BD de la semaine·Et mon coeur fait boum·Neuvième art

Chaplin en Amérique – Laurent Seksik & David François

Ces hommes en manteau qui s’entassent sur un paquebot pendant la longue traversée d’octobre. / Des conversations masculines qui entretiennent les insomnies / Celui qui caresse une autre peau pour oublier celle qui reste et ne partira pas. / Délaisser Londres, avant qu’elle ne le lasse. / Les rêves de gloire qui se fantasment sous un ciel azur / Ne pas voir autrement son nom qu’en haut de toutes les affiches de la Cinquième Avenue / Se gorger d’orgueil et s’enivrer de certitudes / –Tu doutes de tout – Comme ça je serai pas déçu. / Troquer 9 lettres mythiques contre 7 sur le flanc d’une montagne / Un acrobate funambule prêt à tout pour que le monde sache qui il est. / Flotter fièrement face à l’immensité de la belle New York /  Chaplin, ce Rastignac moderne. / Il n’est pas un homme, une femme, un enfant qui n’aura pas mon nom aux lèvres / File, Charles Spencer Chaplin, prends ton audace et empare-toi de ce monde-là. / Ce destin qu’il veut grand, loin des petites vies trop ordinaires des quartiers populaires. / Embrasse-moi / S’offrir les planches qui se foulent les soirs miteux. / Un talent qui ne se contentera pas d’un succès étriqué. / Le hasard d’une rencontre. / N’attends pas trop longtemps Charlie / Saisir au vol le quart d’heure de gloire / Enfiler le costume un peu trop ample et porter le chapeau /  Trois petits tours, une démarche qui n’appartient qu’à lui et une gestuelle tourbillonnante qui signent la naissance d’un personnage. / Le diamant brut qui devient perle rare. / Le corps d’une femme au bout des lèvres et des doigts. /  Une valse insolente avec la lune à rendre envieux MelièsTuer le père /  Un gratte-papier qui cherche des noises / L’Histoire qui parfois vous rattrape. / L’impertinence des jours glorieux. / L’erreur de calcul qui emprisonne et empoisonne. / Faut toujours quitter ceux à qui on doit tout. Parce qu’ils seront toujours là pour vous le rappeler.

Un album qui fait prendre goût aux vertiges / Laisser croire que tout est possible vu d’en haut / La fulgurance d’un destin. / Retrouver ce dessin vaporeux et cotonneux qui fait onduler les silhouettes et les décors. / Ce trait saisissant, raffiné et d’une vivacité folle. / De la lumière et du bleu pour envelopper le noir charbonneux. / L’art maîtrisé d’une certaine poésie graphique. / Des planches qui s’assombrissent pour laisser surgir le passé. / Donner à Chaplin un autre visage, un corps souple et agile, moins rond mais plus anguleux que le Charlot qui a marqué le cinéma naissant et balbutiant. / Un personnage au potentiel tantôt comique tantôt cynique. / Un premier tome pour un pied posé outre-Atlantique, pour un premier pas dans le siècle qui verra naître un génie. / Un récit porté par un trait intensément mouvant, définitivement captivant. / Un dessin lumineux qui se libère et s’affranchit du carcan de la case / Ce trait aéré et aérien. / Cette foule grouillante et compacte qui étourdit. / Un scénariste-écrivain que j’avais aimé découvrir dans Les Derniers jours de Stefan Zweig / Un dessinateur au talent grisant. / Un titre très attendu, lu fébrilement avant l’heure et aimé dès les premières planches / Souhaiter à ces pages de croiser bien des lecteurs conquis. / Dérober à cette bohémienne des mots pleins de promesses: Je vois un succès triomphal à ces bulles-là.

Laurent Seksik au milieu des livres:  Les Derniers jours de Stefan Zweig

David François au milieu des livres : Le Vendangeur de Paname  / Un Homme de joie / Cicatrices de guerre / La Guerre des Lulus (Couleurs) / La revue Pierre Papier Chicon /

Chaplin en Amérique – Laurent Seksik & David François

Éditions Rue de Sèvres

72 pages / 17€

18 septembre 2019

ISBN:9782369814603

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Ce mercredi…

La BD de la semaine est au milieu des livres!

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Chroniques des amoureux des bulles:

 

 

Stephie                    Mylène                    Fanny 

 

Amandine               Blandine                    Brize

 

Azi  Lis           Noukette           Cristie            Caro

Publicités

32 réflexions au sujet de « Chaplin en Amérique – Laurent Seksik & David François »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s