BD de la semaine·Neuvième art

Dryades – Tiffanie Vande Ghinste

– Tu viens d’où? – De très loin.

Yacha entre tous les matins dans sa librairie. Rudica quitte son train, un matin.

La première a une tignasse brune, l’autre une chevelure foisonnante qui se mêle au vent et diffuse une aura impalpable, magnétique. Chacune suit son chemin, jusqu’à ce qu’arrive l’heure de la rencontre. Du hasard naît une amitié. Forte, grisante, fulgurante. Cela commence comme un jeu d’enfants, quelques craies et crayons. Elles dessinent sur les murs comme on distribuerait des sourires à qui voudrait bien les saisir. Sous leurs mains amusées, la belle Bruxelles s’offre ainsi un bestiaire mural aux couleurs inédites.

De fil en aiguille, leur complicité prend une tournure étonnante. Comme électrisées par ce lien puissant qui les unit, la réalité s’offre un soupçon de fantaisie et ne boude pas son plaisir lorsqu’un peu de magie s’invite dans le quotidien. Si les dryades renvoient à l’univers des légendes ancestrales, ces demoiselles réinventent la mythologie…. Sous l’influence de ces nymphes délurées et résolument modernes, la ville redevient forêt. Les deux jeunes femmes transmettent alors aux habitants qui les croisent le bien-être et l’apaisement auxquels ils aspirent.

Les voilà sans plus attendre au cœur de bien des conversations qui deviendront vite d’étranges rumeurs. Et si ces femmes cachaient en elles des sorcières d’un autre temps? De l’admiration totale à la méfiance suspecte,ces filles végétales se retrouvent au cœur de la bêtise, des fantasmes et des peurs des hommes.

Je préfère poser mes mains sur quelqu’un que de me perdre dans un écran.

L’album de Tiffanie Vande Ghinste est le premier qu’elle signe. L’approche graphique a de quoi faire mouche au premier coup d’oeil, portée par un trait un peu naïf où le crayon à papier s’impose sur la page blanche. Du gris surgissent parfois le rouge et le vert, chacune des couleurs venant apporter une touche de vivacité et de tonicité aux planches.

Si ce premier album n’échappe pas à quelques petites faiblesses narratives (rapidité dans l’enchaînement des événements, quelques progressions narratives à étoffer) et quelques approximations graphiques, j’ai adoré le travail des motifs et le foisonnement végétal qui s’immiscent dans ce dessin et cet univers captivant.

Tiffanie Vande Ghinste nous livre un conte urbain qui s’empare des histoires antiques, nous invitant à découvrir deux femmes face à un monde qui se montre hostile à leur singularité. Une jolie lecture à la suite d’une rencontre faite au salon du livre de Montreuil, qui me donne envie de suivre cette demoiselle au fil de ses publications.

Dryades – Tiffanie Vande Ghinste

La Boîte à bulles

pages / 16 €

ISBN 9782849533079

Chez Noukette

 

Publicités

22 réflexions au sujet de « Dryades – Tiffanie Vande Ghinste »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s