Neuvième art·Que jeunesse se fasse...

La Guerre des Lulus 1916 Hardoc & Hautière

Tome 3 – Le Tas de briques

1914 – Une aventure bien chouette commençait. Nous faisions la rencontre des Lulus. Et très vite, nous tournions les pages avec cette sensation que nous allions passer quelques années ensemble.

1915 – Les Lulus rencontraient Hans, prouvant que même en temps de guerre, la vie sait vous réserver de belles surprises.

Septembre passa. Et octobre et novembre. Et puis décembre vint.

1916 – Nos Lulus poursuivent leur route, conscients des dangers de cette  guerre qui se veut sans pitié pour celui qu’on désigne comme ennemi. Au cœur d’une terre picarde malmenée, ces orphelins en vadrouille errent dans la forêt à la recherche d’un peu de sérénité et de sécurité. Dans un repaire presque paisible, caché derrière une barbe hirsute, un vieux grincheux nommé Gaston – serait-ce une constante chez Hautière – tombe nez à nez avec des Lulus aussi curieux qu’affamés. Discrètement déridé par la présence de nos gaillards, il leur offre un peu de son temps et de sa maigre pitance. Cette parenthèse revigorante ne sera que de courte durée. La guerre continue et dénoue plus facilement les liens qu’elle ne les crée. La forêt devient moins dense et c’est les pieds dans les feuilles et la boue que notre fine équipe découvre la ville de Guise, dont la fierté locale a le goût de briques et de sang. Fier et massif, le Familistère, fruit d’un ambitieux projet teinté d’utopisme social trône au cœur de la ville. Pourquoi se contenter d’une cabane dans la forêt quand un tel terrain de jeu s’offre à vous ? Une nouvelle occasion est donnée aux Lulus de poursuivre ces jeux d’enfants qui ont commencé deux années plus tôt en s’éloignant de Valencourt. A une différence près: les règles du jeu ont changé, les allemands sont bel et bien présents dans cette enceinte rouge brique et n’ont pas le même sens de l’humour que les Lulus. Un jeu de chats et de souris dont on se délecte à chaque planche et où la langue de Goethe se frotte au parler picard et à la syntaxe torturée de ces adolescents pleins de ressources.

Il faut savoir être patient et ce tome 3 en est la preuve. Peu adepte des séries, je dois admettre que La Guerre des Lulus et Les Vieux fourneaux font exception et que je retrouve chaque parution avec un enthousiasme évident. Quel plaisir de suivre leur chemin et de voir à quel point ces albums parlent à merveille aux plus jeunes d’un thème qui n’est autre qu’un sale conflit d’adultes. De tome en tome, les traits de nos héros s’affinent, leur caractère s’affirme et eux aussi grandissent avec leurs lecteurs. Le rythme de l’histoire oscille entre les temps trop courts de calme et d’oisiveté et les poursuites dangereuses qui ne manquent pas de rebondissements et de piquant. Fidèle à son art toujours impeccablement maîtrisé de la chute, Régis Hautière joue avec nos nerfs et sait merveilleusement bien comment entretenir l’envie d’être encore et toujours au rendez-vous pour les opus suivants. Quant à Hardoc, le voilà entouré par deux pinceaux dont le talent n’est plus à prouver  à savoir David François (L’Homme de joie) et Damien Cuvillier (Les Souliers rouges). Les planches se teintent alors de couleurs automnales et nous baladent dans l’Aisne au cœur d’un lieu historique qui vaut le détour et qui a déjà été au centre d’une intrigue policière rondement menée par le duo Hautière et François dans le très bon De Briques et de sang.

Quand je lis cet album (et les précédents), je me dis que j’aurais adoré avoir dix ans pour grandir un peu moi aussi avec les Lulus, les laissant entretenir mon goût pour l’aventure, mon côté intrépide et mes envies d’escapades interdites. De dix à trente ans, l’écart n’est pas si grand, je peux oser croire que le plaisir est probablement le même. Hier, face à moi, des adolescents qui ont bien vu que le tome 3 tant attendu avait fait comme eux sa rentrée dans ma salle C11. Lisa a ouvert le premier tome en cinquième. Dans quelques mois, elle fera ses premiers pas au lycée mais a eu hier ce sourire de gosse qui ne vieillit jamais vraiment. Celui qu’on a tous eu ou qu’on aura encore à chaque fois que l’on s’apprêtera à retrouver des personnages que l’on aime. Les Lulus font définitivement partie de ces héros-là. Bravo les petits gars !

Le site du Familistère de Guise.

La Guerre des Lulus

– Tome 3 –  Le Tas de briques

Régis Hautière & Hardoc

David François & Damien Cuvillier.

Casterman

4/6

Publicités

42 réflexions au sujet de « La Guerre des Lulus 1916 Hardoc & Hautière »

    1. Je suis loin d’être aussi catégorique. Dans une série prévue sur cinq tomes, il faut je pense des temps « d’entre deux », comme un souffle à reprendre. Tu regrettes le manque de rythme alors que tout repose sur un mouvement quasi continu, en phase, il me semble et tu l’indiques très bien avec la tournure prise par cette guerre. Et puis j’aime ce qui est en germe dans ce tome, ces enfants qui deviennent adolescents, ces regards qui changent. On rit moins, certes mais cela va de pair avec la guerre qui s’installe et qui hôte cette légèreté qui nous a tant conquise dans le premier tome. Espérons que tes bémols ne t’empêchent pas de poursuivre cette belle lecture.

      J'aime

    1. Mes collégiens le lisent avec plaisir, mais à en voir les files d’attente en dédicace les plus jeunes accrochent bien. Je n’ai pas d’enfants, alors je suis nulle en estimation d’âge et toussa mais honnêtement, dès le cm1 ça doit pouvoir le faire.

      J'aime

  1. on est archi fan chez nous ! Pas lu encore le tome 3 (pensais qu’il sortait en octobre, si c’est pas malheureux ! heureusement que tu es là !)… J’ai rencontré l’année dernière les auteurs de cette divine série, espère qu’ils seront encore là cette année à la fête du livre de Toulon pour qu’on puisse leurs coller des bises et les remercier 😉
    mille bises demoiselle

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai présenté le premier tome à une classe de 3ème avec toute une série d’autres livres sur la première Guerre. Celui-là a été emprunté le premier et il fallait voir la tête de ceux qui ne l’on pas eu. Je viens de commander le troisième tome et j’ai hâte de le découvrir.

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour j’ai une nièce qui aime beaucoup ce passage de l’histoire qu’est la première guerre mondiale j’ai donc pensée à cette série comme cadeau de noël. Enfaite elle a 20 ans, pouvez vous me dire si cela lui plairait ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s