Neuvième art

La Pluie – Lambé & De Pierpont

La Pluie, Lambé et De Pierpont

« Notre relation était comme une évidence, faite d’une succession de moments que je goûtais intensément sans me poser de questions.« 

Il pleut. Depuis des semaines il pleut et rien ne semble vouloir arrêter ce caprice céleste. Alors lentement, les eaux montent et submergent la ville. Mais ce n’est rien puisque notre héros aime Maya. Cette jeune femme travaille de nuit dans une maternité, accueillant avec bienveillance ces femmes qui viennent de perdre les eaux et s’apprêtent à rejoindre l’autre rive, celle des mères. Lui est un ancien sportif de haut niveau, un jeune nageur retraité. Baignant dans une atmosphère humide et sombre, ces deux êtres assistent impuissants à leur histoire d’amour qui sombre et se noient dans leurs échecs et les non-dits.

Il est question d’enfants qu’ils n’auront jamais.

Il est question de désir qui n’est plus, puisque l’autre n’est plus vraiment celui qui a fait jadis battre passionnément un coeur.

Du déluge qui plonge la ville dans une morosité sans nom à cette histoire de couple qui se délite au rythme des gouttes de pluie, le lecteur se veut le témoin d’une situation qui paraît sans issue de secours. Ces êtres sont en perdition et seul demeure notre regard sur ce qu’il reste des amants. Le flou de leur situation se répercute sur ce que l’on voit. Les gros plans sont nombreux et les images sont vaporeuses, incertaines. Il faut parfois s’y reprendre à deux fois pour distinguer les contours des formes représentées… Une véritable immersion dans l’intimité des corps et des êtres. A cela s’ajoute ce duo dangereux du laconisme et du silence, qui fait dire qu’il sera sûrement difficile de refaire surface…

J’ai été assez surprise et déconcertée par ce choix de narration, ce rythme lent et cette impression moi aussi d’avoir un peu la tête sous l’eau durant cette lecture. Il se passe peu de choses en dehors de cette pluie incessante qui noie la ville et dissout les sentiments, mais j’ai malgré tout été sensible à ces deux amoureux passifs qui se perdent… Faut-il encore chercher à sauver ce qui n’est plus ?

Lambé & De Pierpont

L’avis de Lasardine !

TOP BD Yaneck
TOP BD Yaneck  16.5 / 20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s