BD de la semaine·Et mon coeur fait boum

Les Ombres – Vincent Zabus & Hippolyte

Tu hésites hein? Avoue! Tu pues la peur!

La pièce n’est pas très grande noyée dans l’obscurité des murs qu’on distingue à peine. Sous la lumière jaunâtre émanant d’un plafonnier aux allures de vieux projecteur, un bureau joue les frontières entre deux chaises. L’entretien peut commencer, les langues peuvent se délier… Mais attention… Nulle place ne sera accordée aux mensonges et les mots confessés doivent impérativement se nourrir de vérité.

Un immense homme au visage sillonné de rides écoute, stylo à la main, le petit homme affaibli par le voyage et les souvenirs trop lourds à porter. Son visage semble dissimulé derrière un masque. Il vient du Petit Pays dont on sait peu de choses et a quitté sa terre pour le Haut Pays en vivant ce départ comme un déchirement. Le périple fut long, périlleux et douloureux. Il lui aura fallu abandonner ses racines, se résoudre aux adieux et éviter les monstres aux mille visages sur l’interminable route. A l’issue de cette confession qui ravive les plaies qui ne cicatriseront jamais totalement, la possible obtention d’une place sur cette terre d’abondance si difficile à atteindre. Mais avant d’obtenir ce Graal, il faut oublier sa pudeur et sa peine, se raconter et attendre qu’on vous juge digne d’accéder de l’autre côté de la frontière…

d4a8dc08c7decf90d426355ee1146d91

Ne lui réponds pas. Réserve les détails de ma vie et de ma mort à ceux qui le méritent.

Avec cet album imposant, Zabus (scénariste du grand Macaroni) confie sa pièce de théâtre au monde du 9e Art. Il fait de son récit une fable inhumaine hantée par les monstres cruels. Qu’importe leur origine, qu’importe les motivations qui les poussent à jouer les tyrans: il faut les fuir à tout prix… Le scénario d’une grande finesse et d’une intelligence rare emprunte de multiples chemins pour raconter l’exil sans jamais perdre son lecteur. Certaines cases se gorgent d’espoir, d’autres déroutent par leur absurditéMétaphores et onirisme s’invitent également au fil des planches. Ajoutez à cela, des dialogues qui, derrière une apparente légèreté ou un humour piquant, savent aussi briller par leur poésie noire et glaçante: rien d’innocent au cœur des bulles pour dire combien le pari fou de l’ailleurs peut malmener le corps et l’esprit.

L’Exilé s’épuise tant à survivre qu’il en oublie la raison pour laquelle il est parti, ce qu’il cherche et même qui il est. Il n’est plus qu’un corps qui marche.

61179326_p

Associée au trait fantasmagorique d’Hippolyte, l’histoire prend une dimension des plus étonnantes. Les personnages incarnent ces âmes errantes qui cherchent leur salut plongées au cœur de ces terres hostiles au climat particulièrement angoissant. Nul n’est épargné et chacun dans sa fuite joue les funambules avec le monde des vivants. Le moindre faux pas et la moindre erreur vous expédient dans le cercle des ombres: celles qui obsèdent les esprits en perdition, celles qui survivent en chacun de ceux qui portent en eux les fantômes du passé. Surgissent alors des pages qui explorent bien des nuances colorées, des silhouettes étranges qui ne sont pas sans rappeler l’univers graphique du grand Miyazaki. Et bien que le coup de crayon, un poil dépouillé et épuré puisse parfois faire hésiter les plus frileux qui croiseront ces planches, il serait vraiment dommage de passer à côté de ce récit singulier et puissant qui relate avec une belle audace l’enfer de ceux qui ont laissé leur patrie derrière eux.

Un coup de cœur grinçant.

Réfléchis, fils. Il n’y a plus que toi pour nous raconter.

La chronique d’Yvan.

Chroniques abordant la même thématique sur le blog: littérature et immigration.

Les Ombres – Vincent Zabus & Hippolyte

Phébus

ISBN: 978 2 7529 0901 5

24€ / 179 pages

Prix littéraire des lycéens et apprentis d’Ile-de-France

Prix Laurence Trân

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Le premier mercredi du mois, la BD de la semaine est au milieu des livres!

bd_de_la_semaine_pti_black

∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇∇

Les chroniques des amoureux des bulles:

 

Jacques                      Mylène                       Fanny

 

Blandine           Nathalie         Noukette

 

Laetitia                  Bouma                 Amandine

 

Cristie                     Sabine                   Jérôme

 

Karine                                                           Soukee

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

21 réflexions au sujet de « Les Ombres – Vincent Zabus & Hippolyte »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s