L'Art du Roman

Les Boloss des Belles Lettres Leclerc & Pimpant

La littérature pour tous les waloufs !

Wesh la blogo, ce quinbou c’est de la bebom !

 » Désormais, des Boloss, génies blasphématoires,

Des malices, sitôt qu’il ouvrira le sac, 

De Racine, de Proust, d’Homère ou de Queneau,

Découvrant le pastiche en langue des técis,

Il kiffera, joyeux, ce nouvel oripeau,

Le coeur, plein de mercis.« 

Bon, j’aurais pu faire de cette chronique un véritable exercice de style mais je n’ai pas le talent de Leclerc et Pimpant. J’ai feuilleté ce livre chez Pages d’encre avec la Rousse et nous avons passé un certain temps à en lire des extraits en prenant vraiment notre pied. Il faut dire que les deux loustics s’en donnent à cœur joie en diffusant la bonne parole littéraire et en se payant le culot de nous parler des monuments de la littérature sur un ton aux antipodes de l’académique Lagarde et Michard.

 » La littérature est une terre de mirages, une femme séduite mais rétive telle une gazelle farouche qui se méfierait des lions voraces que nous sommes, nous, lecteurs… PTDR !!! t’as cru on était là pour te baratiner avec notre dégaine d’intello mais non t’as craqué nous on va t’envoyer la grosse purée littéraire TATATA des gros classiques en rafales sur ta ganache featuring Phèdre la MILF indomptable, Emma Bovary la zouz campagnarde pas dégueu…  « 

Les langues des cités, des aficionados des SMS-MSN et de nos chers adolescents viennent se mêler à la langue de Molière la plus travaillée et font de ce bouquin un titre complètement hors norme. Le pari ? Vous raconter ce que sont les classiques avec un humour incroyable et une modernité déconcertante. C’est bien évidemment dans une tradition parodique que s’inscrivent Leclerc et Pimpant et c’est indéniablement une vraie réussite.

Je me suis surprise à éclater de rire en découvrant certains passages complètement loufoques… Quelle gouaille, quel humour et quelle audace ! Raconter Lolita avec ces mots-là, comparer Valmont à Barney Stinson, s’attaquer au majestueux Voyage au bout de la nuit et à ce Céline tant décrié pour sa prose révolutionnaire, poser un regard nouveau sur l’Oedipe roi de Sophocle, offrir un parcours revisité du plus célèbre des recueils de Baudelaire, s’en prendre à l’orfèvre de la langue qu’était Proust... Bref, tous les grands noms y passent et ce pour le plus grand plaisir des lecteurs.

« le ketru c’est que le marquis c’est un gros vantard, le gars il raconte toutes ses baises il s’en bat les steaks des ragots et des gonz il les jette comme du vieux PQ il leur crache sur le statut social en mode badboy badboy what you gonna do mais sauf que Merteuil comme c’est une zouz elle peut trop pas s’épancher sur ses exploits du kamasutra du coup elle fait des p’tits challenges à Valmont et Valmont c’est genre le Barney Stinson du XVIIIe, il dit CHALLENGE ACCEPTED ensuite il fait des petits tours de magie izi genre hélicoptère avec sa teub lol !! Et surtout elle lui dit : tu vas pécho cette pucelle aux sein de marbre de Cécile de Volanges !!! »

Une lecture que je conseille donc à tout amateur de littérature qui se sent prêt à affronter une langue qu’il n’a pas l’habitude de croiser. Difficile à lire d’une traite car cette langue-là accroche, écorche et déstabilise. Un livre truffé de références savoureuses, à picorer et à grignoter, qui donne le sourire et provoque souvent même de grands éclats de rire. ( Souvenir des regards que j’ai attirés sur moi  dans une salle d’attente incroyablement silencieuse. Rire et sourires communicatifs assurés …)

Cela donnera-t-il envie aux plus jeunes de tourner les pages de ces œuvres magistrales ? Cela rebutera-t-il les plus anciens qui assurément ne saisiront pas toutes les subtilités de cette langue revisitée ? Je n’en ai pas la moindre idée. Une chose est sûre, ce jeu avec la littérature vous donnera envie de replonger sans hésiter dans ces classiques que l’on délaisse parfois pour des infidélités contemporaines… Une jolie prouesse. Un livre hilarant et drôlissime, parfaite première lecture de vacances…

Et si vous voulez jouer un peu…

« Ma daronne elle a clamsé mais OSEF lol « 

« Quand j’étais un ptit baby je me couchais de bonne heure pasque bon y avait école mdr« 

 » Les Fleurs du mal c’est comme un kebab sauce samouraï tout le monde il a déjà goûté ouais c’est bon ça va me raconte pas ta vie mais y’a soneper pour dire c’est quoi qu’y a dedans et y a soneper pour dire c’est quoi qu’il bave dj baubau nonobstant les boloss ils te prennent au sérieux gamin faut pas mitonner avec le BG de la poésie moderne résultat on rushe comme les cainris en deathmatch sur black ops 2 c’est parti pour le show bandes de fdp d’hypocrites lecteurs mes semblables les frères. »

Leur Tumblr : http://bolossdesbelleslettres.tumblr.com/

Publicités

20 réflexions au sujet de « Les Boloss des Belles Lettres Leclerc & Pimpant »

    1. Non, pas de version traduite. Tu es plongée dans le texte et tu dois nager dans le grand bain ! Mais il importe peu de tout traduire, tu saisis malgré tout l’esprit du texte. C’est un peu comme un poème de Mallarmé cette lecture. On ne comprend pas tout mais on se laisse porter…

      J'aime

    1. J’ai saisi une bonne partie des subtilités de cette langue un peu déconcertante et certains termes reviennent souvent. Au pire, tu regardes un peu sur google pour quelques-uns des mots et tu t’en sors sans problème. Et puis à la limite, même si tu ne « traduis » pas l’ensemble, tu saisiras beaucoup de choses malgré tout tant c’est drôle !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s