Rencontres et dédicaces

Un rendez-vous de la BD des plus exquis.

Clap de fin.
Clap de fin.

Quand vous passez des mois à attendre et préparer un rendez-vous comme celui-ci, autant dire que vous avez tout d’une jeune première avant son premier rencard ou d’une enfant qui attend en trépignant le jour de Noël… Pour moi, Noël avait lieu début juin. Habituellement, je suis de celles qui arpentent les salons pour y retrouver les gens que j’aime, que je le lis, pour y rencontrer des artistes que j’admire et dont le travail a un jour croisé ma route.

Cette année, j’aurais pu comme beaucoup prendre Craig Thompson en photo, attendre des heures pour une dédicace des papas des Lulus. J’aurais sûrement immortalisé d’un clic les piles de livres qui s’accumulaient à chaque étage de la BU pour être feuilletés par des centaines de curieux, d’amateurs et/ou de passionnés de BD. J’aurais pu aussi vous raconter combien les expositions de Rouge Karma, de La Guerre des Lulus, de Boulet, de Baloup,de Notre Mère la Guerre, d’Alice au pays des singes, de Corboz, de Paola Crusoé étaient vraiment géniales et valaient le déplacement en partageant quelques clichés. J’aurais pu vous décrire le mélange des âges et des visages qui dévoraient les pages pleines de bulles en attendant ici et là. J’aurais pu vous dire les sourires des auteurs rencontrant leurs lecteurs et vice versa… J’aurais pu…

Sauf que cette année, j’étais de celles en tee-shirt noir estampillé Riff Reb’s, un cordon rouge autour du cou. J’avais laissé Moka derrière moi pour vivre cette belle expérience en tant que bénévole. J’ai été un peu libraire pour Bulle en stock, j’ai vite arrêté de compter les marches gravies tant de fois d’un point à l’autre, j’ai passé du temps au stand de l’association On a marché sur la Bulle avec Mélanie, Fanny, Amandine, Séverin, Axelle et Guy

Avant ces folles journées, j’ai passé des dimanches à rencontrer des gens bien, des gens drôles, de très belles personnes… Des rencontres qui comptent désormais. J’ai pu voir naître des expositions qui ont pris de l’ampleur au fil des jours, j’ai pu repeindre les cadres dévoilant des planches originales en papotant BD avec Lise, rouler des sacs en toile de jute dans la boue avec Mélanie, remplir des milliers d’enveloppes, savourer le curry de Guy autour d’une grande table au soleil, apprendre à décapsuler une bière avec un briquet, essayer de jouer au foot avec Noé bien qu’épuisée par mes samedis festifs, laisser Timothy me conseiller des BD « à contre-emploi », attendre encore et toujours les fameux cookies d’Oriane, apporter des brookies lors de mon premier dimanche à l’asso, participer au jury du concours BD en grignotant des M&M’s, concevoir des petites choses pour l’expo Paola Crusoé en me moquant copieusement des copies à corriger qui ne cessaient de s’accumuler au nom de l’amour du neuvième art…

Il y a l’avant et le pendant grisants et excitants. Bénie soit l’espiègle euphorie qui nous fit oublier le manque de sommeil ces jours-là…

Et puis il y a l’après. Celui qui pique et commence à 19h tapante le dimanche soir et achève les corps. Nos dernières heures de fourmis, et le démontage qui commence aussitôt. Pas de répit. La BU se dévêtit de son éphémère tenue de bal. Le lendemain, les bras seront couverts de petits bleus mais en attendant la gorge se serre parce que tout est déjà terminé. L’après a évidemment un goût de trop peu. L’après arrive trop vite. On cherche une douce transition mais on est encore dans notre bulle.

Trois jours précieux pour des raisons qui vont bien au-delà des histoires qu’on raconte en images et en bulles et qui pourtant n’existeraient pas sans elles.

L’année prochaine, une jolie vingtaine sera à célébrer lors du vingtième rendez-vous de la BD d’Amiens. Et je serai là.

A qui saura se trouver ici, ou là…

Revoir Jérôme, un an après et profiter de la radieuse Noukette le temps d’un repas./Une histoire de proposition indécente sous la mousse et une oreille qui traîne/Trois demoiselles qui se savonnent /Oh oui, mets donc la sirène et le gyrophare / Les « phéromones » en ébullition /Ne plus compter les Fourte / Clic ! / Une histoire de fourré / Un belge qui redonne vie à mes abdos à tant me faire rire / Poison ? Poisson ? Maison ?/ Une grande brune à la candeur explosive / Quand Guy me présente Eddy / Un autre Eddy qui porte si bien les petites robes noires / Un mouchoir blanc contre quelques baisers…/ Hardoc et Kris qui vont nous faire croire qu’ils parlent boulot / De l’Anglo-breton avec Joe Sacco /Celui dont les lèvres faisaient frémir /Clic !/ Un « Comment allez-vous » sensuel à souhait/Celui qui aurait préféré fumer seul et tranquille sur les bords de la Somme / Un pot de béarnaise pour le roi du Sex Toy / Bière vs Eau pétillante / Les hommes, les vrais sont ceux qui ne mangent pas / Clic ! Oulala !/ Une belle gosse en rouge et en blouson de cuir / Celui qui jouait au flipper jusqu’à une heure bien tardive /Chercher la lune /Rouge, Blonde, Blanc ?/Oh des macarons !/ Hey ! Benar ! / Revoir Dawid / Papoter avec l’amoureux des étoiles et de Django / Les lumières de Saint-Leu au milieu de la nuit /Mojito fraise, Ti punch et Sex on the beach / Photos de nuit / Croiser les copines / Qui prend un Schwiiips ?/Lise qui cherche après un grand troll en tee-shirt orange /Assister à l’intervention de Pierre Henry Gaumont dans son expo en papotant avec Eddy Simon/Revisiter Basic Instinct sur un fauteuil roulant /Double clic ! /Le très sympathique Christian Durieux / Une seule dédicace de Fumio Obata/Un service rendu qui ne demandait pas vraiment d’effort /Le taquin Denis Lachaussée /Celle qui se changeait de bon matin dans une Micra / « Ecris, et fais quelque chose de ta jolie plume » / Vous reprendrez bien un petit graton ? / Celui qui aura l’affiche Riff Reb’s 100/250 / Sa Mère, la guerre est finie ! / Des auteurs ravis / De jolis retours /Et bien d’autres choses encore.

Advertisements

21 réflexions au sujet de « Un rendez-vous de la BD des plus exquis. »

  1. Un an que l’on ne s’était pas vu en effet. Et elles sont restées bien trop courtes ces retrouvailles. On a au moins pu manger ensemble c’est déjà ça, mais j’espère que l’on n’attendra pas une année supplémentaire pour se revoir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s