Listomanie·Lovely friends·Moi après mois...·Mon nombril

Moi après mois my November

Moi après mois, my November 2015
Moi après mois, my November 2015

Quitter octobre, pas très sobre / Noyer les idylles feintes. /Un lendemain de fête. / Un cri de désespoir textoté au réveil: J’ai un beau casque à pointe, l’impression d’avoir bouffé un rat et avalé un paquet de dragibus au réveil. Pitié dis-moi que chez toi c’est aussi la débandade ! / J’ai une voix d’homme, la gorge en feu, une haleine de vieille sorcière bourrée et une dalle gargantuesque à bouffer dix licornes obèses. Rassurée ?/ Une fleur un peu fanée dans le miroir. /Plaid, gros chat(on)s et corrections. /  Celle qui me lisait pour oublier ses contractions. / La grande rencontre de Claudie et David avec leur Arthur / La reprise / Un mini PC qui suffoque et expire ses derniers pixels / Annoncer à ma banquière qu’elle ne sera plus celle qui suivra mes frasques financières ces vingt prochaines années /  Entretenir le mystère et laisser à mon nouveau banquier le temps d’apprendre à me connaître. / Une renégociation qui a finalement porté ses fruits / Faire honneur à Breaking bad en devenant clairement addict. / Encore quelques joyeusetés administratives avant de souffler un peu… / Mon père, ce héros de l’informatique. / Un déjeuner with Mum&Dad / Un Adieu à Joseph qui laisse bien des bulles endeuillées / Toi qui me disais souvent aimer « croiser ma joie », tu n’as pas vu ma tristesse ce jour-là…. / Relire l’Enivrez-vous de Baudelaire, qui avait scellé notre jolie rencontre et repenser à ton sourire caché sous ta moustache. / Parce que ces mots-là, tu me les as prononcés avec la ferveur d’un homme fort et riche de ses passions. /Parce que sans surprise, ils ont résonné très fort dans la grande église toute froide. / Parce que tu marcheras éternellement sur la bulle. / Déposer le plus amiénois des bretons sur un quai de gare. / Aller voir Mon Roi et retrouver bien des traits de celui qui fut trop longtemps le mien. / Déboucher un bon blanc pour digérer ma claque cinématographique. /Remplis ton verre et sois heureuse. / Faire de l’éphémère un art de vivre. / Ainsi soit-il. / Un Noël princier qui se fera chez ma Blonde. / L’autre Blonde, la divine du Grand Nord, qui viendra aussi. / Ce sourire qui réchauffe / Enrober mon cou de mailles et de laine / Ces petits frissons désormais laissés par le vent / In the mood for Hugh. And Colin. And Bradley. And Liam. So please, don’t disturb. / Rencontrer une chouette Aurélie chez ma Sublime Blonde. / Une vue de Londres tout droit sortie d’un crayon talentueux. / Vincent, books, wine et gossips: et une soirée qui file au bout du fil./ L’entendre dire T’es une beauté et l’aimer d’amour bien que je peine à en croire un mot. #Lovelyfriend / Oreo, Grand Garou et sourire crispé. / Fou rire de chorale. / Aimer ces heures partagées en musique. / Et ce nouveau coup d’éclat en plein cœur de Paris. / Me dire que quinze jours auparavant, je sirotais en toute légèreté un Chardonnay rue de Charonne. / Et cette nausée dévastatrice qui me gagne. / Non, je ne prie pas pour Paris mais comme j’ai mal pour elle. / Des drapeaux tricolores et un malaise. / De beaux échanges avec les trolls. / Celle qui peut bien interrompre sa campagne quand l’actualité lui offre sa victoire sur un plateau ensanglanté. / Ma région qui va très probablement virer au bleu marine et l’envie de pleurer qui me gagne. / La puissance de la bêtise et de la peur. / Une fatigue qui me dévore./ Combattre la morosité et adoucir les heures sombres chez David et Chloé / Les trois R deRRRièRRRe un beau pRRRojet. / La belle nouvelle. / Un dimanche tout doux auprès de Dom et Dhomme. / Les 20 ans de ma librairie BD adorée. / Les 20 ans de Laurent / Aller fêter ça avec les copains gribouilleurs, et pas que. / Une histoire de traits… / Comme un semi-remorque qui m’explose le crâne / Ce corps qui m’abandonne et du repos nécessaire. / Quand Poudlard se voit menacé par le règne de Dolores Ombrage. / La galerie des portraits ou un fou-rire partagé. / La réponse à une question que la vie a mis du temps à me donner / Une Blonde qui file pour sa Merveille. /Reste un peu si tu veux. Parce que moi, je veux bien. / Juste au mauvais moment. / En attendant de ne pas t’attendre./  Me draper dans ma cape d’invisibilité. / Ce petit rien qu’elle cèdera à décembre. / Un coup de vie au fond des tripes / Un coup de poignard dans le dos / Un si de trop qui n’a rien à faire là. / Un pinot gris salvateur déposé par le voisin. / Ta sœur, cette belle salope. / Oser prétendre l’impensable. / Pas de mot, plus de voix. / Mesdames, bien des combats sont encore à mener et notre pire ennemi est peut-être la femme elle-même. / Les esprits étriqués rongés par l’ennui et la bêtise ont encore de beaux jours devant eux. / Le mépris et l’immense déconvenue comme miroir à la prétendue admiration et affection. / Oh… Ok. / Quelques lignes comme point de non retour.  / L’indifférence ou ce « va te faire foutre » en tenue de soirée. / Lire Éluard et Aragon pour mettre peu de poésie dans ce monde de putes. / Dans quelle amnésie profonde, cet amour-là s’est noyé? /Simone de Beauvoir, ou la nécessité de revenir à mes fondamentaux. / Cure de clémentines corses. / La déclaration d’amour d’une Poule pudique. / Elles, à tout jamais. / Des demoiselles sur canapé. / Wesh Y. T’es définitivement une très belle personne. / L’éloignement qui frustre. / Ma petite Gally et son Gratty ou la distance forcée. / Ces mille bonheurs qui attendent et ne demandent qu’à s’exprimer. / Des petits mots qui pansent contre ceux qui ne pensent pas. / Dire, enfin… / Angoisses indomptables. / Jessy, l’homme qui donnait un peu d’humanité au monde des finances. / Cet homme charmant que je croisais de temps à autre pour quelques bavardages futiles. / Dom et DHomme pour un rendez-vous amiénois.  / Personne, pour Rien. / Noémie ou la Frida postée de Brest. ♥/ Éviter le petit écran. / Celui qui donnera, à ma grande surprise, sa voix à mon amour d’Abélard pour deux rendez-vous que je ne manquerai pas. / Le troisième exutoire de papier. Page 1. / La catalogue de la future expo de mon Guy. /La prose pour refaire le monde. / Un langage bien cru pour un prénom si romanesque. /Des brioches, des Twix et du Nutella./ Des petits cadeaux enveloppés pour célébrer deux bougies supplémentaires. / L’anniversaire de la jolie Marianne. / D’autres visages. / Un rendez-vous pris avec Elvis Perkins à la Lune des pirates début décembre. / Ma Nathou et son goûter des 40 printemps. / Être avec des gens qu’on aime, cela suffit. MokadelaBruyère. / Vanessa, Marc et Pierre Lapointe. / Tout ce qui a été dit, et tout ce qui sera définitivement tu.

