BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

L’Odeur des garçons affamés – Loo Hui Phang & Frederik Peeters

Dix-sept ans, je perdais mon pucelage. Je traînais à Dublin, je rêvais de Londres. J’apprenais à boire comme un matelot. Et à fumer comme une lady.

Oscar Forrest a quitté la ville, emportant avec lui sa tristesse, son élégance et sa résignation. Derrière lui, un homme dont il chérit secrètement le souvenir dans un petit médaillon. Devant lui, un projet photographique qui lui rapporte gros, au risque de participer à un recensement immoral sur les grandes plaines poussiéreuses du Far West. Saisir les corps et les visages des peuples autochtones de son art sorcier, comptabiliser les êtres, évaluer les sols, estimer le bétail comme on dresse un état des lieux avant de s’approprier des terres convoitées. À ses côtés, Mr Stingley, un homme bourru peu scrupuleux et Milton, un jeune garçon de ferme en fugue. Ces hommes qui ont fait de la fuite un art de vivre se retrouvent alors à cohabiter sur un campement de fortune pour mener à bien cette mission au cœur d’une Amérique en profonde mutation.

Mais non loin d’eux, des regards indiscrets ne les quittent plus. Celui d’un homme cadavérique au visage émacié et menaçant qui pourrait avoir sa place dans un Freak Show. Armé et peu avenant, ses intentions sont limpides. Il faut que l’on sente la poudre et que les balles mettent les chairs à vif. Celui d’un homme dont la peau pleine de sillons se fond dans les terres ocre et arides. L’imperceptible étau oculaire se resserre ainsi inexorablement sur eux.

Moi, j’aurais adoré ce mensonge. J’aurais aimé croire à quelque chose d’impossible, qu’on me persuade que je pouvais retrouver ce que j’avais perdu.

Moi qui clame à qui veut l’entendre mon aversion pour les westerns, me voilà bien ennuyée car il s’agit là encore d’une lecture à contre-emploi qui m’a fait revoir mes jugements un peu trop arrêtés. (Ndlr: Le Sans foi ni loi de Marion Brunet a désamorcé le climat tendu entre cet univers et moi…) Derrière ce titre absolument sublime, on retrouve assurément les incontournables lieux communs des récits de cow boys et d’indiens: troupeaux de chevaux sauvages, hommes sous tension aux regards perçants, colts et grand galop… Mais très vite, l’on sent que tout cela n’est qu’un décor qui invite à déplacer et focaliser notre regard sur ce qui va lier les héros de cet album. La narration invite à se glisser dans l’intimité de ce clan itinérant et dès lors, l’on se retrouve saisi par la classe furieusement insolente d’Oscar, ce dandy mélancolique, on s’attache très vite à ce jeune blondinet bien moins naïf et frêle qu’il ne le laisse paraître, on s’agace de la grossièreté et de la bêtise crasse de leur comparse Stingley.

Dans ce monde, il y a des choses que deux garçons n’ont pas le droit de faire. À cette impossibilité, mon ami a préféré la mort.

L’album de Loo Hui Phang raconte brillamment et subtilement l’histoire d’une rencontre fulgurante et de ce qu’elle provoque ou ravive chez ses héros. On y dit le désir dans un monde souvent dépeint dans sa virilité primitive. Les bulles voient se côtoyer un mélange très juste de crudité et de poésie et l’on se laisse vite prendre au jeu de ce très beau récit, haletant et délicat. La scénariste y dit l’odeur des corps, elle y relate la puissance charnelle, celle sur laquelle personne n’a de prise, ajoutant à cela tout un monde chargé de fantômes, de croyances et de magie pour brouiller les pistes, entre réalité et fantasmagorie.

J’ai découvert cet album dans son édition de luxe – embourgeoisement quand tu nous tiens – dans sa version en noir et blanc rehaussée de deux lavis qui rythment les jours et les nuits du récit. J’avoue qu’il n’aurait pas suscité le même intérêt – et remporté ce vif succès – entre mes mains si j’avais feuilleté les pages en couleur. Faisant la part belle au trait de Frederik Peeters, le dessin se pare alternativement d’un bleu léger ou d’un rouge terreux gorgé d’eau qui souligne les ombres et apporte une discrète profondeur à chaque décor ou personnage. Épuré à souhait, ce travail graphique fait clairement son effet au fil des pages et vient souligner toute la beauté mystérieuse et vaporeuse des passages plus mystiques.

Un album coup de foudre. Aussi surprenant qu’inattendu venu allégrement bousculer les codes du genre et mes aprioris.

Que vous le vouliez ou non, on forniquera jusqu’à la fin des temps parce qu’on aime tellement ça. Rien n’est plus beau que l’odeur des garçons affamés.

Frederik Peeters au milieu des livres: Koma

L’Odeur des garçons affamés – Loo Hui Phang & Frederik Peeters

Éditions Casterman

Édition de luxe, Noir et blanc, dos toilé.

39 € / 144 pages

ISBN: 9782203110120

Avril 2016

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Ce mercredi…

La BD de la semaine est au milieu des livres!

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Chroniques des amoureux-lecteurs dans leurs bulles de confinement !

Stephie              Mo              Antigone             Noukette

Amandine           Sabine            Eimelle          Gambadou

Cristie                Pativore                Karine              Mylène

Nath                  Lucie                    Caro                 Soukee

 

 

 

 

49 réflexions au sujet de « L’Odeur des garçons affamés – Loo Hui Phang & Frederik Peeters »

  1. J’avais lu la version classique après être tombé sous le charme de son livre d’images Saccage. Peeters à une vraie touche graphique et cette odeur des garçons affamés très poétiques. Je trouve dommage que cette édition luxe n’assume pas un vrai noir et blanc. La colorisation d’origine était très bien et je trouve la bichromie un peu plate et inutile. Mais je confirme que c’est un album à lire et absolument pas un western (dans le sens attendu).

    Aimé par 1 personne

    1. Je l’ai découvert avec ce titre et c’est une véritable surprise (même si Pilules bleues est sur mes étagères depuis des lustres…) Et contrairement à toi, je trouve ce jeu de lavis très pertinent et bien moins criard que la version couleur…

      J'aime

  2. Madame s’embourgeoise en effet (mais je suis sûr que ça te va bien au teint^^). On est certes dans le western avec cet album mais sacrément revisité quand même. J’ai adoré, même si je ne suis pas certain d’avoir tout compris à la fin.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai creusé justement la question après ma lecture tant j’ai aimé ce titre et j’ai justement mis Les enfants pâles sur ma liste d’achats post-confinement. Et puis, je ne suis pas western comme je le dis dans la chronique, mais tu n’en as vraiment que le décor. Pour le reste, c’est excellent.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s