L'Art du Roman

Tout cela n’a rien à voir avec moi – Monica Sabolo

« Parce qu’au contraire, tout cela a à avoir avec nous » Marion.

« Daimler a toute une théorie selon laquelle, aujourd’hui, les vrais romantiques sont obligés de passer pour des gens cyniques. » [A qui le dis-tu !]

Sorti du sac de Marion dès son arrivée chez moi, ce livre n’aura pas attendu trop longtemps sur ma PAL. Il m’aura suffi de deux heures et d’une intraveineuse de thé Kusmi pour le lire… Il faut dire que la quatrième de couverture était un bel appel à la lecture :

« Le but de cet ouvrage est de traiter des principes essentiels, faits généraux et lois relevant du dépit sentimental dit chagrin d’amour; il s’agit d’offrir un instrument de travail complet – exemples à l’appui -, un livre à consulter comme la grammaire ou le dictionnaire, pour appréhender, approfondir, achever, dans la réflexion solitaire, l’étude de ce désastre ordinaire qui relève du mystère, du châtiment divin ou simplement de l’étourderie. »

Il allait de soi que je ne pouvais passer à côté de ce titre. Il allait de soi que Marion pouvait me l’offrir les yeux fermés. Il est donc question de MS qui tombe amoureuse de son collègue de travail (situation somme toute on ne peut plus banale) qui se cache derrière le pseudonyme XX. Elle retrace leurs rencontres, leurs premiers rendez-vous aussi chastes que furtifs, leurs premiers verres échangés en rassemblant minutieusement ces sommes « d’instants saisis » avec l’être aimé. Ce livre est comme une petite boîte que l’auteur décide d’ouvrir et à l’intérieur de laquelle les souvenirs d’une histoire qui n’est plus ont été entreposés. La trame narrative prend alors une autre dimension et le livre devient une somme d’évocations, de réminiscences… Photos, MMS, SMS, pensées jetées sur le papier, références aux romans préférés de Monsieur XX… A chacun sa/ses madeleine(s).

Je sais que ce livre a été un joli coup de cœur pour Marion. Je ressors toutefois de cette lecture avec un avis assez partagé. La forme originale du texte a quelque chose d’assez plaisant. L’écriture par bribes, fragments peut avoir un certain charme, chacun saisissant « sa part de l’histoire ». Nous parcourons certaines pages et nous nous retrouvons. Inévitablement. Toutefois, j’ai parfois eu l’impression de lire un catalogue d’anecdotes parfois un peu confuses qui ont fini par perdre de leur saveur, tant dans leur contenu que dans leur forme. Quant au style plutôt prometteur, plein d’humour et de subtilité des premières pages, il se disperse et se dissout finalement assez vite au profit d’une écriture plus épurée, peut-être plus spontanée, mais en tout cas nettement moins convaincante. En parcourant le livre et les petites notes griffonnées ici et là, j’ai même finalement remarqué que les extraits des livres de Berthet qu’elle citait ont parfois eu plus d’effets sur moi que le roman en lui-même.

« Car l’être aimant veut à tout prix ne pas se faire remarquer. Il souhaiterait même disparaître, s’évanouir dans la peau de l’autre. Tandis que sa personnalité se dissout, il observe, impuissant, la trajectoire de l’être aimé qui, plus mobile que jamais, s’extirpe de la relation sur la pointe des pieds… »

Et pourtant, j’ai lu ce roman d’une traite, sans jamais soupirer d’ennui ni peiner à l’achever. J’ai même éclaté de rire en pensant à toi Marion et à ces deux phrases qu’on a prononcées un jour, dans « une autre vie ».  » Ce garçon ne peut aimer personne d’autre que lui-même. – De toute façon, dans dix ans, il est chauve. » Mais je pense que je n’y ai pas trouvé les mots ni les réflexions autour de la rupture amoureuse que d’autres livres ont pu m’apporter en allant me piquer le cœur « là où il faut ». Ce titre manquait peut-être curieusement un peu de passion pour un sujet comme celui-ci… Si ce thème fait habituellement faire couler beaucoup d’encre, c’est hélas, ici, une encre un peu trop « froide » pour moi.

C’est je pense ma dernière lecture commune de l’année et c’est Marion qui m’accompagne aujourd’hui puisque c’est elle qui est à l’origine de cette découverte. Allons donc lire son avis !

Challenge de l’Irrégulière, catégorie « Maux d’amour« 
Advertisements

22 réflexions au sujet de « Tout cela n’a rien à voir avec moi – Monica Sabolo »

  1. Un avis un peu plus mitigé que le mien, mais je suis vraiment contente d’avoir pu partager la lecture de ce livre avec toi !

    Et, évidemment, moi aussi j’ai eu une grosse pensée pour nos discussions, et un petit sourire à la lecture de ceci :  » Ce garçon ne peut aimer personne d’autre que lui-même. – De toute façon, dans dix ans, il est chauve. « 

    J'aime

      1. Je serai curieuse de lire ton avis … Pour moi il m’a été conseillé à point! Dans les instants où j’avais besoin de ces mots-là

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s