Au TOP !·Neuvième art

Blast Manu Larcenet

Blast - Moka

On est les derniers à nous intéresser à toi au-delà de ce que tu as fait. Si tu ne nous dis rien ici et maintenant, tu disparaîtras avec ton histoire.

C’est l’heure du face-à-face: deux agents tenaces et Polza Mancini alias Grasse Carcasse.

Des pages et des pages d’entretiens, d’échanges, de questions qui trouvent lentement leurs réponses. Dompter le monstre. Lui laisser distiller le venin de sa vérité et écouter ce récit sordide pour mieux collecter les mots qui le feront condamner. La victime s’appelle Carole Oudinot et les enquêteurs ont 48 heures pour expliquer l’horreur et la cruauté qui ont motivé ce crime atroce. Caché derrière le duo de flics chargé de l’affaire, le lecteur va prendre en pleine face l’histoire d’un homme qui se raconte et livre avec une sérénité déconcertante les heures les plus sombres de ses errances loin d’une société dans laquelle il peine à trouver sa place. Pour ponctuer le huis clos dans la salle d’audition, de nombreux flash-back retraçant un parcours fait de rencontres détonantes: un camé vénérant les livres plus que tout au monde, un cantonnier peintre suicidaire, un artiste torturé. Autant de marginaux et d’écorchés vifs qui marqueront les esprits et laisseront une trace dans nos petites galeries personnelles de portraits inoubliables.

Parfois je mens. Je dis que je ne me souviens de rien. Mais il n’est rien qui ne s’efface, bien sûr. Je bouillonne en dedans. Je suis en feu. Je suis gris, lourd, crasseux, mais je suis en feu. Je suis la limaille, le cambouis, les miasmes, les ordures. Je suis la souillure, la suie qui s’incruste sous les ongles, les paupières, qui se niche au fond des poumons. Le désespoir, c’est comme la prison, la mine ou l’usine… Ça ne vous lâche jamais. Mais je suis en feu. Alors je mens. Je dis que je ne me souviens de rien. Mais mon histoire est écrite de cicatrices. Il me suffit d’inspecter ma peau, et tout me revient.

Le dessin retranscrit le monde avec une noirceur sans pareille et tutoie brillamment les abîmes glauques d’une humanité à la dérive. Le pinceau glisse sur le papier, les crayons griffent et écorchent les portraits. Quelques bouffées lumineuses et colorées, fruits explosifs de l’insaisissable blast, rehaussent l’univers sombre dans lequel baigne le lecteur, laissant à de maintes reprises jaillir en nous cette question: où diable va-t-il nous mener? Jusqu’où ce récit osera-t-il aller ? Et nous pauvres – mais néanmoins heureux – lecteurs, nous sommes baladés au fil des cases muettes qui imposent leurs rythmes et leurs silences, et sidérés face à cette œuvre magistrale qui nous bouscule intimement.

Ce sont souvent les hommes les plus répugnants qui vous feront grief de vulgarité. Votre cigarette déclenchera une colère démesurée chez l’ancien fumeur. Les plus infects menteurs font les donneurs de leçon les plus vindicatifs. De la même manière, ce sont ceux qui sont les moins aptes à l’amour qui aiment le plus intensément.

Série ambitieuse et incroyablement folle, Blast fait de l’immondice et de l’obscurité une norme où la saleté et la vermine sont magnifiées sous la lumière d’une lune glaçante. En plus de nous offrir plus de 800 pages incroyablement belles et fascinantes, Larcenet n’a cessé de me désarçonner avec sa plume désenchantée en se payant le culot de colorer sa prose de cette beauté terrible qui donne naissance à un chef d’œuvre.

Il m’aura fallu du temps. Certes. Mais autant dire qu’il faut être prêt à lire Blast, car on cède un peu de soi dans ces pages-là, tout en acceptant de se laisser totalement dépasser par cette œuvre absolument géniale. Une tétralogie inclassable à couper le souffle qui me fait furieusement adorer le Neuvième Art.

Il faut se méfier de la chose écrite. Au-delà de sa noblesse, elle ne reflète toujours que la vérité de celui qui tient le crayon.

Une lecture qui n’aurait pas été possible sans mon ami Fred (qui me laisse piller ses étagères) et que je suis ô combien ravie de partager avec mon Jérôme(-choupi).

BLAST – Manu Larcenet

Édition DARGAUD

Tome 1 : Grasse Carcasse.

Tome 2 : L’Apocalypse selon Saint-Jacky.

Tome 3 : La Tête la première.

Tome 4 : Pourvu que les bouddhistes se trompent.

22€50 par album – 816 pages

BD de la semaine Chez Noukette
BD de la semaine
Chez Stephie
Publicités

29 réflexions au sujet de « Blast Manu Larcenet »

  1. Blast, c’est pour moi le chef d’oeuvre qui fait que Larcenet mérite le Grand Prix d’Angoulême. C’est juste brillant et extrêmement intelligent de bout en bout. Et ce qu’il y a de bien, c’est qu’avec le Rapport de Brodeck, Larcenet nous montre qu’il en avait encore sous la pédale.
    Oui, tu as encore du magnifique Larcenet qui t’attend, quelle chance ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Comme d’habitude ton billet est superbe!! je n’ai pas encore lu cette série. J’y compte bien, j’aime les histoires fortes. En fait j’aime, j’espère toujours qu’une lecture me procure ce que vous dites si bien toi et Jérôme!

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis nouvelle, et cela fait un moment que je lis avec plaisir tes critiques. Et là, pour Blast, je te dis chapeau… Quelle noirceur en effet mais avec de tels instants de grâce. C’est une bd magnifique et elle nous habite durablement…

    Aimé par 1 personne

  4. je l’ai lu dans ma médiathèque je me souviens de mon émotion, mais les BD je dois les relire souvent pour bien les savourer et mon budget ne suit pas toujours, je sais que je me suis dit que je la relirai

    J'aime

  5. Je l’ai vu à la médiathèque. J’ai commencé. je suis certaine que c’est une vraie oeuvre mais j’ai du mal à accepter toute cette noirceur sur autant de pages. je ne sais pas si j’irais au bout…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s