BD de la semaine·Neuvième art

Corps sonores- Julie Maroh

Comment des gens nous émeuvent-ils autant sans rien faire?

Cela commence par une chanson de Barbara. Avec ce sens magique du mot qui fait mouche, du verbe qui palpite et qui grince. Parce qu’on peut difficilement faire mieux pour commencer un album comme celui-ci. Parce que parler d’amour est une chose, parler des amours en est une autre. Assurément plus riche et plus complexe. Corps sonores vient ainsi donner des voix et visages à l’amour dans toute sa diversité. Julia Maroh – après une très belle préface qui donne le ton – fait résonner, vibrer les corps et raisonner les esprits. En vingt nouvelles, elle parvient à dire les questionnements qui tiraillent, les blessures qu’on croit uniques alors qu’elles sont banalement universelles.

Toi et moi, on fait partie des inconstants, des infidèles. C’est pour ça que ça colle entre nous.

La palette de Julia Maroh joue sur les nuances grisées et les noirs charbonneux. Le trait sort parfois de son identité graphique pour s’offrir un peu de sobriété ou quelques touches d’extravagance et de fantaisie (Ndlr: hommage au peintre David.) Les corps sont habilement incarnés et la pudeur s’estompe sans jamais céder à la vulgarité. Et l’on appréciera cette délicieuse petite musique de la langue, colorée par les expressions canadiennes, le tout teinté d’une poésie capable de crudité comme de douceur.

Sais-tu la violence sur mon corps de dormir sans toi?

Cet album est fait de brefs récits de duos, trios qui cherchent la bonne tonalité, le juste ton pour que l’osmose entre les êtres existe… On se perd, on se déchire, on s’aime, on s’oublie, on se souvient, on se guette, on se rate, on se sépare. Qu’importe le visage donné à l’amour, on se sent drôlement en phase avec les doutes, les tâtonnements, les euphories de chacun. On se retrouve en eux même si les autres ne sont pas tout à fait nous. On se frotte aux mêmes violences, aux mêmes déchirements. Un écho amoureux pour des corps sonores qui se suivent sans se ressembler, qui se livrent harmonieusement au fil des bulles et des cases, qui se mettent au diapason sous le regard de Julie Maroh qui cerne, avec la justesse d’un chef d’orchestre, toute la complexité de l’amour, des amours et du désamour.

Tu verras que la vie est une série de deuils à surmonter. […] Faire son deuil, c’est accomplir seul et sans douleur ce qu’on faisait avec l’autre.

Un album à lire en écoutant du Pierre Lapointe.

Julie Maroh sur le blog: Le Bleu est une couleur chaude / Skandalon

Corps sonores – Julie Maroh

Glénat

25€50 / 306 pages

ISBN:9782344012635

Chez Mo
Publicités

58 réflexions au sujet de « Corps sonores- Julie Maroh »

  1. Feuilleté, feuilleté et refeuilleté. Et chaque fois, je bute sur ce gris poussière qui m’invite à reposer l’album. Je ne sais pas pourquoi je ne parviens pas à faire le pas. Je me rappelle encore la chronique de Sabine qui, bien au chaud dans son petit carré jaune, a été la première à me donner envie de découvrir ce recueil. Mais il n’y a rien à faire. Pour le moment, je suis incapable de le lire

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai aimé la préface, j’ai aimé les histoires mais… le langage « pseudo-québécois » m’a vraiment posé problème. Ça se sent que c’est écrit par une française, elle ne maîtrise pas tout à fait la langue de chez nous malheureusement.

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais peur justement de ce format court, c’est pour ça que j’ai longtemps hésité avant de craquer, mais moi qui n’aime d’habitude pas du tout les histoires courtes, je me suis surprise à être emportée par chacunes d’entre elles (mais bien sûr plus par certaines) et vraiment, j’ai adoré !! Je ne connais pas ce fameux Pierre Lapointe, je vais aller voir ça sur You tube, enfin s’il y est ;0)

    Aimé par 1 personne

    1. C’est bien d’avoir aussi des avis conquis par le format plus concis ! Ce n’est pas toujours évident en BD…. Et pour Pierre Lapointe, je l’aime d’amour. Ses textes me bouleversent.

      J'aime

  4. Je ne sais pas ! Tentant mais il y a comme qui dirait un je-ne-sais-rien qui me retient !
    Mais c’est noté évidemment comme résister à Sabine et à toi ?!
    (cela dit et avant tout chose il me faut découvrir Marion Fayolle et ses amour suspendus !)
    Des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises des bises ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s