BD de la semaine·Neuvième art

Senso – Alfred

La pénombre, c’est rassurant. Je ne suis pas taillé pour être en pleine lumière… Il me faut des recoins pour me cacher… On me le reproche… Mais j’ai souvent besoin de fausser compagnie…

Ici, on étouffe et l’on peine à respirer tant la chaleur vous accable… Cette langoureuse torpeur vous enrobe, redessine les espaces entre les zones ombragées et le soleil harassant. Et c’est dans ce paysage écrasé par le soleil que Germano arrive avec un retard indécent pour se rendre à une exposition. À peine arrivé, les imprévus donnent dans la surenchère et les situations cocasses se succèdent. Le voilà sans chambre d’hôtel, puis invité clandestin à un mariage au milieu d’inconnus tous aussi avinés les uns que les autres.

La fête bat son plein, l’alcool coule à flot. Deux solitudes se croisent, bavardent. Éléna et Germano s’offrent une nuit légère, grisés par l’euphorie et l’effervescence d’une fête qui leur échappe et qu’ils cherchent à fuir, en toute discrétion. Inévitablement, leurs conversations révèlent des connivences, éveillent les confidences. Il est question des amertumes de l’âge, du bilan que l’on dresse entre deux vies, de couple, d’usure, de ces doutes et ces envies qui les effleurent ou les assaillent. Et dans le silence d’une chambre d’hôtel, pendant que le monde s’agite, deux corps s’étreignent, se caressent inlassablement et s’oublient dans la moiteur estivale.

Ce soir, on se ment un peu. Demain, on verra.

La nouvelle BD d’Alfred est une véritable immersion graphique dans une Italie à laquelle le lecteur a déjà goûté au fil des pages de Come Prima. La nuit bleutée y est incroyablement douce à l’instar du jour incandescent, gorgé d’une douce lumière orangée. De cases en planches, les héros s’apprivoisent et de délestent de tout ce qui lasse. Seul le lâcher prise compte, seules les quelques heures à venir auront l’importance qu’ils voudront bien leur octroyer.

Germano est absolument parfait dans son rôle de paumé dégingandé, timide et gauche à souhait et son association à la sensuelle et libérée Élena donne naissance à un duo absolument charmant. On regrettera ou l’on acceptera docilement, de n’être le témoin que d’une parenthèse sensible qui se révèle un peu frustrante. Assurément, si tendre est la nuit dans cet album, elle est peut-être un peu trop courte… Et quand on voit la beauté des planches qui racontent en silence la splendeur de ce coin d’Italie, on se demande si ce binôme amoureux n’est pas un prétexte à une autre belle déclaration d’amour, celle d’un auteur furieusement sous le charme d’une terre, de ses couleurs, de ses reliefs et de son atmosphère qu’il saisit avec une aisance insolente.

La BO du jour: L’amour, l’amour, l’amour  – Mouloudji

Alfred au milieu des livres: Come Prima / Pourquoi j’ai tué Pierre / Je mourrai pas gibier

Le blog d’Alfred.

Les mots de Sabine, mon petit carré jaune. Et ceux de Noukette.

Senso – Alfred

Éditions Delcourt

Collection Mirages

158 pages / 19,99€

ISBN:9782756082844

Octobre 2019

Noukette

 

14 réflexions au sujet de « Senso – Alfred »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s