Premières lignes

Premières lignes #3

Rue Neuve-Saint-Augustin, un embarras de voitures arrêta le fiacre chargé de trois malles, qui amenait Octave de la gare de Lyon. Le jeune homme baissa la glace d’une portière, malgré le froid déjà vif de cette sombre après-midi de novembre. Il restait surpris de la brusque tombée du jour, dans ce quartier aux rues étranglées, toutes grouillantes de foule. Les jurons des cochers tapant sur les chevaux qui s’ébrouaient, les coudoiements sans fin des trottoirs, la file pressée des boutiques débordantes de commis et de clients, l’étourdissaient ; car, s’il avait rêvé Paris plus propre, il ne l’espérait pas d’un commerce aussi âpre, il le sentait publiquement ouvert aux appétits des gaillards solides. Le cocher s’était penché.

– C’est bien passage Choiseul ?

– Mais non, rue de Choiseul… Une maison neuve, je crois.

Et le fiacre n’eut qu’à tourner, la maison se trouvait la seconde, une grande maison de quatre étages, dont la pierre gardait une pâleur à peine roussie, au milieu du plâtre rouillé des vieilles façades voisines. Octave, qui était descendu sur le trottoir, la mesurait, l’étudiait d’un regard machinal, depuis le magasin de soierie du rez-de-chaussée et de l’entresol, jusqu’aux fenêtres en retrait du quatrième, ouvrant sur une étroite terrasse. Au premier, des têtes de femme soutenaient un balcon à rampe de fonte très ouvragée. Les fenêtres avaient des encadrements compliqués, taillés à la grosse sur des poncifs ; et, en bas, au-dessus de la porte cochère, plus chargée encore d’ornements, deux amours déroulaient un cartouche, où était le numéro, qu’un bec de gaz intérieur éclairait la nuit.

Le RDV de ma Lecturothèque.

Je rentre de mon beau voyage en Lettonie et j’avais envie pour ces premières lignes de la semaine de partager celles du Zola qui m’a accompagnée durant mes pérégrinations. J’ai adoré Pot-Bouille et comme à chaque fois, j’aime le regard incisif que cet auteur pose sur le monde. Une rencontre avec Octave Mouret qui restera, assurément. La chronique arrive bientôt.

Le billet de Georges et celui d’Estelle.

Publicités

27 réflexions au sujet de « Premières lignes #3 »

  1. Je vais apporter une note divergente, j’ai toujours trouvé que Zola en faisait trop. Et la relecture cet été du « Ventre de Paris » a vraiment confirmé mon opinion sur cet auteur. Je garde cependant un bon souvenir de « Au bonheur des dames » .

    Aimé par 1 personne

    1. Ce sera ma prochaine lecture.
      Qu’entends-tu par en faire trop ? Pour le Ventre, c’est un titre particulier et un peu à part dans ses écrits à mes yeux. (Ceci dit, je l’ai adoré aussi.)

      J'aime

      1. Tu sais quand on dit mais cest du fait Zola , c’est à dire ne pas faire dans la nuance. Comme dans  » l assommoir » . Mais j’ai tout lu et avec passion Zola . J’ai vieilli et j’ai perdu la passion.

        J'aime

  2. Je suis trop contente, je suis sur le Reader WP donc je n’ai lu au départ que les trois premières lignes et j’ai reconnu Zola de suite !!! (Je suis bonne pour les jeux télévisés :lol:) J’ai relu La Curée il y a …euh…3 ans ? Et j’ai adoré, beaucoup plus qu’à l’adolescence ou ce fut une lecture « obligée » ! Je relirais Pot-Bouille volontiers,n rien que pour le style et la modernité du propos…

    Aimé par 1 personne

      1. La Curée est magnifique je ne te le fais pas dire, la re-lecture a été une grande claque ! 😉 C’est bien ces « incipit », je n’ai pas eu le temps d’approfondir mais ça m’intéresserait de participer ! C’est toi qui organise ?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s