Et mon coeur fait boum·Je lis des albums·Que jeunesse se fasse...

Les Sauvages – Mélanie Rutten

« Aux promesses de l’aube.« 

Deux petites demeures sur deux grandes collines baignant dans l’onde douce et le frais clair de lune. (Un écho nocturne aux étranges dômes aquatiques du magnifique Annie du Lac de Kitty Crowther ?)

Deux ombres alors s’échappent, affrontent les marécages et gagnent une forêt de brume et de lianes qui s’enroulent autour des arbres et rappellent les haillons d’argent rimbaldiens.

D’abord, ça patauge, ça avance à tâtons. Puis, comme une célèbre Alice avant eux, ces deux intrépides conquérants de la nuit s’engouffrent dans ce tronc d’arbre abandonné, frontière de tous les possibles

De l’autre côté de l’écorce, la lueur d’une bougie. Les ombres quittent leur manteau de ténèbres et laissent place à une nuit éclatante et multicolore. Nos deux frimousses revêtent alors leur tenue de lumière au cœur d’une nuit singulière.

Cette nuit, c’était toujours.

Deux ombres s'enfuirent de leur maison.
Deux ombres s’enfuirent de leur maison.

Un tas de paille, de gros cailloux, une branche souple, une boule de poils, un nuage de mousse. Les sauvages sont ces fantômes enfantins qui surgissent dans nos rêves et aident à grandir. Chacun prend vie et accompagne chaque enfant étourdi par le sommeil pour l’entourer de ses bras, le prendre par la main, l’apaiser ou lui dire ce qu’est la peur. Les plus grandes terreurs s’apprivoisent et le plaisir fugace des instants partagés se savoure à pleins poumons. C’est simple comme un jeu d’enfant, et c’est beau à en faire pétiller les yeux.

Tant de choses le jour se taisent.

Un bijou signé Mélanie Rutten qui une fois de plus excelle dans l’art de me transporter vers un ailleurs aux mille teintes et qui fait de l’émerveillement un art de lire. Qu’elle écrive ou qu’elle dessine, cette artiste que j’admire tant offre à la littérature jeunesse ce qu’elle a de plus poétique parsemant chaque page d’une magie presque indescriptible. De l’ombre à la lumière, on se laisse porter, happé par ces prodigieux « petits riens » qu’on aime tant retrouver dans ses albums qui relèvent brillamment le défi de nous faire succomber à ce charme qui n’appartient qu’à elle. De la nuit noire et silencieuse aux doux instants oniriques jusqu’aux premiers sursauts du petit jour, l’aube sera indiscutablement à la hauteur de ses plus belles promesses.

Un album précieux que j’ai le plaisir, une fois de plus, de chroniquer avec mon cher Jérôme. Ce qu’en dit Soizic.

On a une relation comme ça, Mélanie Rutten et moi. Mes chroniques:

La Source des jours.

L’Ombre de chacun.

Nour.

Ouvrage sélectionné dans le cadre du Prix littéraire des écoles de la Somme 2015-2016

Les Sauvages – Mélanie Rutten

Éditions MeMo

ISBN 9782352892472

40 p / 14,50 euros

Advertisements

18 réflexions au sujet de « Les Sauvages – Mélanie Rutten »

  1. Ça semble superbe en effet, et ton billet est très beau. Je n’ai plus l’âge, ni même mes enfants malheureusement, mais parfois j’ai très envie de me replonger dans la poésie de ces beaux albums.

    J'aime

  2. Poétique et indescriptible, je crois que tu n’es pas loin du compte. Je suis toujours autant sous le charme de son univers absolument unique, c’est vraiment une auteure part et je ne te remercierai jamais assez de m’avoir fait croiser son chemin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s