Et mon coeur fait boum·L'Art du récit·Prix littéraires

Deux remords de Claude Monet – Michel Bernard

Trois portraits, trois visages. Comme un triptyque que l’on découvrirait sur les murs lisses d’une galerie, ou dans les allées d’un musée. Trois noms pour scinder le récit comme trois temps d’une vie qui va se raconter. Frédéric, Camille, Claude. Le premier, jeune peintre fauché par 1870. La deuxième, amoureuse de celui qui deviendra le célèbre Monet. Et Claude, peintre vieillissant, à la tête d’une œuvre florissante, fragilisé par le temps et une vie pleine d’absents.

C’est ce qu’il y a de plus difficile, ne rien faire. L’angoisse vient, vous envahit, vous tient. Et il faut pourtant rester là, à s’occuper de pas grand chose…

Un récit d’où surgissent bien des œuvres comme autant de petites anecdotes secrètes qui ne peuvent pas toujours être racontées par les pinceaux. Prenant le contrepied des ouvrages plus traditionnels retraçant le parcours du peintre, Michel Bernard raconte Monet à travers ses proches ou les figures marquantes qui ont croisé sa route. A chaque visage son destin tragique, à chaque silhouette ses échos fantomatiques sur ces toiles qui elles aussi dévoilent toute la sensibilité du grand peintre, maître incontestable du courant impressionniste.

C’est avec beaucoup de plaisir teinté de curiosité que j’ai dévoré ce récit. Pourtant un peu refroidie par la première partie qui, semble-t-il, m’éloignait de l’essentiel, j’ai fini par me laisser porter par ce texte passionnant qui nous livre bien plus qu’un regard sur la vie du peintre. Derrière le tragique destin de Frédéric Bazille (que je ne connaissais pas…) se dessinent les amitiés fortes et les ailleurs qui ont nourri Claude Monet.

Ce qui restait de vie à Camille mit longtemps à la quitter. Elle n’était plus qu’une souffrance (…) Camille avait vécu trente-deux ans et maintenant aspirait à la mort. Elle prenait son temps.

Femme en robe verte – Claude Monet

La plume de Michel Bernard se fait aussi pinceau et offre au lecteur un regard éclairé et romanesque sur l’histoire des grandes œuvres du peintre. La partie consacrée à Camille est à mon sens la plus intense et lumineuse du texte et rend un hommage pudique et sensible à cette histoire d’amour aussi belle que douloureuse. Une merveilleuse manière de marcher dans les pas d’un homme qui a marqué de son talent l’histoire de l’Art. Et indéniablement, on se plaît infiniment à l’idée que la littérature lui offre à son tour sa palette de mots pour le raconter avec autant de talent et d’émotion.

Dans une débauche de peinture fraîche, il oubliait la tristesse de vieillir parmi les souvenirs de ses morts.

Un livre à lire sous le soleil des Bords de Seine…

Deux remords de Claude Monet – Michel Bernard

Édition La Petite Vermillon

240 pages / 8€70

ISBN: 9782710385264

Prix Libraires en Seine 2017

Prix Marguerite-Puhl-Demange 2017

Art & Littérature

Publicités

24 réflexions au sujet de « Deux remords de Claude Monet – Michel Bernard »

  1. Merci pour cette piqûre de rappel. Ce roman dort dans ma PAL depuis pas mal de temps, et tu me donnes envie de l’en ressortir au plus vite. D’autant que tu m’apprends qu’il y est aussi question de Bazille, dont j’ai découvert l’existence il y a seulement deux ans, à l’occasion de l’expo qui lui a été dédiée au musée d’Orsay.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s