L'Art du Roman·Rentrée littéraire

Les Billes du Pachinko – Elisa Shua Dusapin

Les règles sont simples. Le Pachinko se dresse face au joueur. On le fournit d’argent. Les billes jaillissent. Milliers de billes qui giclent et tombent et rebondissent sur une série d’obstacles jusqu’en bas de la table verticale.

L’été sera nippon pour Claire qui séjourne chez ses grands-parents durant ses vacances, laissant Mathieu, son compagnon resté en Suisse. Au cours de ce séjour, elle n’espère qu’une chose: pouvoir enfin convaincre sa grand-mère et son grand-père de s’offrir une parenthèse sur les traces de leur passé. D’origine coréenne, ils vivent depuis cinquante ans au Japon, ayant fui les conflits qui ont déchiré leur pays. Désormais propriétaires d’une salle de jeu de Pachinko, leur quotidien est une petite routine silencieuse difficile à bouleverser et ils tardent à sauter le pas du retour aux origines.

J’ai pensé à quelque chose, dit-elle après un moment. On devrait mourir comme la mue des animaux. Plus on vieillirait, plus la peau s’éclaircirait. A la fin, on verrait tout l’intérieur de nous, les veines, les os, les sentiments, tout. […] Ça ne ferait pas mal? -Non, on s’allégerait, c’est tout.

En attendant le départ, Claire enseigne le français à Mieko, une jeune demoiselle d’une dizaine d’année destinée à de grandes études. Talentueuse et très sage, Mieko s’ouvre difficilement à cette étrangère aux traits qui mêlent l’Europe et l’Asie, aux mots qui croisent le japonais et le français. Dans une lenteur et une distance perceptibles, elles apprennent à se connaître au fil de leurs errances dans un Japon à la croisée des mondes.

Ils nourrissent leur corps vieilli au même rythme. Je me dis qu’ils se ressemblent. Leurs traits ont dû finir par converger à force de vivre ensemble.

Après mon coup de cœur pour son premier roman Un hiver à Sokcho, il me tardait de retrouver la plume d’Elisa Shua Dusapin. Peut-être plus touchée par l’histoire d’amour du premier que par l’histoire d’amitié du deuxième, j’ai malgré tout beaucoup aimé me replonger dans cet ailleurs asiatique si joliment dépeint par l’auteur. Dès les premières lignes, on reconnaît l’atmosphère lente et douce qu’elle installe en effleurant l’indicible, le sensible. Ces pages sont celles d’un récit de la pudeur discrète où ce qui n’est pas dit a tout autant de force que ce qui est écrit. Les rapports familiaux, nourris par un profond respect et une immense délicatesse, sont le fruit d’échanges tout en retenue.  Au choc culturel succède le choc générationnel où se côtoient deux mondes: celui d’un passé bouleversé par l’Histoire que les hommes ont fuie, celui d’un présent qui refuse d’oublier ses racines. A Claire de trouver sa place entre ces deux vies-là.

Un roman à lire pour apprivoiser la lenteur.

Le premier roman d’ Elisa Shua Dusapin: Un hiver à Sokcho.

Les Billes du Pachinko – Elisa Shua Dusapin

Éditions ZOE

114 pages / 15€50

ISBN: 978 2 88927 579 3

Août 2018

Ma rentrée littéraire 2018

30 réflexions au sujet de « Les Billes du Pachinko – Elisa Shua Dusapin »

    1. Ses romans sont d’une douceur infinie. Le rythme y est lent, les rebondissements peu nombreux, mais il faut savoir se laisser porter par cette narration délicate. J’espère que tu apprécieras.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s