Que jeunesse se fasse...

La Traversée – Jean-Christophe Tixier

La Traversée – JC Tixier

Sam s’est entraîné. Depuis quelque temps déjà, personne n’a le droit de l’appeler Sayeb, et peu importe si cela déplaît à sa petite soeur Meïssa. Rien ne l’arrêtera plus. Non pas qu’ici il n’ait plus rien à perdre, mais ce qu’il laisse derrière lui ne suffit plus pour le retenir. Ce qui l’attend n’a pas de prix et le pousse bien plus loin, au-delà des frontières, au-delà de la mer qui change vite de visage, délaissant l’idyllique paysage pour devenir le plus terrible des tombeaux. Et puis il y a l’espoir, fourbe et tenace qui décuple les forces, vous galvanise et vous gonfle d’orgueil au point de vous sentir immortel. Un espoir aveuglant mais qui vous libère et vous entraîne à contre-courant.

Il oublia aussi que personne ne savait qu’ils étaient là, que la nuit était encore longue, que la mer n’avait pas dit son dernier mot.

Clichés de navires de fortune, détresse d’hommes, de femmes et d’enfants à la dérive, des corps de noyés anonymes sur les rivages européens… Les images des migrants en quête d’une vie nouvelle inondent la presse, animent le débat public et ont de quoi réveiller le goût de lindignation. Faut-il encore comprendre et saisir tout ce qui est en jeu en plus de ce désastre humanitaire. Le livre de Jean-Christophe Tixier relate ainsi l’histoire d’un jeune garçon qui fait -comme bon nombre de ces Hommes – le dangereux choix du grand départ. Dans la peau de Sam, nous mettons les pieds à bord de ce petit navire fragile et instable pour une traversée de tous les dangers. C’est le récit d’une nuit, d’une parenthèse périlleuse dont la victoire comme la défaite ne tiennent à rien. Un sale coup de poker où l’on mise des vies sur le tapis de jeu. Les pions s’entassent, s’empilent en masse au nom de la liberté bafouée.

Le fil de l’histoire n’a pas le calme et la platitude d’une mer d’huile puisque le récit est totalement éclaté. Au cœur de cette nuit interminable, le cauchemar se vit et le rêve d’ailleurs prend l’eau. La seule échappée possible reste la mémoire de Sam. Celle qui va et vient au gré des bribes de souvenirs qui resurgissent au milieu des visages, et nous aident à comprendre les raisons de ce voyage. Une histoire forte sans pathos ni larmoiement. Il faut avancer, toujours, gagner les eaux qui vous protègent après avoir bravé avec courage et abnégation celles qui vous ôtent trop facilement la vie.

Un titre à mettre dans tous les CDI

Un conseil lecture repéré dans le Télérama Le Cri.

Un coup de cœur pour les bibliothécaires d’A Saute-livre.

La Traversée – Jean-Christophe Tixier

Couverture Vincent Dutrait

Rageot

ISBN : 978 2 7002 4935 4

9€50 / 153 pages

Publicités

11 réflexions au sujet de « La Traversée – Jean-Christophe Tixier »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s