Listomanie·Lovely friends·Moi après mois...·Mon nombril

Moi après mois: my September

Show Time: salle C11, here I am!/ Retrouver des visages, en découvrir d’autres / 5B-5F-4G-3C-3E / Une équipe de 3e qui pourrait presque faire ses conseils de classe au pub. #Ilovemyjob /  Branly, welcome here. / Un mercredi entre le Good et le Hoppy / Celle qui revisitait le selfie en contre-plongée et qui me faisait mourir de rire. / Jacky et Coco, c’est la famille / Bobun & petits potes / Elle est libre comme le vent, elle se donne tous les droits / Celui qui venait avec son tricot / Le rendez-vous sur le rooftop  / Une histoire de contes qui nous va comme un gant / Petite garce qui je préfères -Tu le sais mieux que moi – Je préfères que tu sois légère – à la guerre à Troie / Un matin avec Anne / Celui qui allait courir / Ce même-lui qui me confiait une raquette de bad #LeParrain / Ces À bientôt qui jouent avec l’impatience. / 3000 mètres pour ne pas penser. / Les pages blanches qui n’attendent plus rien et qui pourtant se noircissent. / Dans ces bras-là pour se dire comme on s’apprécie. / La brioche de 22h avec les petits potes / Rentrer encore à une heure tardive / Elle respire à nouveau- Elle s’amuse et ça lui va – Elle boit la bière au goulot – Elle est plus drôle sans Toi / Aimer les rendez-vous sur le petit muret / L’engagement vidéo de Pauline / Celui qui avait un rencard / Celle qui partirait à Bruxelles. / Celui qui m’attendait dans le hall de la gare / Le café matinal au milieu du parc / Une folle attention qui me laisse sans voix / Coraline et Val pour un café darguesque / Revoir l’ami Benoît / L’heure où les bières remplacent les cafés.  / La belle Stéphane / Thibaut, le goujat belge facétieux / Une sieste dans le parc / Errance belge / Une carte Poulpisuce qui mérite un cliché / Une étonnante manière de débuter une conversation / Au moins 139 raisons de peu dormir / Le Bruxelles-Lille / M’arrêter chez l’Impertinente / Revoir Charlotte après tant d’années / La môme, un mug qu’on ne doit pas laisser dans un coin et de quoi faire sourire ma Blonde. / Glisser un shortbread et un petit mot dans son casier / Il serait plus prudent, de ne rien partager. / Cet attrait pour le religieux que je ne m’explique pas. / Sourire de ces échos rimbaldien un lundi matin. / Mouture et condescendance ou le lexique clandestin des réunions. / Obsessions, névroses et lignes de fuite. / Nage, nage encore. /  L’île aux fruits avec les copains / Naby fournisseur de cookies / Plateau fromager et verres de vin / Dormir dans le canapé gris / Ce matin querrorivain  / -Tu viens? – Je viens. / Célébrer la sortie de ce superbe Chaplin / La grande tablée Chez Rosa / Les doux mots qui parfois se précipitent / Rentrer et réveiller mon binôme pour provoquer les nuits pleines de sommeil. / Shot de rhum et semoule sucrée pour ponctuer la nuit / Du coin de pelouse au bout de canapé. / Escarpins vs Charentaises. / Tout ceci n’est pas qu’une histoire de choix. / Petit-déjeuner melon et pain complet. / Revoir ma Dom pour un samedi mère-fille / Roussy pistache – Moka Framboise / Faire de Côté jardin mon refuge studieux des mercredis et samedis / Les bouches qui savent, caresses et morsures. /  Des chips qui disparaissent / Un soir japonais à la Vaquetterie / Ramen, beer & wine / La lumière tamisée d’une chambre d’ado / Une histoire de peau. / Celui qui s’amusait de savoir si j’étais à la hauteur. / La reprise de la chorale / Marceau, cet ado très adoptable.  / Un matin Trapenard / Un mercredi traquenard / Délicieuses addictions / Méditations de couloir. / Une odeur de rhum, qui colle à la peau comme un homme. / 7h40 bordel! / Et finalement de moins pire en banal, elle finira par trouver ça normal /  Retardataires sur pavés amiénois. / Celui qui prolongeait sa nuit dans sa voiture / Une veste qui sentait le Chardonnay. / Un jeudi matin où le mot survie prend tout son sens / (Sou)rire en croisant Erwann et le fantôme de nos souvenirs embrumés. / Le nécessaire renoncement / Celui qui savait toute la difficulté de cette décision-là. / La cigarette pour métaphore. / Ce qu’on apprend d’une grande blessure / Douleur & plaisir tenaces. / Madame, vous avez toujours des idées de génie ! / Ici, on écrit les mots qui marquent sur les fenêtres. / Des instants cogni-classe pédagogiquement passionnants / On va t’aimer sans condition – On va t’aimer sans raison- On va t’aimer sans fin – On va t’aimer sans fond / La troisième petite personne / Les gestes qui dérobent les mots. / Valse et silences / L’autre canapé / L’enthousiasme chloré avorté / Dans 15 min chez moi pour le petit déj? – J’arrive. / Une journée improvisée avec les petits potes / L’homonyme du train. / Jacky, mon Binôme adoré & Bradley Cooper / Celui qu’un mot condamnait au silence / Nemo on the road / Jap’ et serments boulimiques / De l’Espagne au Japon en passant par la Grèce, ce samedi très international / Working boy&girl / Un verre de rouge chez ma Rousse / La soirée du 302 et son lot de visages neufs et peu familiers / Cette discussion mot après mot. / Pyramide, Pépita et langage codé. / Bavardages en terrasse / Un visage inconnu au capital sympathie évident. / S’éclipser / Une demoiselle intarissable qui s’accaparait artistiquement et matinalement mes cheveux fatigués / Retrouver David et Soizic un lendemain de fête / Un rendez-vous avec Norman Rockwell pour octobre / Le dimanche au milieu des pages. / Un lundi qui rime définitivement avec ennui. / Que tu fus tendre septembre.

BO de septembre :  Immensité – Les Soeurs Boulay

10 réflexions au sujet de « Moi après mois: my September »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s