Pour vos oreilles : Tous les visages Pierre Lapointe

Vos moi après mois (Transmettez-moi vos liens.)

L’Irrégulière, Sandrine, Un livre un thé, Laurie, Tiphanie, Herbe folle, Marion, Caro, Soukee.

Publicités

36 réflexions au sujet de « Moi après mois my November »

  1. Moi non plus je n’arrive pas à croire que notre belle région va virer bleu marine. Le cauchemar arrive pourtant à grands pas, inéluctable, et je me prépare à la pire gueule de bois de ma vie…

    J'aime

  2. Fan de Pierre Lapointe aussi? Malgré la très sombre couleur de novembre, tu as réussi à retirer les moments plus joyeux pour faire ce bilan, bravo! Je l’ai lu avec beaucoup de plaisir. On a tous envie de passer à autre chose et d’en finir avec ce mois, limite avec 2015. Je te souhaite une belle fin d’année. Bisous chère Moka 🙂

    J'aime

  3. que tu as du talent pour écrire…je ressens à chaque fois tes émotions sans en capter tous les détails. Il y a de la douceur et de la violence dans ce mois. fais attention à toi et ton corps. bisous
    suis ds le rer je te mettrai mon lien plus tard 🙂

    J'aime

  4. Terrible mois de novembre effectivement…moi les pray for paris et les drapeaux ne m’ont pas gênée, qu’on soit patriotes ou croyants (où ni l’un ni l’autre d’ailleurs), nous étions tous effondrés, chacun à notre manière. J’ai le sentiment que ce mois a été aussi difficile collectivement qu’individuellement. nos petits drames personnels et la grande tragédie nationale. Saleté de novembre. Et je vois que tu compenses en buvant, ce qui me met en joie et en jalousie 😉
    Je conclurai sur une évidence: le pire ennemi d’une femme est souvent une autre femme, ça c’est clair…
    Courage, que décembre te soit doux.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s