Listomanie·Lovely friends·Moi après mois...·Mon nombril

Moi après mois: my July

Les corrections du DNB / Le pot de fin d’année qui vient sonner l’heure de la libération / Les départs qu’on fête, les départs qui attristent. / Regarder tous ces petits potes-collègues attablés et (sou)rire en me disant que je les aime à la folie. / Bordel ce qu’on a comme chance de s’être trouvés. / L’improbable avinée à la langue très déliée. / Molkky party / Danser jusqu’à une heure tardive / L’éternel rendez-vous sur les escaliers / Une histoire de béret vert qui m’amuse autant que celui qui la raconte. / Quand mon Youni Potter surgit dans la soirée. /  Hilarant et inépuisable Petit Cube. / Celui qui décrochait les 15 heures tant désirées de la Team SVT / Voilà, cette fois, c’est vraiment terminé. / Un soir « à rosé » chez Céline pour célébrer les vacances et son birthday / Une maison au haut potentiel instagrammable. / Passion carrelage / Quatre chatons vraiment très mignons / Un mojito maison / Bulles d’été / Photos de princesses / NON. ^^ / Avoir 5 ans sur un trampoline au cœur de la nuit et rire comme l’enfant que je ne suis plus. / Revoir ma Peach et ma Petite après quelques semaines marathon / Elise, amoureuse d’un lit King Size / Front à front / M’endormir avec la Petite de ma Petite pour une sieste dans un lit princier. / On se fout dans le nez ce qu’il nous reste à vivre. Hurlant à tout vent comme on est heureux quand on est ivres. Essayant d’étouffer tout ce qui vient nous rappeler. Qu’on est déjà à l’âge d’or du rebelle attardé / Prolonger les festivités jusqu’au lendemain. / Avant que je m’ennuie / Ce trait d’esprit indélicat. / Une surprise avortée / Préférer Beauvais. / Rosé et jardin ombragé / Bulles, cinéma et poulet tiède. / Un mot pour deux parenthèses / Les (mauvais) résultats du brevet / S’il vous plaît, faites-vous léger. / Une dernière bière avec Christophe pour sceller nos vacances de PP 3e / Des bulles déstabilisantes? / L’enveloppe matelassée, fraîchement postée. / Éric qui suivait mes conseils de lecture / Une sélection d’albums estivaux / Un passage par la belle Librairie des signes à Compiègne / Sur les pavés et sous les parapluies. / Vin, bière et lâcher prise / Technologiquement surprise. / Je suis traversée par les gens, leur existence, comme une putain. Annie Ernaux / Ne faire qu’une bouchée du dernier livre d’Arnaud Cathrine. / Ce n’est que moi. C’est elle ou moi. Celle qui parle. Ou qui se tait. Celle qui pleure. Ou qui est gaie / Le Festival de Flavy-Le-Meldeux / Celui qui n’avait pas d’égal pour le déhanché du barbecue. / Merguez euphoriques / Ce qui se dit – puis s’oublie? – sur un coin d’herbe sèche / Jacky et Petit Indien, spécialistes du tipi / Prosecco Pong et camping party / Et ne laisse pas la moindre trace, De tout, Ce qui me lie et qui me lasse. / Laisser le clocher rythmer la nuit. / Déjeuner, guitare, basse et Perrier / La retrouver dans notre estaminet préféré / Rendez-vous au musée avec ma Roussy / L’expo qui Nietzsche s’Homère / Touche sucrée pour le goûter / Du vent dans les cheveux pour la fille sur le toit / Un matin Berthe Morisot / Cuisiner l(es saveurs d)’été / Ces trois poètes de pacotille qui rédigeaient quelques vers en l’honneur d’un béret coloré / Celui qui faisait une dictée à la French Teacher / Frôler c’est continuer? / Le barbecue querrorivain / Le déserteur / Quelques questions pour illustrer la profondeur du vide. / Le binôme qui ne manque pas à l’appel / Retrouver mes JP et Zbouby adorés / Pascal le prestidigitateur (à prononcer avec l’accent belge merci) / Bulles, tiramisu framboise et fleurs séchées / Celui qui troquait ses bières pour du jus de banane. / Ce qui sonne tellement faux. / Une sélection musicale pour danser pieds nus sur la terrasse /  Lire Les Enténébrés, un matin ensoleillé / Petit déjeuner avec les copains / On est bien là. Ah ouais, on est bien… / Les souvenirs alsaciens à déguster / Gros Cube qui passe dans l’après-midi / Ceux qui se foutaient des kilomètres, juste pour se retrouver. / Lectrices sur l’herbe pour une parenthèse enchantée / Le soir qui durait finalement trois journées. / Tu te mets combien en épinards ? / Croiser mes chers David / Les retrouver avec Soizic pour une dégustation au goût d’Italie. / Ces soirs-là, au goût de trop peu, trop vite. / En attendant je m’applique, avec une rigueur méthodique, à faire les choses n’importe comment. / Celui qui me confiait son appartement des mercredis pour une semaine amiénoise. / Un soir à l’Atelier / Celui qui me remettait ces clés lors d’une visite guidée des plus inspirées / Griller et grillades chez Roussy et Choupi / Un certain talent pour les plantes déshydratées / Un phacochère dans ma boite aux lettres. / Retrouver tour à tour mes partenaires aquatiques pour des matins toniques / Je ne veux pas qu’il soit moche ! / Deux jours Mother & Sisters à Lille / La maison de Dalyn pour cocon. / Balade et shopping à crédit / Un après-midi à Bora Bora qui pétille et qui bulle. / Le cadeau parfait. / Pousser la porte d’une librairie lilloise / Retrouver la fine équipe du mercredi au Ad Hoc / Les couleurs du parvis. Saisissantes. / L’historique des têtes enfaluchées / Frôler c’est monter? / Plus rien n’est triste, plus rien n’est grave. / Des kilomètres matinaux dans la piscine / Ma petite morning routine / Ces petits potes qui remplacent les cartes postales par des bouteilles de vin. / Gautrand et ses clichés du bord de mer. / Le boulanger bavard et tatoué. / L’appel du clavier pour l’heure de l’inventaire. / Les femmes libres peuvent partir. Et quelquefois, elles restent. / Un soir au Japon chez mes adorés / Cette fille de juillet tant aimée qui célébrait sa première année. / Là, au creux du cou, les rires de la Petite de ma Petite / Happy BirthPeach ♥ /  Une grand-mère qui a assuré. / Un soir chez Gaux Mar et Julian / Celui qui n’oubliait pas son ressort / Tu te mets combien en ? / Ceux qui chantaient sous les bonnets. / Celui qui écrivait de sa montagne. / Frôler c’est prolonger? / Brel au volant. / La French à 4h du matin, tout va bien. / Une semaine avec Didine. / La reprise des jours studieux pour alléger les semaines post-rentrée. / Une séquence très inspirée. / Salle obscure, fauteuil rouge et Parasite / RDV au Goodness / Revoir Jo / Celui qui osait l’improbable pari. / Sushis, jeux de mots et trottinette. / Mais où sont passés les sashimis? / Doux août, tu peux arriver, nous sommes prêts.

Pour vos oreilles : We’ll never sleep – Rilo Kiley

 

 

/

Publicités

7 réflexions au sujet de « Moi après mois: my July »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s