Instants poétiques·L'Art du Roman·Les classiques c'est fantastique

Eugène Onéguine – Pouchkine

Eugène Onéguine a l’aura et le panache de ces dandys du XIXe ainsi que leur charme insolent qui parfois décontenance, agace. Il est élégant et discret et s’il plaît aux femmes, sa jeunesse et sa fougue l’ont vite éloigné des conventions sociales et de l’idée qu’il faudrait vite épouser une jolie femme pour asseoir sa situation et vivre en bon terme avec la morale et la société.

Il savait se montrer nouveau, / Troubler en riant l’innocence, / L’effrayer par son désespoir, / L’amuser de ses flatteries, / Saisir l’instant de la douceur, / Emporter au feu de l’esprit, / Les préjugés d’un âge tendre, / Attendre l’erreur d’une Grâce, / Demander, forcer un aveu, / Guetter les premiers mots du cœur,/ Poursuivre l’amour et soudain /Arracher quelque rendez-vous…/ Et pour finir, en tête à tête / Donner des leçons dans le noir.

Lors d’une escapade dans la campagne russe, il se lie d’amitié avec Vladimir Lenski, poète amoureux des mots, et bien que tout les oppose, leur amitié se scelle au rythme des rencontres, au fil des conversations de lettrés et des repas mondains. Il faudra peu de temps pour que ces deux hommes deviennent inséparables. En coulisse, une autre rencontre se joue. A deux pas de là, vit la famille Larine et le jeune Lenski, bien décidé à se marier s’éprend de la belle Olga. Lors d’un dîner, Eugène Onéguine fait connaissance de sa sœur aînée Tatiana qui tombe aussitôt sous le charme de ce mystérieux personnage.

Fidèle à ses principes, cet égoïste romantique un poil désenchanté refuse l’amour naïf et sincère de la jeune Tatiana qui s’est livrée à lui avec la ferveur d’une jeune première. Et pourtant, sa déclaration est loin de le laisser insensible et froid. L’éconduite rongée par la tristesse accepte le choix d’Eugène avec résignation et cela n’empêche pas pour autant ce quatuor de se retrouver pour profiter de la sérénité de la campagne. Mais lors d’un bal, maladresse et incompréhension se mêlent à la fête et viennent bousculer l’équilibre insouciant des jeunes amis. Place au drame…

Il ne tombait plus amoureux. / Un semblant de cour suffisait./ On disait non? Il s’en moquait. /On le trompait? C’était tant mieux./ Beautés poursuivies sans ivresse, / Quittées sans le moindre regret, / Sans rien qu’un vague souvenir.

Je lis peu de littérature russe, bien qu’elle me fascine. Ses chefs-d’œuvre m’appellent régulièrement et il y a deux étés, j’ai croisé la grande Anna Karénine. Si l’Idiot m’attend patiemment, la sortie fin août du roman Songe à la douceur de la talentueuse Clémentine Beauvais est à l’origine de cette lecture puisque la demoiselle proposera un roman en vers librement inspiré de ce classique. J’aimais évidemment l’idée d’avoir lu l’œuvre de Pouchkine au préalable et autant dire qu’Eugène Onéguine est une surprise au cœur de cette période estivale.

Au carrefour des genres, Pouchkine signe là une œuvre qui aura mis plus de dix ans à voir le jour. Sa forme versifiée aura de quoi étonner (voire effrayer) mais il nous faut vraiment peu de temps pour nous laisser porter par le rythme du phrasé d’une grande fluidité. L’histoire se déroule à la manière d’une tragédie en cinq actes – sans toutefois se priver des enjeux du genre romanesque – et la forme versifiée lui confère une certaine légèreté et facilité de lecture. Ce livre est une vraie curiosité dans le paysage littéraire malgré la banalité des thèmes traités (amour, honneur et amitié) et ce fut un vrai plaisir de lecture pour moi qui suis pourtant une grande amoureuse des romans-fleuves du XIXe. Enfin, ces lignes permettent également de laisser une place, au détour de quelques vers, à la voix de Pouchkine qui pose une réflexion sur la littérature et la poésie, ce qui n’est jamais désagréable…

Il ne me reste plus qu’à emporter dans ma valise ce Songe à la douceur qui m’intrigue énormément et que je vais pouvoir lire les pieds dans le sable grâce à Jérôme

Une lecture qui signe ma 5e participation au Challenge des classiques chez Professeur Platypus. Après quelques mois de silence pour ce défi littéraire (effet post Martin Eden?) je reprends le chemin de ce rendez-vous un peu délaissé je l’avoue…

La chronique…

… enthousiaste d’Une Valise pleine d’histoires. « Comme une douce mélodie, j’ai été conquise par ce poème si singulier, particulier. « 

Eugène Onéguine – Pouchkine

Trad. Jean Louis Backès

Folio classique

336 pages / 8€20

ISBN:9782070388981

5e / 12

,Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

18 réflexions au sujet de « Eugène Onéguine – Pouchkine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s