Neuvième art

Exauce-nous de Bihel et Makyo

 » ça se passe… « 

Frédéric Bihel sera présent pour une séance de dédicaces au 18è rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens. En dehors du fait que j’avais très envie de découvrir son travail, il me tardait de me plonger dans cette BD que ma soeur avait tant aimée et qu’elle me recommandait chaudement. Comme elle a visé juste…

Persistance rétinienne: capacité ou défaut de l’œil à conserver une image vue superposée aux images que l’on est en train de voir. (Source Wiki)

Il sera là encore longtemps ce sourire qui n’a rien à envier au chat du Cheshire..

Il ne vous quittera pas, ce regard candide.

Elle vous fera sourire, quand vous l’entendrez, cette phrase anodine, si banale dans la bouche des autres : « ça se passe ».

Léonard est « un simple d’esprit ». Un garçon pas vraiment contrariant, entouré de quelques camarades qui posent tour à tour sur lui un regard aussi bienveillant qu’amusé. Amusé parce que voyez-vous, Léonard n’a qu’une obsession dans la vie: retrouver cette jeune femme dont tout le monde ignore l’identité. Elle n’existe qu’à travers les mots redondants de Léonard : « Avez-vous vu celle que je cherche ? ».

Au fil des pages, nous nous immisçons dans la vie de chaque personnage qui côtoie ce grand naïf. Bulle après bulle, nous prenons conscience de l’importance de sa présence dans la vie de chacun. Un des héros d’ailleurs, le comprend « mieux » que les autres et se dit que son ami atypique pourrait être le personnage central de son prochain scénario. Mais pour cela, il faudrait en savoir plus sur le passé de ce héros pas si ordinaire. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Là encore, le charme opère. Que d’amour, d’amitié, de non-dits, de violence et de pudeur dans cette BD qui n’a pas été sans me rappeler  Lydie, tant leurs héros respectifs ont cette « petite folie » qui les anime… Ils nous laissent alors sans voix, gagnés par l’émotion qui émane de ces êtres si fragiles.

Oh la jolie découverte… Je reste sincèrement émerveillée par les traits de crayons de Frédéric Bihel qui donne plus qu’un simple visage à ses personnages. Les corps laissent discrètement s’exprimer ce qu’ils ont de plus charnel. (Ce qui leur confère un charme fou.) Et dire que Tout sauf l’amour est sur ma PAL…

Quant au scénario de Makyo, je n’aurai qu’une chose à dire : quand la naïveté et la candeur vous sont offertes dans un écrin aussi beau que cette BD, il serait bien dommage de passer à côté d’Exauce-nous.

 Décidément, les Bihel (et celle que j’aime tant se reconnaîtra…) ont de l’or dans les mains…

 

Exauce-nous de Bihel & Makyo

Futuropolis

ISBN 9782754801218

 19 euros

TOP BD Yaneck  /20
TOP BD Yaneck 18.5/20

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Exauce-nous de Bihel et Makyo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s