Neuvième art·Rencontres et dédicaces

Je mourrai pas gibier d’Alfred

De Guéraud à Alfred

« Des raisons, on peut toujours en trouver.

Des bonnes ou des mauvaises.

En pagaille. Mais c’est pas mon boulot.

Il y a des spécialistes pour ça. »

Il y a quelques jours paraissait mon billet sur le roman jeunesse de Guéraud qui avait su me bousculer dans mes habitudes de lecture. Vous étiez nombreux à m’avoir parlé de la BD d’Alfred en me disant qu’il fallait impérativement que je la découvre.

Faire votre bonheur étant ma priorité (comment ça j’en rajoute ?), mon week-end malouin aura été l’occasion de m’offrir cette BD, mais aussi de rencontrer le charmant Alfred en dédicace. (Il a été question d’excès de champagne et de fatigue aussi…)

Nous retrouvons ce triste village de Mortagne où peu d’ambitieuses destinées pourront voir le jour: travailler chez Listrac, être au service de Clément, passer son temps libre dans le troquet du coin. Au milieu des petites luttes de pouvoir locales, un héros qui vient de choisir son camp. Une envolée sauvage qui n’épargnera personne.

« Et je suis resté là. Sans le lâcher ».

Le trait d’Alfred est vif, saisissant. Exactement ce qu’il faut pour rendre compte de ce récit qui vous glace. Les couleurs sont sombres, à l’image des ecchymoses du jeune Térence et seul le rouge des cartouches ou des corps mutilés vient raviver le paysage morne et triste de Mortagne.

Étant d’une extrême fidélité au court roman jeunesse de Guéraud, Alfred parvient à retracer pas à pas, entre tension dramatique et suspense haletant, les rouages terribles d’une histoire percutante et terrifiante. Il nous faut retenir notre respiration à chaque case, le cœur battant,  en nous laissant guider par une narration froide, sans concession. Un duo efficace d’artistes talentueux. Incontestablement.

Cette BD est véritablement étourdissante et son découpage minutieux témoigne d’une lecture subtile et d’une analyse très fine du livre, sans parler du choix de couverture que j’apprécie particulièrement tant le personnage représenté contient tous les visages – des sales types aux plus simples d’esprit – qui le conduisent à commettre l’irréparable.

La lecture du roman m’avait déjà flanqué une belle gifle. Lire cette BD, c’est tendre l’autre joue et se laisser une nouvelle fois surprendre par cette adaptation fascinante.

Le blog d’Alfred.

Les chroniques de Violette, Soukee, Noukette et Mo’

IMG_2784
Dédicace d’Alfred à Saint-Malo
TOP BD Yaneck  18.5/20
TOP BD Yaneck 18.5/20
Le rendez-vous de Mango
Le rendez-vous de Mango

Je mourrai pas gibier Alfred

ISBN : 2756013137

14€95 / 112 p

Delcourt Mirages

Publicités

18 réflexions au sujet de « Je mourrai pas gibier d’Alfred »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s