L'Art du Roman

Gioconda – N.Kokantzis

Gioconda – Nikos Kokantzis

« L’amour débordait par mes yeux, mes oreilles, ma bouche, le bout de mes doigts. Ma peau était amoureuse, mon cœur, ma gorge, tout mon corps. Et son amour à elle venait vers moi, j’étais traversé par cette vague chaude, lisse, affolante. Nous ne dîmes pas un mot. Nous étions si proches l’un de l’autre qu’il n’y avait pas de place entre nous pour des mots.« 

Il y a des livres que vous ne liriez jamais si le hasard d’une rencontre ou d’une conversation ne les mettait pas entre vos mains. Gioconda en fait partie. Il aura fallu trente ans à l’auteur pour qu’il puisse coucher les mots sur le papier, qu’il puisse raconter cette histoire vécue durant son adolescence. Une histoire que nous « connaissons tous », puisque Gioconda est juive et que la seconde guerre mondiale est passée par là. Dès le début, nous savons qu’elle ne quittera jamais Auschwitz. Ultime hommage, le livre de Nikos Kokantzis relate les semaines qui précédèrent la déportation de la jeune fille et dit combien ce premier amour a pu le « posséder ».

« Nos corps ne s’étaient pas encore éveillés, ils n’exigeaient rien. »

Nikos et Gioconda se connaissent depuis l’enfance et vont découvrir, pas à pas, les premiers émois amoureux. Des baisers les plus innocents aux caresses moins chastes, les jeunes amants vont se découvrir, en toute sensualité. Si la toile de fond de ce récit n’est autre que la guerre, le lecteur se laissera plutôt porter par cette fougue qui bouleverse ces deux êtres. Il oubliera, le temps de quelques pages, cette guerre qui prend de l’ampleur et qui surgira pour les surprendre. Les récits de cet été-là prennent doucement une dimension érotique d’une simplicité incroyablement touchante. Les corps se cherchent, se frôlent, se reconnaissent pour ne plus vouloir se quitter. Une initiation charnelle qui m’a étonnée, charmée par sa justesse et sa force… Une magnifique déclaration d’amour et un texte très beau qui offre à Gioconda son petit bout d’éternité.

 » Je crains parfois qu’arrive un jour où je commencerai d’oublier les détails. Cette idée me terrifie. Je veux garder en mémoire à jamais tout ce qui s’est passé entre nous, l’instant le plus infime – toutes les fois où elle m’a dit je t’aime, toutes les fois où elle m’a touché de cette façon qu’elle seule, d’instinct, connaissait. Me souvenir à jamais de sa voix quand elle chuchotait, le contact de ses lèvres, l’odeur de son corps. Me souvenir non seulement de ce qui fut dit, mais de tous nos silences. Les gens meurent seulement quand nous les oublions. Gioconda doit rester vivante aussi longtemps que je vivrai – et plus longtemps que moi. Vivante, ainsi que je l’ai connue, s’épanouissant sous mes regards, mes caresses, mes baisers. »

Gioconda

Nikos Kokantzis

Edition. de l’Aube 2012

6€80 – 144 p

 ISBN 2815906449

Challenge amoureux de L’Irrégulière
Catégorie Eros et Thanatos

 

Publicités

28 réflexions au sujet de « Gioconda – N.Kokantzis »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s