L'Art du Roman·Que jeunesse se fasse...

Les Mains dans la terre – Cathy Ytak

Quand vous lirez cette lettre, je serai déjà parti.

Eau turquoise, jeunes filles dénudées et hôtel de luxe. Voilà le présent censé symboliser le passage du cap fatidique de ses dix-huit ans, voilà le cadeau qu’ont trouvé les parents de Mathias. Mais ce décor surfait, clinquant où règne le culte de l’apparence et de l’opulence ne semble pas être au goût du principal intéressé. Là où tant d’autres se délecteraient d’un tel séjour, il se sent comme pris au piège dans une prison dorée. Trop à l’étroit, il s’échappe dès qu’il le peut de cet endroit anxiogène pour découvrir ces rues que l’on cherche à tout prix à cacher aux touristes. L’occasion peut-être de réveiller autant les sens que les consciences.

Je lève les yeux. Il est là cet homme de terre qui marche avec son pied fêlé. Il me trouble. Il me dit que je me trompe. Il me dit que, de nous deux, le plus vivant n’est pas celui que l’on croit.

Dans sa valise de retour, une figurine Caruaru en terre cuite. Elle est la seule trace de son passage au Brésil. Elle est le vestige de ces vacances qui sonnaient trop faux. Cette petite statuette n’a peut-être aucune valeur marchande mais elle porte en elle tout ce qui va le pousser à affirmer ses choix, à refuser sa voie jusqu’alors trop bien tracée et à suivre le chemin plus à même de le mener vers ses aspirations et ses envies les plus profondes. L’occasion de faire comprendre à son père – personnage imbuvable qui ne jure que par l’argent et que le profit étouffe  – qu’il ne peut plus vivre dans le mensonge.

J’ai vingt ans de mains bridées derrière moi.

Lorsque Cathy Ytak prend la plume, elle dépose sur le papier avec une douceur et une légèreté les mots justement pesés, choisis pour ses héros avides de liberté. Des mains dans la terre est une longue lettre. Celle d’un au-revoir, d’une rupture avec l’adulte que l’on veut faire de lui. Comme toujours avec cette autrice, sa sensibilité nous effleure et son propos profondément engagé nous met face aux questionnements existentiels de ses personnages. Après le glaçant 50 minutes avec toi, elle poursuit habilement ses récits familiaux, tourmentés par des adolescents qui regardent leur monde différemment pour mieux le comprendre, le rejeter, le transformer, le rendre un peu plus proche de ce qui les attire et les grandit. La colère de la révolte s’apaise au fil des pages, gagnée progressivement par la sérénité du bon choix et portée par un souffle libérateur. Un texte aussi fin que puissant qui acte la plus belle des renaissances.

Le blog de l’autrice.

Cathy Ytak au milieu des livres: 50 minutes avec toi / Rien que ta peau  / D’un trait de fusain /

Pour vos oreilles: Monsieur Papa Hollydays

Les Mains dans la terre – Cathy Ytak

Le Muscadier – Rester Vivant

Octobre 2016

52 pages / 8,50€

ISBN: 979-10-90685-70-3

Famille je t’aime, famille je te hais.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Les Mains dans la terre – Cathy Ytak »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s