouru ces rues et l’on se sent familier de cette petite ville, théâtre de bien des intrigues. Dans ce paysage connu, de nouveaux visages surgissent. Celui d’un Maori dont la grandeur d’âme égale sa stature imposante (et qui assurera la protections des femmes qui croiserait des hommes malhonnêtes), ceux de demoiselles qui savent, aussi, s’émanciper des préjugés et des carcans que leur impose leur condition. Des retrouvailles réussies avec le talentueux duo Radice et Turconi.

Chez Noukette

 

Les Filles des Marins Perdus
Scénario de Teresa Radice, dessins de Stefano Turconi
Traduit de l’italien par Frédéric Brémaud
Éditions Glénat, dans la collection Treizeétrange
17 € / 128 pages / septembre 2020
BD de la semaine – 9e Art

15 réflexions au sujet de « Les Filles des Marins Perdus – Teresa Radice & Stefano Turconi »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s